Gazprom coupe les robinets de gaz, une énergie plus chère "pour ceux qui peuvent se le permettre", des batteries Finlandaises "au sable"

12/07/2022

Chaque jour, Selectra vous propose une revue de presse des faits marquants du monde de l'énergie en France et à l'international.


🌎 À l’international

  • Lundi matin, Gazprom a entamé une opération de maintenance des deux gazoduc Nord Stream 1. Cette opération privera très largement de gaz les pays livrés par ce biais (Allemagne, pays d’Europe de l’Ouest…). Si l’arrêt prévu pour 10 jours est une formalité de longue date, celui-ci inquiète fortement, dans la mesure où Vladimir Poutine pourrait décider de ne pas rouvrir les vannes.
  • Gazprom a de nouveau réduit d'un tiers ses livraisons de gaz au groupe italien Eni. Le fournisseur ne reçoit aujourd’hui qu’environ 21 millions de m3 de gaz, contre une moyenne de 32 millions de m3 les jours précédents. À ce jour, l'Italie est parvenue à réduire sa dépendance au gaz Russe à hauteur de 15%, celle-ci s’élève à 25%, contre 40% l'an dernier.
  • En Allemagne, l’heure est à la prise de mesures, en vue d’une cessation complète des livraisons de gaz Russe. Renforcement du télétravail, “l'eau chaude de la douche, la température des bureaux et pourquoi pas l'éclairage des feux de circulation, tout est à l'étude”.

🐓 En France

  • Pour Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, la renationalisation d'EDF permettra de disposer d’ “une unité de commandement totale” qui pourra “prendre des décisions plus rapides sur le sujet stratégique de la production d'électricité décarbonée en France”.
  • Suite à l’incendie dans les installations de Freeport LNG, ainsi que diverses opérations de maintenance sur les terminaux de gazéification, les importations de GNL américaines vers la France connaissent une contraction de 57 % en juin. Alors que le pays a importé environ 2,5 millions de tonnes de GNL en mai, il n’en a reçu qu’1,06 million de tonnes en juin.
  • Agnès Pannier-Runacher déclare qu’elle présentera à la rentrée un “projet de loi d’accélération de la transition énergétique” portant notamment sur les énergies renouvelables et le nucléaire.
  • Jean-Pascal Tricoire, le PDG du champion français de l’efficacité énergétique Schneider Electric appelle à une mobilisation générale sur l’énergie “Il faut déclarer un état d’urgence climatique [...] Il n’y a pas suffisamment de sentiment d’urgence, pas de prise de conscience alors qu’on risque des coupures d’électricité l’hiver prochain, c’est-à-dire dans seulement quatre ou cinq mois !”.
  • À l’issue de la fin du bouclier tarifaire à l’hiver prochain, le gouvernement pourrait mettre en place de nouvelles mesures, comme par exemple faire payer l'électricité et le gaz plus cher aux plus riches et moins cher aux plus pauvres. C'est en tout cas l'une des pistes avancées par Bruno Le Maire ce dimanche 10 juillet sur LCI.

☀️ Energies renouvelables

  • À Fos-sur-Mer, un vaste projet de production d'un gaz issu d'énergies renouvelables est en cours, avec l’appui de GRTgaz. “Nous sommes ici sur le site Jupiter 1000 qui est un démonstrateur de "Power to gaz", c'est-à-dire transformer de l'électricité renouvelable en gaz. La particularité sur ce site, c'est qu'on va le transformer tantôt en hydrogène, tantôt en e-méthane [...] En 2030, on peut remplacer jusqu'à 20% du gaz consommé aujourd'hui par l'ensemble des gaz renouvelables, y compris l'hydrogène et le e-méthane. 20%, c'est plus que, historiquement, le gaz que l'on pouvait importer de Russie”.
  • “Des ingénieurs finlandais ont installé la première "batterie à sable" au monde. Elle utilise du sable pour stocker l'énergie éolienne et solaire en été sous forme de chaleur, qui peut ensuite être libérée en hiver pour chauffer les maisons et bureaux”.

📈 Conso

  • Le MTE vient de publier ses données sur la conjoncture énergétique du mois de mai 2022. Concernant la consommation d’énergie primaire réelle :
    👉 45,2% nucléaire et EnR ; 
    👉 12% gaz naturel ;
    👉 3,6% charbon ;
    👉 39,8% pétrole.

💡 Autres

  • Si l'Île-de-France affiche une proportion de passoires thermiques de l’ordre de 13% environ, la part de logements économes est bien plus importante et représente 24%. À compter de 2025, les logements les moins biens isolés, classés G, ne pourront plus être loués (et à partir de 2028 pour les F). Ces logements représentent 16,8% du parc immobilier Hexagonal.
Mis à jour le