Nucléaire en Europe : que dit le dernier rapport de l'ONU ?

Nucléaire rapport ONU
L'énergie nucléaire permet la production d'une énergie décarbonanée mais engage la production de déchets radioactifs.

Le 11 août 2021, l’ONU a publié un rapport sur l’énergie nucléaire. Selon elle, l’atome reste une source de production d’électricité proche de la neutralité carbone. Pour l'organisme, dans un objectif de lutte contre le réchauffement climatique, il doit être utilisé. Explications.


Le nucléaire : une production décarbonée et continue

En vertu des accords de Paris, l’Union européenne s’est donnée pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Cela passe notamment par l'arrêt des énergies fossiles dans le mix énergétique européen.

Le nucléaire présente l’avantage d’émettre peu de CO2. L'Ademe compte 6 grammes de CO2 émis par kWh d’électricité produit contre 1060 pour le charbon. D’après la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe (CEE-ONU), le nucléaire depuis 50 ans a permis d’éviter le rejet de 74 Gt de CO2. A l’heure actuelle, cela représente la totalité des émissions mondiales de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie sur 2 ans.

Pour les pays qui choisissent de mettre en œuvre cette technologie, l'énergie nucléaire est une source importante d'électricité et de chaleur à faible teneur en carbone qui peut contribuer à atteindre la neutralité carbone et donc à atténuer le changement climatique et à réaliser l'agenda 2030 pour le développement durable. Olga Algayerova, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe (CEE-ONU)

Le deuxième avantage du nucléaire : il permet une production continue d’électricité. A l’inverse, les énergies renouvelables sont dites intermittentes. Leur production varie en fonction de la météo. De manière très concrète, sans vent, une éolienne ne tourne pas.

Les limites de l’atome

Si elle fait preuve d’avantages compétitifs, l’énergie nucléaire n’est pas exempte de risques. Notamment, l’industrie nucléaire génère énormément de déchets radioactifs qui peuvent présenter des dangers pour la santé et les écosystèmes.

Le rapport de la CEE-ONU ne l’oublie pas. C’est la raison pour laquelle certains pays refusent d’y avoir recours. C’est pourquoi elle doit entrer en complémentarité avec les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique), qui elles n'engendrent aucune production de déchets.

L'énergie nucléaire a le potentiel d'accroître son intégration avec d'autres sources d'énergie à faible teneur en carbone dans un futur bouquet énergétique décarboné. CEE ONU

L’hydroélectricité, fer de lance de la lutte contre le réchauffement climatique

Si le nucléaire a permis une baisse des émissions de CO2 en Europe, elle n’est pas l’énergie la plus importante en la matière. D’après la CEE-ONU, c’est l’énergie hydraulique qui a permis de réduire le plus les rejets de GES sur les cinquante dernières années. Elle a engagé une réduction de 98 Gt de CO2.

L'hydroélectricité a joué un rôle plus important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre au cours de cette période. CEE-ONU

Mis à jour le