Engie perd des parts de marché sur le gaz, compensées par ses conquêtes sur l'électricité

Attaqué par les fournisseurs alternatifs, Engie mise désormais sa croissance sur le marché de l'électricité. Pour tirer son épingle du jeu, le fournisseur réduit ses coûts afin de proposer des prix plus avantageux.


Fournisseur historique de gaz naturel, Engie a profité pendant près de 50 ans d'une position hégémonique sur le marché de la fourniture de gaz. Mais depuis l'ouverture du marché entre 2000 et 2007, ses parts de marché n'ont fait que se réduire sous la pression des fournisseurs alternatifs. Le fournisseur, qui comptait 11 millions de clients particuliers abonnés au gaz en 2010, a perdu 1,5 million de clients sur les cinq dernières années, soit 18% de son portefeuille. Le bilan est encore plus sévère sur le segment des entreprises, dont 30% ont déjà quitté les tarifs réglementés d'Engie pour une offre de marché d'un fournisseur alternatif tel qu'eni ou Direct Energie. Du fait d'un mouvement important des gros consommateurs tels que les industriels, la part de marché en volume d'Engie a même régressé de 75 à 42% en cinq ans. Cette tendance s'est accélérée avec le processus de fin des tarifs réglementés du gaz naturel, rendu effectif au 1er janvier 2015 pour les consommations supérieures à 200 MWh par an, et qui sera concrétisé le 1er janvier 2016 pour les consommations supérieures à 30 MWh. Un seuil qui concerne la plupart des établissements publics tels que les écoles et les hôpitaux, mais aussi certains commerces et bureaux. La fuite de la clientèle d'Engie ne donne donc aucun signe de répit.

DolceVita gaz : des offres peu compétitives

Particuliers ou professionnels, où vont ces clients de gaz qui choisissent de quitter les tarifs réglementés ? Bien souvent pas chez Engie, du simple fait que les offres du fournisseur historique ne sont pas toujours les plus avantageuses en comparaison avec la concurrence. Avec sa marque commerciale DolceVita, Engie propose en effet des offres à prix fixe, ce qui peut être utile en cas de hausse des tarifs réglementés, mais peut aussi s'avérer contre-productif en cas de baisse de ces derniers. Les offres du fournisseur historique ne comportent par ailleurs aucune réduction garantie sur le prix du kWh, au contraire d'offres de fournisseurs comme Direct Energie et eni affichant des réductions claires. Les offres duales électricité+gaz de Direct Energie permettent en effet de réaliser des économies de l'ordre de 5%, tandis qu'eni a introduit en 2014 ses offres Astucio à prix fixe révisable à la baisse à date anniversaire du contrat en cas de baisse des tarifs réglementés. Une manière d’être sûr d’être gagnant à tous les coups. La pression des fournisseurs alternatifs de gaz s'est vue accrue par la vague d'achats groupés qui frappe le marché depuis fin 2013, permettant aux clients de gaz et d'électricité et de réaliser des économies encore plus substantielles.

Le choix d'Engie : opérer une percée sur l'électricité

Engie voit comme inéluctable le recul de ses parts de marché sur le gaz, c'est pourquoi il tente aujourd'hui de les compenser par une forte croissance sur le segment de l'électricité. C'est dans cet esprit que le fournisseur a mis en place l'offre Happ-e, qui profite d'une réduction sur le prix de l'électricité de 8% la 1ère année seulement%. Offre low cost, Happ-e ne fait donc pas partie de la gamme DolceVita. Pour pouvoir proposer une offre aussi avantageuse, Engie a opté pour un service client 100% en ligne, qui lui permet de réaliser d'importantes économies de structure. Quel que soit son besoin ou sa demande, le client Happ-e passe donc par un point de contact unique, son espace client, avec un délai de réponse de 48h maximum. Engie s'appuie également sur cette offre pour participer à l'achat groupé Familles de France - Selectra, dans le cadre de laquelle il propose une réduction pouvant aller jusqu'à -12% par rapport aux tarifs réglementés d'EDF, garantie 2 ans.

Engie fournit aujourd'hui leur électricité à 2,3 millions de clients particuliers, et projette de doubler ce chiffre à 4,6 millions d'ici 2018.

Mis à jour le