Menu

Secteur de l'énergie : la grève débute aujourd'hui et pourrait durer trois mois

La CGT mines-énergie lançait en fin de semaine dernière un appel à la grève. Le secteur de l’énergie entre aujourd'hui en grève à l'instar des cheminots, des éboueurs et de la compagnie aérienne Air France.

La CGT mines-énergie appelle à trois mois de grève à compter d'aujourd'hui

Le secrétaire général de la FNME CGT, Sébastien Menesplier, appelle les salariés du secteur énergétique à débuter, ce mardi 3 avril, un mouvement de grève jusqu'au 28 juin prochain. Il demande aux électriciens et gaziers de se mobiliser pour l'avenir du service public et contre une concurrence qui leur apparaît déloyale.

En se greffant sur le mouvement de grève initié par les cheminots et déjà suivi par les éboueur et les employés de la compagnie aérienne Air France, les énergéticiens espèrent obtenir gain de cause du gouvernement en faisant converger les luttes​.

Cette grève fait suite à la manifestation des acteurs du secteur de l'énergie du 22 mars dernier, qui avait mobilisé 18 à 30% des salariés des entreprises et plus de 60% dans quelques unités de production, selon la CGT mines-énergie.

Que revendiquent les acteurs du secteur énergétique ?

Les acteurs de l’énergie réclament avant tout la fin de la libéralisation du marché de l'énergie initiée il y a un peu plus de dix ans, la création d'un nouveau service public de l’électricité et du gaz​ et d'un statut de l’énergéticien. Ils souhaitent enfin peser sur la programmation pluriannuelle de l’énergie pour 2019- 2023.

Sébastien Menesplier exige notamment "un bilan de la déréglementation du secteur énergétique et souhaite sortir du secteur marchand”. Il condamne notamment la suppression de très nombreux postes (15 000 en vingt ans) et la hausse des tarifs de l'électricité.

Electricité et gaz : comment la grève se manifestera-t-elle concrètement ?

Concrètement, le premier syndicat de l'énergie organisera dès aujourd'hui et pour les douze semaines à venir une baisse de production dans les centrales nucléaires, des coupures d'électricité et de gaz dans des entreprises ciblées, la réactivation de l'énergie dans des foyers en situation d'impayés ou encore le passage d'heures pleines en heures creuses dans certaines communes.

Mise à jour le