Une réforme à 140 milliards d'euros pour l'UE, Bouclier tarifaire, chèque énergie, la France parée pour l'hiver, De grandes ambitions du côté des énergies renouvelables

15/09/2022

Chaque jour, Selectra vous propose une revue de presse des faits marquants du monde de l'énergie en France et à l'international.


🌎 À l’international

  • Ce mercredi devant le Parlement européen, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a confirmé sa volonté de réformer le marché de l'électricité, affirmant qu’il “faut donc découpler les prix de l'électricité de l’influence dominante du gaz”. Cette réforme interviendrait vraisemblablement au premier semestre 2023. La présidente a également estimé que plafonner les revenus des producteurs d'électricité à base d'énergies renouvelables et de nucléaire permettrait de lever “plus de 140 milliards d'euros” pour les Etats de l'UE.
  • Le gouvernement danois a fait part de son intention de plafonner les factures de gaz, d'électricité et de chauffage afin de soulager les ménages face à la flambée actuelle des prix en Europe, a annoncé mercredi la Première ministre. “Le gouvernement propose de plafonner le prix que les Danois doivent payer pour l'électricité, le gaz et le chauffage urbain”, a affirmé Mette Frederiksen lors d'une conférence de presse. Les prix de l'électricité et du gaz ont quintuplé en un an dans le pays scandinave, selon les dernières statistiques d'août.
  • De son côté, l’Allemagne envisage de nationaliser le géant gazier Uniper, fortement affecté par la réduction des livraisons de gaz russe. L’Etat détient dores et déjà 30% de l’entreprise depuis le 1er plan d’aide survenu au mois de juillet.

🐓 En France

  • Parmi les points essentiels à retenir de la conférence de presse accordée hier par la Première ministre Elisabeth Borne, le maintien du bouclier tarifaire en 2023, afin de garantir une hausse des prix de l’énergie limitée à 15%, mais également l’élargissement du chèque énergie “pour cibler les ménages les plus modestes, mais également une partie de la classe moyenne. De 6 millions de ménages qui pouvaient en bénéficier jusqu’à présent, le dispositif passe à 12 millions. Soit 4 foyers sur 10”.
  • Auditionné par la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale ce mercredi, le patron d'EDF Jean-Bernard Lévy a assuré que son entreprise prévoyait une production d'électricité normale, équivalente à l'hiver 2021-2022 qui s'était déroulée sans pénurie ni restriction.
  • Le directeur général du gestionnaire du réseau de gaz, GRTgaz Thierry Trouvé, a annoncé lors d'une conférence de presse donnée ce mercredi qu’une capacité nouvelle d'exportation de gaz de la France vers l'Allemagne sera disponible “mi-octobre”. “Sous l'effet de la guerre en Ukraine, les flux de gaz historiquement en provenance de l'Est se sont inversés. Un tarissement progressif des transits de gaz provenant d'Allemagne s'est opéré depuis l'été 2022. GRTgaz travaille à adapter son réseau pour développer une capacité nouvelle d'export de la France vers l'Allemagne qui sera disponible mi-octobre”.
  • Pour le MEDEF, il faut plafonner le prix de l'électricité afin de sauver l’activité de nombreuses entreprises, qui vont choisir de baisser ou d'arrêter leur production en raison de prix de l'énergie trop élevés, a affirmé jeudi le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, sur BFMTV/RMC.
  • Le producteur et fournisseur Alterna énergie, qui regroupe plus de 50 entreprises locales de distribution (ELD) et dont les clients sont des particuliers et des professionnels, réfléchit de son côté au développement d’une offre adaptée au contexte de crise énergétique. “Nous avons étudié l’appel d’offres de RTE dédié aux fournisseurs et il paraît peu rémunérateur pour le client final. Nous préférons travailler sur des nouvelles offres qui incluent de la flexibilité, où nous voyons plus de valeur”. Ainsi Alterna souhaite inciter ses clients à effacer leur consommation avec une contrepartie financière si la baisse atteint 10%.

☀️ Energies renouvelables

  • En pleine flambée des prix de l’énergie, le Parlement européen s’est prononcé mercredi 14 septembre en faveur d’un doublement de la part des renouvelables à horizon 2030. La Commission européenne propose un objectif contraignant de 40 % de renouvelables dans le bouquet énergétique européen d’ici à 2030, contre un objectif fixé actuellement à 32 %.
  • Selon les derniers résultats des “chiffres clés des énergies renouvelables” publiés hier par le MTE :
    - Les EnR représentent 13% de la consommation primaire et 19,3% de la consommation finale brute d’énergie en France en 2021 ;
    - Elles sont à l’origine de 10,1Mds€ d’investissements, dont 6,4Mds€ par l’État et de la création de 80.000 emplois en 2019 ;
    - La France est le 17ème pays de l’UE en matière de production EnR en 2020.

💡 Autres

  • Et si parmi les victimes de la crise énergétique, on pouvait désormais compter… Les pommes 🍎 ? En effet, la filière du fruit n'est pas épargnée par les hausses des prix de l’énergie. En cause ? Le froid nécessaire à leur conservation. Les pommes - dont la récolte bat son plein jusqu'à fin novembre - réclament d’être stockées dans de grands frigos dont l’utilisation représente environ 16 % de la facture pour les exploitants. Seulement, depuis l’envolée des prix, certains ont vu leur facture multipliée par 12, tandis que le prix de vente quant à lui lui est inférieur à l'an dernier. Un tiers des arboriculteurs seraient menacés.
Mis à jour le