Des mesures annoncées face à la hausse des prix de l'énergie

Hausse prix energie mesures castex
La hausse du prix du gaz a entraîné une augmentation des prix de l'électricité.

Le prix du gaz flambe. Depuis le début de l'année, il a augmenté de 57% rappelle le journaliste Gilles Bouleau. La hausse des cours du gaz a également des répercussions sur le prix de l'électricité. Celle-ci pourrait subir une évolution de 10 % à 12% en février 2022. Face à cela, le gouvernement français a décidé de prendre des mesures. Jean Castex, le Premier Ministre, les a exposées au 20H de TF1, le 30 septembre 2021. Quelles sont-elles ? Explications par Selectra.


Prix du gaz : mise en place d'un "bouclier tarifaire"

Du fait de la crise sanitaire de la Covid-19, les cours du gaz avaient baissé. En effet, les entreprises étant au ralenti voire à l'arrêt, la demande en gaz avait diminué. Ils ont remonté en flèche avec la reprise de l'économie. Cette hausse est très "sensible" selon le chef du gouvernement.

Bien comprendre la hausse des prix du gaz

hausse prix du gaz 2021

En effet, comme le rappelle Jean Castex, la France est totalement dépendante des pays gaziers (Norvège, Russie, etc.). Or, l'offre a tendance à baisser. La Norvège a fait face à des problèmes de maintenance empêchant d'augmenter ses capacités d'exportation.

La Russie de son côté est accusée de délibérément restreindre ses exportations pour soutenir la hausse des prix du gaz. Dans ce contexte, le premier Ministre fait savoir que les experts prévoient une augmentation de 30% supplémentaires des prix du gaz. Seul point positif : ces derniers prévoient également une forte baisse au printemps 2022.

La mise en place d'un système de lissage

Pour réagir à cette "bosse", c'est-à-dire ce pic ponctuel, Jean Castex a annoncé mettre en place "un bouclier tarifaire". Les prix du gaz seront gelés. L'augmentation des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz d'Engie du mois d'octobre (+12,6%) sera donc la dernière de l'année.

Sera mis en place un système de lissage. Les hausses à venir seront répercutées au printemps 2022. Cela va permettre de stabiliser les prix. Le tout est d'éviter une augmentation trop soudaine pour les consommateurs de gaz.

Nous devons lisser dans le temps cette évolution des prix du gaz et protéger le pouvoir d'achat de nos concitoyens. Jean Castex

Et si les cours du gaz ne baissent pas au printemps ?

Le gouvernement se dit prêt à revoir ses mesures, si les cours du gaz ne baissent pas au printemps prochain. En autre, il pourrait envisager une réduction des taxes sur le gaz. Pour rappel, selon la Commission de Régulation de l'Energie (CRE), le gaz représente 29% de la facture de gaz d'un ménage (chiffres 2019).

Notamment, il pourrait passer la TVA à 5% au lieu de 20%. Selon Jean Castex, cela permettait d'endiguer la hausse uniquement à hauteur de 15%.

Cela ne suffit pas, je préfère recourir au blocage des prix. Jean Castex

Electricité : une baisse de la CSPE ?

baisse de la CSPE

Un "bouclier tarifaire" sera mis en place également pour l'électricité. Il permettra de limiter la hausse à seulement 4%. Cela passera par la diminution d'une taxe sur l'électricité.

Jean Castex n'a pas précisé laquelle mais on peut penser qu'il s'agit de la CSPE. Portée à 22,5 € / MWh, la Contribution au Service Public de l'Electricité (CSPE) est la taxe la plus importante sur la facture d'électricité. Elle sert à financer la transition énergétique et le dispositif du chèque énergie. Elle représente environ 13% de notre facture d'électricité TTC, selon les données de la CRE.

Nous allons diminuer une taxe sur l'électricité dans un amendement à la loi de finance, pour autoriser le gouvernement à baisser cette taxe, en fonction de la hausse qui sera constatée. Jean Castex

Un chèque énergie supplémentaire

Pour faire face à cette montée des prix, le gouvernement a annoncé, il y a peu, l'envoi d'un chèque énergie supplémentaire de 100 euros en décembre. Ce chèque permet de payer les factures de gaz, d'électricité mais aussi de fioul ou de bois. Il concerne 5,8 millions de ménages modestes en situation de précarité énergétique.

La hausse des prix de l'électricité a permis d'augmenter les montants collectés aux travers de la TVA sur l'énergie. Cela a généré 600 millions d'euros de rentrées en plus. Cet argent, nous l'avons rendu aux Français. 600 millions d'euros, c'est le budget qui servira à mettre en place cette revalorisation du chèque énergie. Jean Castex

Bon à savoir Pour faire baisser leur facture d'électricité et de gaz, les ménages peuvent changer de fournisseur d'énergie. En optant pour une offre de gaz ou d'électricité moins chère, les Français peuvent faire jusqu'à 200 € d'économies par an. Pour trouver la meilleure offre d'énergie, le plus simple est de comparer les fournisseurs à l'aide d'un comparateur ou de se faire accompagner par un conseiller au ☎️ 09 73 72 73 00

Mis à jour le