Sécurité d'approvisionnement électrique : la France dispose d'une marge confortable jusqu'en 2020

électricité

Alors que le Réseau de transport d'électricité (RTE) estimait dans son bilan prévisionnel de l'année dernière que les capacités de production d'électricité françaises seraient insuffisantes, il s'est montré beaucoup plus optimiste cette année. Il a même souligné des marges « significatives » pour les deux prochains hivers, même s'ils s'avèrent rudes.


Un tel revirement est dû à différents facteurs que RTE n'avait pu estimer auparavant. Outre la stagnation attendue de la consommation électrique en France, la combinaison de l'augmentation de la production et de l'activation de certains leviers d'action expliquent l'amélioration du ratio production/consommation d'électricité.

Un bilan rassurant grâce à une production électrique en augmentation

Tout d'abord, cette amélioration est due au développement de la production d'énergies renouvelables sur la période. La mise en service de nouvelles fermes solaires fera croître la capacité de production de la filière photovoltaïque de 3 500 megawatts. Quant à l’éolien terrestre, il devrait croître de 1 000 MW par an en attendant l'installation des premières éoliennes offshore en 2019 qui devraient produire 1 000 MW par année.

La mise en service de l'EPR de Flamanville, qui doit avoir lieu fin 2018, couvrira la fermeture de la centrale de Fessenheim prévue la même année puisque la centrale Normande nouvelle génération permettra de produire 1 700 MW par an à elle seule.

Les centrales au fioul ont toutes été mises aux normes européennes et seront de nouveau disponibles dès cet hiver. Elles sont très utiles lors des pics de consommation en hiver, et couvrent la disparition totale et définitive des centrales à charbon qui étaient trop polluantes.

La mise sous cocon des cycles combinés au gaz a été reportée.

Des capacités d'effacement de consommation en développement

La disparition de l'option de tarif EJP en parallèle de la suppression des tarifs réglementés pour les entreprises va être compensée par le développement de capacités d'effacement de consommation. Des industriels pourront s'engager auprès de leur fournisseur à réduire leur consommation en période de forts besoins, en échange d'une contrepartie financière. La capacité globale d'effacement des entreprises est estimée à 3 000 megawatts par an.

Le mécanisme de capacité proposé par le RTE va être mis en place afin de stimuler les capacités de production et d'effacement des fournisseurs. Ces derniers disposeront d'un montant de garanties de capacité basé sur la consommation de leurs clients. Chaque fournisseur pourra acquérir ces garanties certifiées par  RTE auprès « d'exploitants de capacité de production ou d'effacement, qui s’engagent sur la disponibilité de leur moyen lors des périodes de pointe ».

La consommation d'énergie en stagnation

La réglementation thermique dans la construction neuve et les incitations fiscales pour les travaux d'isolation des bâtiments vont permettre de diminuer la consommation d'électricité.

Selon RTE, la demande électrique française globale devrait grimper de 7 TWh d'ici 2020 au lieu de 11 TWh comme cela était annoncé l'année dernière, pour atteindre 484 TWh.

Mis à jour le