Entretien avec Urban Solar Energy, le fournisseur qui amène l’auto-consommation au cœur des villes

Entretien avec Yannick Ducerf et Cyril Morin, fondateurs d'Urban Solar Energy

Yannick Ducerf
Yannick Ducerf, co-fondateur d'Urban Solar Energy

Urban Solar Energy est un fournisseur d'électricité apparu sur le marché français en 2018. Auto-consommation pour les professionnels, stockage virtuel, approvisionnement en électricité verte... Cyril Morin et Yannick Ducerf, les fondateurs du fournisseur lyonnais, ont répondu aux questions de Selectra.

Selectra : Comment est née l’idée d’Urban Solar Energy ?

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Nous étions tous les deux associés dans une précédente entreprise d’intégration informatique, située au dernier étage d’un bâtiment. Il n’y avait qu’un plafond qui nous séparait des 300 m2 de toiture. Nous nous sommes dit que pour faire tourner nos ordinateurs et nos serveurs, ce serait super de faire installer des panneaux solaires pour produire l’électricité dont nous avons besoin.

Nous avons donc fait venir plusieurs professionnels, mais aucun ne nous a semblé sensible à la démarche d’auto-consommation. Il n’était question que des obligations d’achat ! De fils en aiguille, aidé par les changements de législation concernant l’autoconsommation, nous avons vendu notre entreprise pour fonder Urban Solar Energy.

Selectra : Quelle est l’idée motrice d’Urban Solar Energy ?

Développer l’autoconsommation en milieu urbain ! Et sans passer par les aides d’Etat parce que nous ne voulons pas subir les conséquences que pourraient avoir un nouveau moratoire.

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Développer l’autoconsommation en milieu urbain ! Et sans passer par les aides d’Etat parce que nous ne voulons pas subir les conséquences que pourraient avoir un nouveau moratoire. Nous avons décidé d’écarter aussi le mécanisme des obligations d’achat qui ne correspond pas vraiment à la philosophie de l’autoconsommation.

Nous cherchons à mettre le photovoltaïque au coeur des villes. C’est un vrai défi parce que les projets sont complexes mais ils participent à la décentralisation des moyens de production, une des clés de la transition énergétique. Le challenge est à relever avec les gisements urbains qui sont intéressants. Il y a à Lyon 6,5 millions de m2 exploitables en photovoltaïque.

Selectra : Quelle est la cible de votre offre d’auto-consommation ?

Cyril Morin
Cyril Morin, co-fondateur d'Urban Solar Energy

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Nous avons décidé de cibler en premier lieu les professionnels pour notre offre de consommation parce qu’ils ont plus de moyens mais aussi parce qu’ils ont des consommations concomitantes avec la production d’énergie solaire. Les horaires de bureau coïncident plus ou moins avec les heures d'ensoleillement : pour l’auto-consommation c’est parfait !

Selectra : Que faites-vous des surplus de production de vos clients si vous ne leur proposez pas de passer par le mécanisme des obligations d’achat ?

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Effectivement, les week-end, les jours fériés, l’électricité produite n’est pas consommée. Or les batteries aujourd’hui n’offrent pas de solution satisfaisante. Elles coûtent très cher. Quand bien même l’entreprise voudrait investir, il faudrait choisir entre des batteries petites, plus économiques, mais incapables de stocker le surplus de production estivale, ou des batteries capables de stocker ce surplus, mais plus grosses et beaucoup plus chères. C’est pourquoi nous avons mis au point notre idée de stockage virtuel.

Selectra : Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur le stockage virtuel ?

Yannick Ducerf et Cyril Morin : L’électricité produite en trop par nos clients va intégrer notre mix énergétique, pour fournir nos clients professionnels et particuliers sans centrale photovoltaïque. Nous gardons en mémoire les quantités pour les rendre gratuitement aux clients les jours où leur production d’électricité n’est pas suffisante.

Selectra : Quel part de votre mix énergétique représente la production de vos clients ?

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Aujourd’hui on est à 10% en moyenne, mais nous souhaitons atteindre les 20% dans un avenir proche. Le reste nous est fourni par des producteurs hydrauliques indépendants du quart sud-est de la France.

Selectra : Pourquoi avoir choisi de vous fournir auprès de producteurs de cette région en particulier ?

Comme nous avons commencé à nous développer à Lyon, nous avons souhaité trouver des producteurs de la région. Nous voulons avoir une démarche locale.

vue de lyon depuis le Rhone

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Comme nous avons commencé à nous développer à Lyon, nous avons souhaité trouver des producteurs de la région. Nous voulons avoir une démarche locale. Beaucoup de fournisseurs verts utilisent le mécanisme des garanties d’origine pour faire du vert avec du gris. Ils achètent des garanties d’origine peu chères en Europe, mais se fournissent dans le même temps auprès d’EDF dont l’électricité provient en grande partie du nucléaire ou sur le marché SPOT à bas prix sans se soucier de la nature de cette énergie. Nous proposons donc une démarche différente, locale, en ayant des prix qui restent abordables.

Selectra : En parlant de prix de l’électricité, quelle est votre stratégie à ce sujet ?

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Nous proposons le même prix du kWh HT d’électricité que le tarif bleu d’EDF car c’est un tarif connu du grand public, donc compréhensible par tous. En revanche, nous proposons un abonnement 5% moins cher que celui d’EDF. Sans vouloir se lancer dans une guerre des prix, nous avons souhaité proposer une offre attractive pour le plus grand nombre.

Sur les plus gros abonnements > 36 kVA (anciennement jaunes et verts ), nos offres sont sur mesure mais la plupart du temps très compétitives par rapport aux fournisseurs traditionnels, toujours avec une énergie 100% renouvelable.

Selectra : Est-ce que vous comptez développer des offres d’auto-consommation pour les particuliers ?

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Nous allons y venir, mais avec les particuliers, il va falloir compter sur les aides d’Etat parce qu’ils n’ont pas les mêmes capacités de financement que les professionnels.

Nous comptons aussi développer l’auto-consommation collective, qui est possible depuis mai 2017. Cela permettrait d’équiper des co-propriétés. L’électricité produite alimenterait en premier lieu les parties communes. Le surplus bénéficierait ensuite aux appartements de la copropriété.

Selectra : Une dernière chose à ajouter ?

Nous avons construit le premier étage de la fusée aujourd’hui.

Yannick Ducerf et Cyril Morin : Pour conclure, on peut dire que nous avons construit le premier étage de la fusée aujourd’hui. Nous planchons maintenant sur l’apport des nouvelles technologies de l’intelligence artificielle et la block-chain, pour analyser puis piloter la consommation de nos clients. Ça nous semble essentiel pour développer les microgrids, ces réseaux miniatures qui reposent sur une très grande flexibilité.

Mise à jour le