Engie (ex-GDF Suez) pourrait absorber certaines activités d'Areva

Areva

Le 28 avril dernier, l'Assemblée Générale des actionnaires validait le changement de nom de GDF Suez, désormais Engie. Ce changement de nom s'inscrit dans une volonté de la direction d’insuffler une nouvelle politique de développement pour le groupe. Dans cette optique, une nouvelle idée a été abordée : renforcer les activités de la filiale Cofely Endel en intégrant une partie des activités liées aux services dans le nucléaire du groupe Areva.


Les nouveaux axes de développement d'Engie

L'un des objectifs du changement de nom du groupe français est de renforcer sa présence international et d'en faire un acteur clé des énergies, et plus uniquement du gaz naturel. Le groupe compte de nombreuses filiales, portant différents noms, spécialisées dans diverses activités. Engie rassemblerait toutes les activités du groupe au profit des diverses filiales.

Engie exploite sept réacteurs nucléaires en Belgique. Cette gestion est opérée par l'entreprise Cofely Endel. Cette filiale de l'énergéticien intervient également sur des centrales d'Areva, de EDF et du CEA.

L'acquisition de certaines activités d'Areva, dans le domaine de compétences de Cofely Endel, pourrait permettre à Engie de devenir un acteur clé dans le domaine des services nucléaires. Cependant, la direction du groupe affirme ne vouloir se spécialiser que dans certaines activités. Gérard Mestrallet, PDG d'Engie, affirme vouloir rester :

client  dans le domaine des chaudières nucléaires, pas fournisseur.

Une reprise d'activités qui tombe à propos pour Areva

Centrale Nucléaire

Engie pourrait reprendre à son compte une partie de l'activité services nucléaires d'Areva.

Areva connaît une situation financière difficile. Afin de poursuivre ses activités, le groupe doit mettre en place un plan de cession d'une partie de ses actifs ainsi qu'un plan de redressement financier.

Plusieurs groupes du domaine de l'énergie se sont mis sur les rangs pour l'acquisition d'une partie des activités d'Areva :

  • EDF pourrait racheter totalement son activité réacteur. Cette hypothèse reçoit un appui favorable de la part du ministère de l'Economie.
  • Engie pourrait reprendre à son compte une partie des activités de services nucléaires. Cette option est envisagée sérieusement par le groupe Areva. Elle lui permettrait de conserver une partie de ses activités.
  • Deux groupes chinois, CGN (China General Nuclear) et CNNC (China National Nuclear Corporation), se sont rajoutés à la liste des acquéreurs potentiels. Le rachat par ces acteurs signifierait un transfert de technologies et donc une baisse de compétitivité, à moyen terme, des entreprises françaises.

Le rachat d'une partie de ces activités s'inscrit bien dans la nouvelle politique de développement du groupe Engie. En renforçant sa filiale Cofely Endel, le groupe s'imposerait comme un acteur clé du secteur de l'énergie nucléaire.

Mis à jour le