Le prix de l'électricité de gros en forte baisse en 2015

Dans son rapport 2014-2015 sur le fonctionnement des marchés de gros de l'électricité, du gaz naturel et du CO2, la CRE fait état d'une conjoncture de baisse des prix de l'énergie.


La conjoncture depuis début 2015 est celle d'une baisse du prix des matières premières, et notamment du pétrole et du charbon. Comme en 2014, cette situation découle d'un affaiblissement de la demande dû au ralentissement économique dans la zone euro et dans le monde, ainsi que d'une offre toujours élevée en raison de l'entrée en exploitation de capacités importantes de gaz et pétrole de schiste. Une baisse des prix à laquelle a aussi contribué le développement sur le continent européen des énergies vertes, en premier lieu éolienne et photovoltaïque.

Les marchés français ont de surcroît été affectés par des conditions climatiques douces, qui ont maintenu à la baisse la demande en énergies de chauffage. La production d'électricité sur le territoire français a quant à elle été très stable, grâce à une bonne disponibilité du parc nucléaire, qui en assure aujourd'hui les trois quarts. Ces facteurs ont contribué à un bon équilibre offre-demande, avec des pics de prix peu nombreux.

Le prix de l’électricité en gros en forte baisse

L'offre stable et abondante, la demande faible, ont conduit à une baisse structurelle des prix de l'électricité en 2015. Fin 2014, les prix pour les contrats à terme sur les marchés de gros étaient passés sous la barre des 42€/MWh, soit le niveau de l’Arenh, auquel EDF propose son électricité d’origine nucléaire aux fournisseurs alternatifs. En 2015, ils ont encore baissé pour atteindre un niveau proche de 36€/MWh à la fin de l'année.

La souscription à l’Arenh ayant beaucoup perdu en compétitivité par rapport aux prix de marché, elle a été massivement désertée par les fournisseurs au cours de l’année 2015. Le volume d’achat s’élevait à 12,3 TWh au premier semestre 2015 contre 34,5 TWh au second semestre 2014. Il est passé à 3,8 TWh au second semestre 2015, et devrait être égal à zéro au premier semestre 2016.

 

Une tendance baissière à mettre en regard avec les hausses régulières que doivent éponger les consommateurs d’électricité finaux, ménages et entreprises, encore abonnés aux tarifs réglementés d’EDF. La part approvisionnement du tarif bleu comprend en effet l’Arenh, lequel voit son prix augmenter pour couvrir la hausse des coûts de maintenance des centrales nucléaires d’EDF.

Les fournisseurs alternatifs, ayant pu observer de leur côté des baisses de leurs coûts d’approvisionnement, ont lancé au cours de l’année 2015 de nouvelles offres avantageuses, à l’instar de l’offre 100% en ligne Happ-e. Sur le marché de détail, 2016 pourrait donc promettre d’autres innovations, au bénéfice des consommateurs.

Télécharger le rapport de la CRE (pdf).

Mis à jour le