Fin du tarif réglementé : vers une flambée des prix du gaz après juillet ?

Publié le
min de lecture

Annoncée de longue date, la fin du tarif réglementé du gaz (TRVg) ne cesse d’inquiéter les consommateurs. D’autant plus lorsqu’on sait que le dispositif du bouclier tarifaire, visant à encadrer la hausse des prix du gaz, est intimement lié à ce tarif historique. Alors, à l’approche de la disparition du TRVg d’Engie, faut-il s’attendre à une hausse incontrôlée des prix pour les particuliers et les professionnels ?

Tarif réglementé du gaz d’Engie : une fin imminente

Ils sont encore 21,6 millions de foyers abonnés au tarif réglementé du gaz - régulé par les pouvoirs publics - à attendre, avec plus ou moins d’impatience, la disparition de celui-ci, à compter du 30 juin prochain. En effet, cette décision prise de longue date par le Conseil d'État puis validée par la loi Energie-climat de 2019 devrait d’ici quelques semaines être officiellement appliquée, après de longues années d’attente. Si le fournisseur historique Engie et les ELD - seuls organismes à proposer ce tarif unique - ont d’ores et déjà anticipé ce changement, en proposant notamment des offres de transition (l’offre Passerelle pour Engie, Bascule pour ÉS Strasbourg ou Gaz de Bordeaux…), d’aucun s’inquiètent d’une hausse imminente des prix du gaz, consécutive à cette disparition du tarif réglementé.

Une préoccupation légitime lorsqu’on comprend la nature même de cette formule tarifaire. En effet, le tarif réglementé du gaz a pour particularité d’être régulé par les pouvoirs publics. Chaque mois, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) formule une proposition en tenant compte des coûts relatifs à la gestion et au transport du gaz. Celle-ci est ensuite validée - ou non - par le Gouvernement. C’est ce qui fait de cette grille de prix un référentiel de choix pour l’essentiel des fournisseurs alternatifs présents sur le marché. En effet, dans une majeure partie des cas, leurs propres tarifs sont indexés au tarif réglementé d’Engie. Pour l’électricité, ils se basent sur le tarif réglementé d’EDF.

De plus, suite à la crise survenue sur le marché de l’énergie et la hausse consécutive des prix, l’État a mis en place un bouclier tarifaire, afin de plafonner cette augmentation. Celui-ci est également calculé sur la base du tarif réglementé (celui d’Engie pour le gaz, celui d’EDF pour l’électricité) et a permis de limiter la flambée des prix à 4% en 2022, puis 15% en 2023. Selon le ministère de la transition énergétique, cette évolution représente une augmentation moyenne des factures de l'ordre de 25 € par mois pour les ménages qui se chauffent au gaz. Une augmentation qui aurait dû être d'environ 200 € par mois sans bouclier tarifaire.

Alors à l’aube de l’extinction de ce tarif réglementé, la crainte s’intensifie autour de la hausse des prix du gaz, qui ont pourtant, depuis quelques semaines, retrouvé un niveau plus abordable qu’au cours des mois précédents.

Vers une hausse des prix du gaz ?

Du côté des fournisseurs d’énergie, il est à noter que si bon nombre d’entre eux fixent aujourd’hui leurs grilles tarifaires en fonction des tarifs réglementés, cette méthodologie ne revêt aucun caractère d’obligation. Toutefois, compte-tenu de la disparition imminente de ceux-ci, la Commission de régulation de l’énergie a d’ores et déjà pris une initiative transitoire, en prévision de cette étape. En effet, elle a annoncé la mise en place d’un prix de référence. Ce tarif devrait en effet prendre le relais du TRVg dès la fin du mois de juin, grâce à une nouvelle méthode de calcul des prix du gaz. C’est sur ce nouveau calcul de référence, publié chaque mois à partir de juillet 2023, que pourront se baser les fournisseurs alternatifs afin d’établir leurs grilles tarifaires.

Selon la CRE, cette référence sera calculée selon la même méthode que celle utilisée jusqu’à présent pour fixer le prix du gaz au tarif réglementé. Elle prendra donc en compte les coûts d’approvisionnement, les coûts commerciaux ainsi que les coûts de transport, de stockage et de distribution. Ces nouveaux tarifs sont disponibles chaque mois directement sur les sites de la CRE et du médiateur national de l’énergie.

Du côté du bouclier tarifaire sur les prix du gaz, si le Gouvernement a officiellement annoncé sa prolongation jusqu’à la fin de l’année 2023, celui-ci estime néanmoins qu’il n’est désormais plus nécessaire. En effet, à en croire les dernières déclarations du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, les prix du gaz “sont revenus à la situation d’avant-crise, à 50 euros le mégawattheure”. “La combinaison d'un hiver doux, d'exportations record de GNL en provenance des Etats-Unis et d'une demande modérée de la part du secteur résidentiel et de l'industrie”, selon Biraj Borkhataria, analyste chez RBC Capital Markets.

Des affirmations confirmées par l’état des marchés au cours de ces derniers jours. En effet, le contrat à terme du TTF néerlandais évoluait jeudi (18 mai) vers 16h GMT autour de 30,09 euros le mégawattheure (MWh), peu après avoir atteint les 29,69 euros le MWh, un prix plus vu depuis le mois de juin 2021.

Autant de facteurs qui laissent à penser que les prix du gaz devraient se maintenir à un niveau acceptable et ce, malgré la disparition du tarif réglementé d’Engie.

Fin du tarif réglementé : comment s’y préparer ?

Bien que déjà prévenus par mails et par courriers, il se peut que tous les actuels abonnés au tarif réglementé du gaz n’aient pas anticipé cette fin actée. Aussi, à l’aube de ce changement, il convient de faire le point sur la meilleure marche à suivre. Il est par ailleurs à noter que les consommateurs concernés disposent de plusieurs options :

  1. Changer d’offre d’énergie en choisissant une offre alternative d’Engie ;
  2. Changer de fournisseur et d’offre d’énergie ;
  3. Passer, par défaut, sur l’offre Bascule d’Engie.

Pour les foyers qui souhaiteraient continuer à solliciter les services d’Engie, il est possible de souscrire à plusieurs offres de gaz alternatives telles que :

  • L’offre gaz Référence ;
  • L’offre gaz Tranquillité.

Du côté des offres proposées par les fournisseurs alternatifs de gaz, la première étape consiste à comparer les différentes offres disponibles sur le marché, en fonction de ses besoins, avant de contacter un conseiller Selectra par téléphone au ☎️ 09 73 72 73 00 (service gratuit).

Electricite

Je compare les offres de gaz disponibles

 Je compare

Pour se faire une idée plus précise, voici une sélection d’offres de gaz actuellement disponibles :

Les 10 offres gaz les moins chères au 15/07/2024
Fournisseur Nom de l'offre Prix par an * Économies par rapport au tarif réglementé Prix de l'abonnement Prix du kWh
TotalEnergies
OFFRE SPÉCIALE GAZ
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1117€
Vous économisez
53€
257.2€ 0.086€
OHM Énergie
OFFRE MAXI ÉCO GAZ Budget estimé
1125€
Vous économisez
45€
257.2€ 0.0868€
Vattenfall
GAZ FIXE FIDÉLITÉ
🏷️ Des prix bloqués !
Budget estimé
1154€
Vous économisez
16€
269.1€ 0.0885€
CRE
PRIX REPÈRE MOYEN DE VENTE DE GAZ NATUREL Budget estimé
1170€
Même prix que le tarif réglementé 257.2€ 0.0913€
Mint Énergie
BIOGAZ CLASSIC
✔️ Offre verte !
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1186€
Votre surcoût est de
16€
257.2€ 0.0929€
Engie
GAZ ADAPT 1 AN
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1197€
Votre surcoût est de
27€
257.2€ 0.094€
Vattenfall
GAZ ECO PLUS
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1202€
Votre surcoût est de
32€
281.1€ 0.0921€
Happ-e
HAPP-E OFFRE GAZ
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1206€
Votre surcoût est de
36€
284.2€ 0.0922€
Sowee
GAZ PRIX FIXE 3 ANS
🏷️ Des prix bloqués !
Budget estimé
1214€
Votre surcoût est de
44€
257.2€ 0.0957€
Gaz de Bordeaux
GAZ RÉF
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1228€
Votre surcoût est de
58€
251.3€ 0.0977€

*Tableau mis à jour quotidiennement. Tarifs TTC. Budget annuel calculé pour une consommation de 10.000 kWh à Lyon en tarif B1

Enfin, les clients qui n’auraient pas réalisé les démarches nécessaires afin de changer d’offre de gaz à compter du 30 juin prochain basculeront automatiquement vers l’offre Passerelle, proposée par Engie. Celle-ci sera indexée sur la référence des prix du gaz sur les marchés, publiée mensuellement par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) et éligible au bouclier tarifaire mis en place par le Gouvernement.

Partager cet article !

  

Les articles "énergie" les plus lus