Quelle offre d'énergie choisir pour économiser cet hiver ?

offres économiques hiver

Les plans de sobriété énergétique s’orientent pour la plupart vers une consommation d’énergie plus optimisée et intelligente. L’évitement des heures de pointe est au cœur des stratégies pour éviter le blackout énergétique. Les pays européens ont accepté de réduire "d'au moins 5%" la consommation pendant les heures de pointe. Les offres énergétiques vont-elles suivre le rythme ?


Une surveillance millimétrée de ses consommations

L’approche de la période hivernale, et de ses pics de consommation d’énergie, accélère les décisions politiques pour assurer la fameuse sobriété énergétique. Les 27 ministres de l'énergie des pays de l'UE se sont accordés le 30 septembre dernier sur un plan d'urgence énergétique. L’ensemble des pays souhaite mettre l’accent sur l’économie, notamment sur la réduction de consommation des particuliers et des entreprises lors des heures de pointe.

L’objectif de 5% est conséquent pour l’ensemble des 27 de l’UE. Pour s’assurer d’atteindre cette réduction, une panoplie d’outils est déployée. Suivi de la consommation heure par heure, offres énergétiques sur mesure, récompenses des “bons usages”, etc. Les gouvernements veillent à ce que leur pays suive les règles et n’hésite pas à impliquer chaque citoyen.

La France n’échappe pas à cette tendance. Les membres du gouvernement appellent à tour de rôle à réduire autant que possible l’empreinte énergétique hexagonale, afin d’éviter des factures trop élevées, mais aussi pour s’assurer des stocks hivernaux.

Le gestionnaire du réseau électrique français RTE communique par ailleurs massivement sur sa plateforme Ecowatt, une sorte de météo de l’électricité qui permet de suivre en temps réel la consommation nationale d’électricité. L’outil a un même dispositif d’alerte en cas de coupure totale. Si ce scénario venait à se concrétiser, le site informera en temps réel les consommateurs inscrits sur Ecowatt et leur proposera des gestes à adopter en cas de blackout.

Heures creuses, jour de pointe et offre Tempo : l’œil sur le compteur

Les fournisseurs sont également invités à faire leur part en proposant une option tarifaire qui offre la possibilité de mieux contrôler sa consommation. C’est sur le volet tarifaire “heures creuses/heures pleines” que l’attention est portée. Réduire ou, à minima, reporter sa consommation d’énergie est l’attitude la plus recommandée.

Cette option, qui concernait 13 millions de foyers en France est désormais sous le feu des projecteurs. Le système de double compteur permet de bénéficier de 8 heures creuses permettant de payer moins cher le kWh d’électricité. Lorsque les heures pleines, appliquées durant les périodes de pointe ont un tarif plus cher. La plupart des fournisseurs d’énergie proposent cette option tarifaire.

Il faut également rappeler l’offre Tempo d’EDF qui a remplacé l’offre effacement jour de pointe (EJP) en 1998. Cette tarification permet aux consommateurs de bénéficier de prix avantageux durant 343 jours par an, s’ils réduisent de manière conséquente leur consommation durant les 22 jours de forte demande. Grâce à un système de couleurs fourni par le boîtier tempo, les clients peuvent décaler leur consommation. Les jours rouges sont les plus chers, les bleus les moins coûteux en énergie. Enfin les jours blancs sont à mi-chemin entre les deux tarifs. Un jour tempo démarre de 6h du matin et dure 24h, ce qui permet de s’adapter facilement aux couleurs.

Des mécanismes ont d’ailleurs été renforcés pour accompagner les consommateurs dans leur gestion de leur facture en suivant les heures à éviter comme celles à privilégier. La plateforme Ecowatt citée précédemment offre davantage d’informations aux consommateurs pour suivre avec précision les heures de pointe.

La tarification dynamique promue par l’État

Les offres à tarification dynamique sont également au cœur du plan de sobriété énergétique. En août dernier, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé un assouplissement “transitoire” des modalités des offres dynamiques. L’objectif étant d’inciter intelligemment leurs clients à déplacer, voire, à effacer leur consommation.

La tarification dynamique est certes conseillée, mais la CRE a rappelé qu’elle doit comporter des signaux clairs concernant les prix de l’électricité à chaque période. Les fournisseurs sont appelés à informer au mieux leurs clients sur l’évolution du prix de l’électricité, pour qu’ils évitent les heures de pointe.

En effet, toutes ces options ne sont intéressantes qu’à la condition d’être extrêmement vigilant concernant l’usage de ses équipements électriques. Sans cette surveillance, les consommateurs courent le risque de se voir affligés d’une facture particulièrement salée.

Récompenser les clients “responsables”

Outre l’option heure de pointe, d’autres incitations ont été mises en place à destination des consommateurs. TotalEnergies a à ce titre annoncé la semaine dernière une remise sur les factures allant de 30 à 120 euros pour les clients qui veillent à baisser leur consommation. Pour les foyers qui parviendront à réduire de 5 % leur consommation, l’énergéticien prévoit une remise de 30 euros. Elle peut atteindre jusqu’à 120 euros pour ceux qui la réduisent de 20 %. L’offre concerne les clients ayant souscrit un contrat auprès du fournisseur depuis novembre 2021 et qui sont équipés d’un compteur Linky.

Engie a également lancé un dispositif intitulé “Mon Bonus Engie”. À compter de la mi-octobre, les usagers pourront participer à des journées spéciales durant lesquelles ils feront tout pour réduire leur consommation. Lorsque les besoins sont réduits, Engie offre également des réductions. Chaque défi appliqué permettrait de gagner 5 à 10 euros sur la facture finale.

La rémunération, une solution pour les particuliers ?

Enfin une autre proposition a été évoquée pour convaincre les consommateurs de réduire leur consommation, il s’agit de la rémunération. Un groupe d'experts de l'énergie signait une tribune dans Le Monde en juillet dernier appelant à proposer des contrats rémunérés aux consommateurs qui évitent les heures de pointe.

“C’est dans une consommation plus flexible que se trouve le réservoir le moins coûteux et le plus immédiat de capacité”, écrivent dans leur tribune les experts. “Proposons à tous les Français (particuliers, artisans, PME, etc.) la possibilité de souscrire un contrat qui les rémunérera s’ils baissent leur consommation lors des pics de consommation. Linky rend cette mesure techniquement faisable”, conseillent les experts.

La rémunération est déjà proposée aux entreprises pour qu’elles réduisent leur consommation énergétique. Pour les experts il serait opportun d’étendre cette possibilité aux particuliers.

L’idée d’une rémunération des particuliers a déjà été envisagée par nos voisins britanniques. L'opérateur du réseau électrique national du pays (ESO) étudie la possibilité de rémunérer les consommateurs qui décalent l’utilisation des appareils énergivores comme la machine à laver, le lave-vaisselle ou encore le séchoir. Les britanniques qui acceptent de jouer le jeu pourraient gagner jusqu’à 6 livres par kilowattheure soit l’équivalent de 7,1 euros.

Mis à jour le