Energie : la grève se poursuit, la CGT coupe le courant de la gare Saint-Jean à Bordeaux

La grève du secteur énergétique se poursuit. La FNME-CGT a annoncé des coupures d'énergies à destination de certaines entreprises.

La FNME-CGT, syndicat majoritaire dans l'énergie, a fait savoir son intention de prolonger la grève lancée le 3 avril jusqu'à la fin du mois de juin. Afin d'arriver à un "nouveau service de l'électricité et du gaz", des "temps forts" sont prévus le 24 avril, le 26 avril et le 1er mai.

La grève se poursuivra jusque fin juin

Sébastien Menesplier, secrétaire général de la CGT Mines-Énergie a expliqué que la fédération énergie allait rejoindre "la convergence des luttes" proposée par la CGT nationale. Pour cela, la grève du secteur de l'énergie à lieu sur les mêmes dates que la grève de la SNCF. Par ailleurs, "des coupures ciblées, en direction des entreprises où les employeurs licencient" ou "criminalisent l'action syndicale" seront mises en place, a-t-il annoncé, donnant l'exemple de Carrefour. Les usagers particuliers ne seront pas touchés. Le syndicat envisage même de mener "des actions en direction des usagers qui ont subi des coupures d'énergie" et "des basculements d'heures pleines en heures creuses" afin de faire baisser les factures des clients. 

Les revendications du secteur de l'énergie 

La FNME-CGT souhaite avoir son mot à dire sur la la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), la feuille de route 2019-2023 pour le gaz et l'électricité en France. La fédération demande la réalisation d'"un bilan de la déréglementation énergétique" estimant que "depuis quasiment 20 ans", cette dernière "n'a apporté que des effets dévastateurs tant pour les salariés que pour les usagers".

La gare Saint-Jean de Bordeaux touchée

La CGT revendiquait hier mardi 24 avril la coupure d'électricité intervenue à la gare Saint-Jean de Bordeaux. Alors que la SNCF assurait que ces coupures n'affectait que la lumière au sein de la gare la photo tweetée par un journaliste de plusieurs médias du Sud Ouest dévoile une coupure plus large, qui aurait eu pour effet de couper les paneaux d'information. Un résultat de ce qu'annonçait récemment le syndicat : "des coupures ciblées en direction des entreprises où les employeurs licencient ou criminalisent l'action syndicale."

Mise à jour le