Hausse de la facture énergétique des Français en 2013

Publié le
min de lecture

Le ministère en charge de l'Energie a publié le bilan énergétique de la France pour l'année 2013, qui laisse apparaître une augmentation moyenne de 1,3% du budget énergétique des ménages. Une hausse inégalement répartie...

Dans les détails, le rapport indique une hausse moyenne de 42 euros par rapport à 2012, ce qui place le budget énergétique à 3 207 euros - son plus haut niveau historique. Cette hausse dépasse nettement le rythme de l'inflation, qui se situait à 0,9% pour l'année 2013.

Le poids de la consommation domestique d'énergie

L'alourdissement des dépenses énergétiques est exclusivement tributaire de la hausse sur les consommations d'énergie domestique, c'est-à-dire le chauffage, l'eau chaude, la cuisson, l'éclairage... Elle correspond donc d'abord à une augmentation de la facture d'électricité, le principal poste de dépense d'énergie domestique, qui est passé de 815 à 894 euros, soit une hausse de 9,7%. Autre poste de dépense important, la consommation de gaz naturel, qui concerne 34% des ménages : celui-ci est passé de 447 à 477 euros, soit une hausse de 6,7%.

La hausse s'inscrit dans la lignée de celle qui s'est produite l'année précédente, quand la facture d'énergie liée à l'habitat avait progressé de 6%. Au total, en 2013, les dépenses énergétiques ont constitué 9,7% du budget total des ménages, un niveau qui n'avait pas été atteint depuis la fin des années 1980.

Une hausse inégalement répartie

Comme les années précédentes, deux éléments sont venus mitiger l'impact de la hausse des dépenses d'énergie domestiques sur le budget total des ménages. C'est d'abord la baisse des prix des carburants de 4,6%, soit 60 euros pour l'automobiliste moyen. On note aussi que le budget énergétique domestique aurait pu augmenter davantage, sans les efforts qui ont été accomplis sur le plan des économies d'énergie, notamment dans le domaine de l'isolation des bâtiments. Si le prix des énergies domestiques était resté au même niveau, on estime que le budget moyen des ménages pour ces énergies n'aurait pas dépassé 2 693 euros.

Par ailleurs, il faut noter que ces valeurs ne comptent que pour le "ménage moyen", c'est-à-dire une entité constituée de deux adultes et d'un demi-enfant. Si la facture réelle peut varier fortement d'un profil à l'autre, on note cependant que la hausse des prix s'applique à tous.

Pour estimer votre consommation gratuitement, vous pouvez faire appel à l'application d'estimations en ligne de Selectra.

Le prix de l'électricité en augmentation

En fort contraste, le chiffre de la facture énergétique à l'échelle de la France entière affiche un net recul de 4,6% de 2012 à 2013, pour un total de 66 milliards d'euros. Comment expliquer cet écart avec la hausse subie par les ménages ?

La baisse de la facture nationale s'explique par un repli des prix du pétrole et du charbon sur les marchés internationaux, de pair avec la baisse des volumes d'achat des produits pétroliers, qui sont passés sous la barre des 100 tonnes équivalent pétrole. Pour la France, ces produits pétroliers restent la première forme d'énergie consommée, avec une part de 41%, contre 25% pour l'électricité et 21% pour le gaz, ce qui explique le fort impact de leur baisse de prix.

Les ménages, en revanche, font une très grosse part de leur consommation énergétique sous forme d'électricité, dont le prix était en augmentation de 5% en 2013 du fait de la hausse du coût d'entretien des centrales nucléaires d'EDF. A cela s'ajoute la hausse des taxes sur l'électricité, telles que la CSPE, qui a vocation à couvrir les subventions accordées au développement des énergies vertes. Le solaire photovoltaïque, mais surtout l'énergie éolienne et la biomasse, sont en effet en pleine expansion en France. On compte également avec le fait que l'hiver 2013 a été particulièrement froid, ce qui a stimulé la consommation d'énergie à des fins de chauffage.

Pour réduire votre facture d'énergie, plusieurs fournisseurs concurrents d'EDF proposent des offres plus avantageuses que les tarifs réglementés. Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre comparateur des fournisseurs.

En 2014, cette facture d'énergie domestique suit la même tendance à l'augmentation, avec une progression de la CSPE de 3 €/MWh. Une hausse de 5% des tarifs réglementés de l'électricité était prévue au 1er août, laquelle a cependant été annulée par la ministre en charge de l'Energie, Ségolène Royal. Tout porte cependant à croire qu'une hausse devrait être appliquée au mois d'octobre, qui pourra s'élever jusqu'à 5%.

Partager cet article !

  

Les articles "énergie" les plus lus