Concurrence dans l'énergie : la défiance des consommateurs est-elle justifiée ?

Ampoules
9 Français sur 10 savent désormais qu'il est possible de changer de fournisseur.

Le 5 novembre, le médiateur national de l’énergie publiait son baromètre 2019. Il y indique que si les Français sont davantage au courant de la libéralisation du marché de l'énergie, ils sont de plus en plus sceptiques quant à ses intérêts financiers. Une interprétation qui semble être le résultat d'un manque d'information des consommateurs et de pratiques commerciales jugées trop agressives par le médiateur. Selectra revient sur les apprentissages de ce nouveau baromètre et les réels avantages de la concurrence sur ce marché. 

9 Français sur 10 savent désormais qu'il est possible de changer de fournisseur

C'est une première et une bonne nouvelle : 87% des Français savent désormais que le marché est ouvert à la concurrence. Un chiffre en nette progression depuis l’ouverture totale du marché en 2007.

De manière générale, les consommateurs de l'Hexagone y sont plutôt favorables. En effet, 60% estiment que l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie reste une bonne chose. Malheureusement, la tendance est à la baisse. Comme l'explique le médiateur de l'énergie, "les particuliers sont moins favorables à l’ouverture du marché que les années précédentes (60%, -5 points par rapport à 2018 et -10 points par rapport à 2015)".

Pour autant, 6% des 24% de ménages à avoir déjà changé de fournisseur d'électricité l'ont fait durant ces six derniers mois. Pour le gaz, 8% des 29% ayant franchi ce pas l'ont fait ces douze derniers mois.

Les bénéfices de la concurrence encore mal compris

Si les consommateurs semblent être mieux informés et globalement favorables à cette concurrence sur le marché, ils en mesurent difficilement les intérêts financiers. Comme le souligne le baromètre "En 2019, pour la première fois, ceux qui pensent que l'ouverture conduit à une hausse des prix sont aussi nombreux que ceux qui pensent qu'elle entraîne une baisse des prix (22%). Comme en 2018, ils sont 57% à penser faire des économies en souscrivant une offre de marché, mais le nombre de ceux qui n’ont pas d’opinion sur la question augmente (21%, +5 points)." 

Pourtant, l'ouverture à la concurrence a bel et bien permis de casser les prix sur le marché en y faisant entrer des fournisseurs alternatifs low-cost. Les nouveaux opérateurs ont pu proposer des offres d'électricité et de gaz moins chères que les tarifs réglementés pratiqués par les fournisseurs historiques. A titre de comparaison, le même phénomène s'est produit sur le marché des télécoms avec l'arrivée de Free qui a réussi à entraîner les prix à la baisse dans la téléphonie. 

Aujourd'hui, via le jeu de la concurrence, en comparant les offres d'électricité et de gaz, il est en effet possible de faire baisser sa facture d'énergie. Une belle opportunité de réaliser des économies, alors que l'Insee estime que la facture moyenne d'électricité d'un Français tourne autour de 960 euros annuels. Le médiateur met d'ailleurs à nouveau l'accent sur la préoccupante précarité énergétique, à l'heure où "un tiers des ménages a restreint le chauffage pour ne pas avoir de factures trop élevées, et un foyer sur dix rencontre des difficultés pour payer certaines factures d’électricité ou de gaz naturel."

Une méconnaissance des conditions liées au changement d'offre 

Si la plupart des Français sait qu'il est possible de changer de fournisseur, peu d'entre eux en connaissent vraiment les conditions et des démarches à effectuer.

En effet, 18% des sondés pensent que le changement de fournisseur présente un coût. Il s'agit là d'une idée reçue : changer d'offre d'électricité ou de gaz est gratuit et immédiat. Par ailleurs, 13% des interrogés craignent des coupures de courant ou d'alimentation en gaz. Il n'en est pourtant rien : la continuité de l'approvisionnement étant assurée sans aucune interruption pendant le changement. Enfin, 8% des répondants pensent qu'il est nécessaire de changer de compteur. Pourtant, ni changement de compteur, ni intervention technique dans le logement n'est nécessaire lors d'un changement de fournisseur.

La méfiances des ménages semble donc pouvoir en partie s'expliquer par un manque d'information des consommateurs concernant les démarches pour changer de fournisseur. Il apparaît à ce titre primordial de combattre ces idées reçues.

Les pratiques commerciales des fournisseurs : principale cause de la défiance des consommateurs

La défiance des consommateurs trouverait principalement sa source dans des méthodes de démarchages de certains fournisseurs jugées "contestables" par le médiateur. Celui-ci les invite donc à plus d'éthique: "Maintenant que les Français savent que le marché est ouvert, il est d'autant plus indispensable que les fournisseurs aient des pratiques commerciales irréprochables s'ils veulent que les consommateurs franchissent le pas". Rappelons que cette année, 61% des ménages déclarent avoir été démarchés pour souscrire une offre de fourniture de gaz ou d'électricité (contre 56% en 2018 et 36% en 2017). Si comme l'indique le baromètre, 70% des ménages restent préoccupés par leur consommation d'énergie, il est à regretter que ce type de pratiques les rebutent à franchir un pas qu'il franchirait naturellement sans elles.

Pourquoi utiliser un comparateur ? Si le prix reste la motivation phare de 70% des personnes interrogées, les Français sont encore trop peu nombreux à utiliser un comparateur (20%). Pourtant ces outils, à l'instar de celui de Selectra (utiliser le comparateur en ligne), sont un allié de choix pour comprendre les politiques tarifaires et services proposés par les différents fournisseurs. Investis d'une mission d'information, les comparateurs peuvent ainsi aider les ménages à mieux appréhender le marché de l'énergie.

Créé le