Energies renouvelables : la Commission européenne donne son feu vert à la France

Commission européenne
La Commission européenne vient d'autoriser la France à apporter un soutien public de 200 millions d'euros pour l'auto-production d'électricité.

Ce lundi 22 octobre, la Commission européenne a décidé d'autoriser l'Etat français à distribuer des aides publiques en matière d'énergies renouvelables. Un montant de 200 millions d'euros sera versé sous forme de primes pour encourager la production d'électricité verte et l'autoconsommation


Une mesure à destination des professionnels et des particuliers 

Ce dispositif d'aide est mis en place pour les entreprises mais aussi les consommateurs particuliers qui vendraient de l'électricité verte produite par leur soin au réseau. Afin de déterminer qui pourra en bénéficier, des appels d'offres seront lancés jusqu'en 2020 pour des "petites installations d'une capacité comprise entre 100 et 500 kilowatts". Normalement, le budget de 200 M€ devrait permettre à l'Hexagone de produire 490 mégawatts d'électricité supplémentaire. 

Réduire la dépendance française au nucléaire

Si la France cherche à s'engager davantage dans la transition énergétique, c'est qu'elle a fixé des objectifs ambitieux en matière de développement durable. Cette denière souhaiterait que 32 % de sa consommation énergétique soir propre à horizon 2030. Dès lors, elle entend porter la production d'électricité verte à 40 % à cette date. En effet, elle demeure encore très dépendante de l'atome, puisque "l’électricité d’origine nucléaire (...) couvre aujourd’hui 75% des besoins du pays" fait savoir l'agence Reuters.

L'énergie nucléaire suscite encore des nombreuses polémiques. Sa place en France et celles des réacteurs français devraient être discutés dans le cadre de la prochaine programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) qui sera présentée dans les jours à venir

Un vecteur de concurrence pour les énergies vertes

Les offres d'électricité vertes sont de plus en plus nombreuses et certaines entreprises voient l'autoconsommation comme une filière d'avenir. C'est notamment le cas de GreenYellow et Engie qui ont fondé Reservoir Sun, une nouvelle société spécialisée dans l'auto-consommation photovoltaïque pour les professionnels. On peut imaginer que d'autres acteurs se lanceront dans les années à venir.

Dès lors, la mise en place de cette aide publique apparait pour l'Union européenne comme vectrice de concurrence dans ce secteur"ce régime stimulera la concurrence entre les sources d'énergie renouvelables pour les auto-producteurs et augmentera davantage encore la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique de la France. Les appels d'offres neutres du point de vue technologique contribueront à la transition de la France vers un approvisionnement énergétique sobre en carbone et durable sur le plan environnemental, conformément aux objectifs environnementaux de l'UE et à nos règles en matière d'aides d'État", fait savoir Margrethe Vestager, commissaire européenne en charge des questions de concurrence. 

Mis à jour le