Des communes opposées à l’installation des compteurs intelligents Linky

Émission d’ondes électromagnétiques, protection des données personnelles voire risque pour la sûreté nationale… Quelques mois seulement après le début de son déploiement, le boîtier vert suscite déjà de vives polémiques. Au point qu’une cinquantaine de communes françaises se seraient opposées à son installation. L’Association des Maires de France (AMF) a demandé à l’État d’intervenir.

La fronde des petites communes contre Linky

Les compteurs nouvelle génération n’en finissent pas de faire parler d’eux... Partout dans l’Hexagone, des voix s’élèvent contre Linky et la résistance s’organise même progressivement dans les petites communes. Saint-Nizier du Moucherotte dans le Vercors, Saint-Macaire et Barp en Gironde, Monchy Cayeux dans le Pas-de-Calais... Ces noms ne vous disent peut-être rien mais ces localités font partie de la cinquantaine de communes en France métropolitaine qui ont déjà refusé l’installation des compteurs intelligents sur leur territoire. Une opposition qui fait d’ailleurs des émules dans les grandes villes : dans le 15ème arrondissement de Marseille, certains habitants, réunis au sein d’un "comité de vigilance", empêchent les techniciens d’ERDF en charge de l’installation de Linky d’accéder au quartier.

Mairie Saint-Macaire

La mairie de Saint-Macaire en Gironde.

Mais pourquoi déclarer la guerre à un compteur électrique ? Aux yeux des opposants, Linky n’est pas un compteur d’électricité comme les autres. Ondes électromagnétiques potentiellement cancérigènes, atteinte aux libertés publiques et protection des données personnelles mais encore risque de piratage des boîtiers verts sur fond de lutte contre le terrorisme ou suppression éventuelle de postes liée à la fin de la relève des compteurs… Pour les communes frondeuses, les risques représentés par Linky sont multiples. Et Stéphane Lhomme, conseiller municipal à Saint-Macaire en Gironde, de résumer : "ces appareils vont non seulement poser des problèmes de santé mais aussi des problèmes pour les libertés publiques puisqu’ils vont capter des quantités d'informations absolument incroyables sur nos vies privées. Des informations utilisables à des fins commerciales ou policières. C’est quelque chose que nous ne voulons pas."

Les frondeurs mettent également en avant l’exemple du Canada qui, après avoir installé les compteurs intelligents il y a quelques années, a décidé de faire machine arrière et de retourner aux compteurs traditionnels non connectés. La raison ? Les problèmes de santé publique engendrés par les compteurs de nouvelle génération.

La guerre des petites communes contre Linky va-t-elle durer ?

Soutenue par plusieurs associations environnementales, sanitaires ou de défense des consommateurs, les communes récalcitrantes jugent leur position tout à fait recevable et en appellent souvent au "principe de précaution". Mais les conseils municipaux ont-ils le droit de s’opposer à Linky ? En soi, les collectivités locales sont propriétaires des réseaux de distribution d’énergie et donc a fortiori des compteurs électriques... Ceci étant, l’article 29 de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, adoptée en août 2015, dispose que : "les propriétaires et les syndics de copropriété doivent permettre aux opérateurs des distributeurs d’électricité et aux opérateurs des sociétés agissant pour leur compte d’accéder aux ouvrages [NDLR : ce qui inclut les compteurs] relatifs à la distribution d’électricité".

le président de l'AMF

François Baroin, président de l'AMF.

Une situation pour le moins ambiguë qu’aimerait pouvoir tirer au clair l’Association des Maires de France (AMF). À cet égard, son président, François Baroin, a adressé en fin de semaine dernière une lettre au Premier Ministre, estimant qu’une "expression de l’État est urgente et nécessaire pour, d’une part, informer les maires sur les limites de leur capacité à agir dans ce domaine et, d’autre part, fournir de manière objective et transparente aux habitants inquiets les réponses qu’ils attendent". Une demande restée sans suite pour l’instant...

Les compteurs intelligents Linky, également appelés "communicants" ou "nouvelle génération", transmettent les données de consommation par courants porteurs en ligne (CPL) au gestionnaire du réseau de distribution, chargé du comptage. Ils représentent un changement de perspective majeur : ils vont notamment permettre aux consommateurs d’être facturé sur la base de leur consommation réelle ou encore de demander le changement de la puissance du compteur à distance. Plus besoin de procéder à la relève du compteur ; celle-ci est automatique. Le déploiement de Linky a été généralisé à partir du 1er décembre 2015 en France métropolitaine. D’ici 2021, 35 millions de compteurs devraient être progressivement installés chez les particuliers et les professionnels.

Mise à jour le