Nucléaire : Fessenheim fermera ses réacteurs en 2018

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, vient d'annoncer la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim en 2018.


Fessenheim fait place à Flamanville

Donc Flamanville va ouvrir, puisque c'est 2018, et donc en effet Fessenheim devra fermer. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal

C'est une annonce implicite faite par la ministre de l'Ecologie en déplacement à Strasbourg ce mardi. Doyenne des centrales nucléaires françaises, Fessenheim ne fermera finalement pas ses portes à la fin du quinquennat de François Hollande comme le Président s'y était engagé. Une promesse déchue par l'annonce faite par EDF, jeudi dernier, du nouveau report de la mise en service du réacteur nouvelle génération EPR de Flamanville en 2018.

L'histoire de Fessenheim Première centrale nucléaire française REP900, la construction de Fessenheim débute en 1970. Mise en service en 1978, elle contient deux réacteurs de type REP (ancienne génération) d'une puissance installée de 900 MW l'unité qui alimentent l'Est de l'hexagone et plus particulièrement l'Alsace pour une production annuelle de 12 000 GWh

Une fermeture reportée mais programmée

Alors qu'EDF et l'Autorité de Sûreté Nucléaire étaient d'avis de prolonger son activité, les réacteurs de la centrale alsacienne auront fonctionné 40 ans au total, soit leur durée de vie initiale. Adoptée en juillet dernier, la loi sur la transition énergétique prévoit notamment de plafonner la production d'énergie nucléaire à son niveau actuel. Il apparaît donc indispensable de fermer la centrale aslsacienne avant l'ouverture de son homologue EPR de Flamanville. Reste à savoir si la fermeture annoncée ne coûtera pas très cher au contribuable. Le Conseil constitutionnel avait ouvert il y a quelques semaines la voie à l'indemnisation d'EDF en cas de fermeture d'un réacteur nucléaire.

Il y a l'application de la loi, donc c'est assez simple maintenant puisqu'il y a un plafonnement de la production d'énergie nucléaire à 63,2 gigawatts (GW), ce qui veut dire que quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer. Ségolène Royal
Mis à jour le