Biogaz et électricité verte : les énergies renouvelables de plus en plus plébiscitées par les Français

énergie éolienne
Les Français peuvent investir dans des projets d'énergies vertes non loin de chez eux, par le biais d'actions ou d'obligations.

Si l'on en croit l'Ademe, aujourd'hui 94% des Français "sont favorables au développement des énergies renouvelables". Ce soutien massif s'explique notamment par le fait que les énergies vertes sont souvent, et à juste titre, sources de retombées positives pour les territoires de l'Hexagone. Les consommateurs souhaitent donc davantage bénéficier d'une énergie propre et produite non loin de chez eux. Et cela, les fournisseurs de gaz et d'électricité l'ont bien compris et s'engagent localement. 


Des énergies renouvelables et surtout locales 

Aujourd'hui plus de 9 Français sur 10 plébiscitent les énergies vertes selon l'Ademe. Comme l'explique, Rémi Chabrillat de l'Ademe, dans un entretien publié dans le Parisien, "c'est parce-que les énergies renouvelables sont locales qu'elles suscitent l'enthousiasme".

"Le levier majeur de l'appropriation des ENR aujourd'hui et notamment dans la période dans laquelle nous vivons aujourd'hui, c'est le fait que les Français ont parfaitement conscience du fait que ce sont des énergies locales. Et dans la logique de rapprochement de circuit court de la production, de la consommation, etc."
Rémi Chabrillat, directeur de la Bioéconomie et des énergies renouvelables au sein l'Ademe

L'exemple de Perpignan avec Ilek

Les collectivités territoriales essayent d'ailleurs de capitaliser sur cet engouement en proposant à leurs administrés de l'énergie locale. C'est par exemple, ce que fait la Métropole de Perpignan aux côtés d'Ilek, un fournisseur de biogaz et d'électricité verte. Elle transforme ses déchets urbains en gaz vert pour inciter les citoyens à consommer une énergie produite aux alentours de leur lieu de vie.

Zoom sur les projets citoyens

transition énergétique

Si les Français sont favorables aux énergies renouvelables, peu savent qu'ils peuvent s'engager directement dans la transition énergétique. C'est ce qu'affirme Rémi Chabrillat : les citoyens sont prêts à s'investir mais peu "ont connaissance des projets proches de chez eux".

Pour aider les petits producteurs à se lancer, l'association Energie Partagée propose aux consommateurs d'acheter des actions dans de petites centrales de production d'électricité verte et de biométhane implantées dans l'Hexagone. Les Français participent ainsi au développement des énergies vertes sur leur territoire tout en percevant des dividendes. Un système gagnant-gagnant !

Le biogaz : un vecteur d'externalités positives pour la filière agricole française

Mais les énergies renouvelables ne sont pas seulement utiles aux consommateurs finaux. Elles peuvent parfaitement constituer une source de revenus pour la filière agricole et les entreprises locales. Selon Pierre de Froidefond, associé chez Cap Vert Energie, la construction d'une unité de méthanisation "génère 3 à 5 M€ de retombées directes" sur un territoire. On voit bien là les enjeux de croissance et de résilience liés aux énergies renouvelables.

D'autre part, elles permettent de repenser l'agriculture sous la forme de l'économie circulaire. Les déchets agricoles peuvent être valorisés pour produire de l'énergie.

"La méthanisation permet à notre entreprise de réduire considérablement son empreinte écologique, avec une modification de nos pratiques culturales. Et beaucoup plus car nous traitons plus de 4 000 tonnes de co-substrats par année (pelouses, invendus de GMS et restes de repas), ce qui permet à ces « déchets » d’avoir une seconde vie en produisant une énergie renouvelable et de l’engrais pour nos cultures."
Loïc, président de la SAS Meuhvelec et producteur de biométhane pour Ilek

Aujourd'hui, le biométhane représente moins d'1% de la consommation de gaz française. Mais au vu des atouts qu'il présente, on peut penser qu'il sera de plus en plus développé. Toutefois, le gouvernement reste assez timide en matière d'objectif concernant le gaz vert. La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) a fixé pour objectif 7% biogaz dans la consommation totale de gaz à horizon 2030.

Electricité verte et biométhane : comment bien choisir son offre d'énergie ?

électricité verte

Si les énergies vertes apparaissent comme des solutions d'avenir, il faut savoir qu'en la matière toutes les offres vertes ne se valent pas. Le mieux est de se tourner vers les fournisseurs qui font le choix de promouvoir les énergies vertes et locales.

C'est par exemple le cas d'ilek qui se conçoit comme une AMAP des énergies vertes. Celui-ci propose diverses offres d'électricité (d'origine éolienne ou hydraulique) ainsi que trois offres de biométhane. Pour le gaz, celui-ci a annoncé "compter plus de 15 producteurs de biogaz d’ici la fin de l’année".

Autre fournisseur d'électricité verte 100% française, Planète Oui a également lancé une offre de biogaz d'origine France. Elle est pour l'instant réservée aux clients électricité du fournisseur mais sera bientôt disponible pour tous.

Enfin, ekWateur dispose lui aussi d'offre d'électricité verte et de biogaz. Il laisse aux consommateurs la possibilité de choisir entre une offre 100% biométhane et 5% biométhane.

Bien entendu, ce ne sont pas les seuls fournisseurs d'énergie verte sur le marché. Afin de trouver le fournisseur le plus adapté à sa consommation, il convient de comparer les offres. Pour ce faire, il faudra garder en tête au moins trois critères :

  • Le prix du kWh et de l'abonnement au gaz ou à l'électricité ;
  • La provenance de l'énergie ;
  • La qualité et la disponibilité du service client.

C'est pourquoi, le recours à un comparateur d'énergie peut s'avérer très utile. En quelques clics, le consommateur aura accès à toutes les offres auxquelles il peut prétendre assorties d'une simulation des prix.

Mis à jour le