Les concurrents d’EDF délaissent l’ARENH

Les concurrents d’EDF optent de plus en plus pour le marché de gros à défaut de l'ARENH. Au 1er janvier 2016, aucune commande pour la production nucléaire d'EDF n'a été enregistrée. Une bien mauvaise nouvelle pour le fournisseur historique, qui se fait ressentir sur son chiffre d’affaires.


Les fournisseurs alternatifs délaissent l’ARENH pour les marchés de gros

Symbole de la réforme du marché de l'énergie en France, l’Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique (ARENH) partage depuis 2010 la rente nucléaire d’EDF avec ses concurrents. Arrivés sur le marché de l’électricité français à son ouverture en 2007, ces fournisseurs étaient jugés désavantagés par rapport à EDF. Grâce à ce tarif, les fournisseurs alternatifs bénéficient d'une partie de la production du parc nucléaire français. Ils peuvent acheter jusqu’à un quart de la production du parc nucléaire dit historique d’EDF (soit 100 TWh) à un tarif régulé par l’État (42 euros par mégawattheure). Largement réclamé par les fournisseurs alternatifs lors de sa création, ce dispositif devait permettre aux fournisseurs alternatifs de proposer des offres compétitives. Il a d’ailleurs enregistré un large succès. En 2014, 71,5 TWh d’électricité avaient été cédées au titre de l’ARENH.

Mais depuis 2015, les fournisseurs alternatifs ont de moins en moins recours à l'ARENH. Et pour cause ! Les cours de l'électricité sur le marché de gros sont passés largement sous la barre de l'ARENH. Autour de 36€ le mégawattheure pour les livraisons de 2016, ils rendent l’ARENH peu compétitive. Aucun fournisseur n’a commandé d’électricité par ce dispositif pour le premier semestre de l’année 2016.

 

Baisse du chiffre d’affaires pour EDF

Pour EDF, cette baisse des commandes a des conséquences très concrètes sur le chiffre d’affaires. En 2015, le groupe a été contraint de vendre moins cher qu'escompté près de 15% de sa production (près de 40 TWh). On estime que le recul des ventes de l'ARENH a représenté sur les 9 premiers mois de l'année 2015 un manque à gagner d'à peu près 596 millions d'euros pour EDF.

Bien qu'EDF ne vende à pas à perte, le groupe est forcé de réduire ses marges, ce qui pourrait limiter ses capacités d’investissement.

Le prix de l’ARENH devrait cependant augmenter

Est-ce à dire que l’ARENH pourrait baisser ? Probablement pas. D’après le journal Les Echos, EDF tiendrait à ce que le prix de l’ARENH progresse et attend un avis de la Commission européenne. Pour les ménages, une progression du prix de l’ARENH se ressentirait immédiatement sur les factures. L’ARENH est en effet l’une des bases du calcul de tarif réglementé, l’offre phare du fournisseur.

Si les prix de l’électricité sur le marché de gros restent bas en 2016 et que le prix de l’ARENH augmente, l’écart de prix entre les offres d’EDF et de ses concurrents pourrait se creuser, incitant un nombre croissant de Français à faire jouer la concurrence.

Mis à jour le