Électricité et gaz : 2015 commence par des hausses de ... taxes

Réseau

L'année 2015 commence mal pour le budget énergie des Français. En effet, dès le 1er janvier les prix de l'électricité et du gaz naturel ont augmenté. Les ménages déjà impactés en novembre dernier par l'augmentation de 2,5% des tarifs réglementés de l'électricité et de 2,31% en moyenne pour le gaz de ville sont de nouveau touchés par une hausse des prix au 1er janvier 2015. Cette fois, il faut se tourner vers les nombreuses taxes et contributions pour trouver les responsables.


Le prix du gaz augmente de 1,8% alors qu'il aurait pu baisser !

L'application de la formule de calcul du gaz aurait pu traduire une baisse d'environ 0,6% des tarifs réglementés de GDF Suez, en raison notamment de la chute du prix du baril de pétrole. Mais cette baisse a été engloutie par l'augmentation des taxes sur le gaz (TICGN et Contribution biométhane). Finalement, c'est une hausse de 1,8% en moyenne des prix TTC des tarifs réglementés qui est intervenue au 1er janvier. 

Des taxes qui pèsent lourd sur la facture de gaz

On dénombre pas moins de cinq taxes sur le gaz naturel qui représentent près de 20% de la facture des consommateurs (en catégorie B1, octobre 2014). Cette année encore, la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) fait un bon, passant de 1,27 €/MWh à 2,64 €/MWh, soit une hausse extraordinaire de 108%.

De son côté la Contribution biométhane (CSPG) passe de 0,0072€/MWh à 0,0153€/MWh.

Les augmentations des taxes touchent tous les opérateurs (alternatifs ou historiques). Le client d'une offre à prix fixe est également concerné, puisque seuls les prix HT sont gelés pendant la durée du contrat.

Des augmentations en série

Ce n'est pas la première fois que la pression fiscale absorbe une baisse des prix. En avril dernier, la baisse de 2,1% des prix HT du gaz avait déjà été masquée par la généralisation de la TICGN relevant encore un peu les prix de cette énergie. 

Il ne faut pas s'attendre à un coup d'arrêt, en réalité, se sont même d'autres augmentations qui sont à prévoir. Le gouvernement ambitionne d'atteindre un taux de 4,01 €HTVA/MWh d'ici à 2016 pour la TICGN.

Les consommateurs d'électricité pas épargnés 

Près de 5% d'augmentation en deux mois

Après l'augmentation moyenne de 2,5% des tarifs réglementés au 1er novembre dernier, les prix de l'électricité s'envolent encore un peu avec une hausse de l'ordre de 2,5% qui est cette fois due aux taxes. Le prix TTC du kWh en heures creuses est ainsi passé de 0,1044€ à 0,1096€ entre le 31 octobre 2014 et le 1er janvier 2015, soit + 4,96% en l'espace de 2 mois.

Alors que près de 30% des foyers français sont chauffés à l'électricité, ces deux augmentations, en plein hiver, risquent de coûter cher. 

L'importance des taxes dans la facture d'électricité

Ici encore c'est l'enchérissement de plusieurs taxes sur l'électricité qui sont à l'origine de l'augmentation. La Contribution au Service Public de l'Electricité (CSPE) augmente de 16,5 €/MWh à 19,5 €/MWh, soit +18%. De son côté, le plafond des Taxes sur la Consommation Finale d'Electricité (TCFE), qui regroupe deux taxes locales sur l'électricité, passe de 9,5 €/MWh à 9,6 €/MWh. Alors même que les diverses taxes représentent en moyenne un tiers de la facture d'électricité des Français, ces petites augmentations qui paraissent anodines, commencent à peser lourd. 

Que faire pour contrôler son budget ?

De plus en plus de consommateurs cherchent des moyens, pour si ce n'est réduire, au moins maîtriser leur budget lié à l'utilisation d'électricité et de gaz. Si des solutions existent pour faire des économies, aucune n'est miraculeuse. Singulièrement, aucun système ne permet, pour le moment, d'échapper à la hausse des taxes et contributions sur ces deux produits. 

Cependant, les ménages peuvent réaliser des économies en changeant d'opérateur, à la faveur d'un fournisseur pratiquant des prix moins chers que les tarifs réglementés (ex : Direct Energie avec son offre Directe Electricité + Gaz et ses 5% de réduction sur le prix HT du kWh par rapport aux tarifs réglementés). L'autre solution est de choisir une offre à prix fixe qui protège des augmentations des prix HT, pendant la durée du contrat. L'offre Astucio Eco d'éni en est un très bon exemple. 

Mis à jour le