L’État pousse les fournisseurs à réviser leurs grilles tarifaires pour faire face à la crise énergétique

Lettre d'Agnes Pannier Runacher sur l'offre EJP

Face au risque de pénurie d’énergie à l’hiver prochain, lié notamment à la politique Russe, le gouvernement s’attelle à trouver des solutions en vue d’économiser l’énergie, mais aussi de préserver le pouvoir d’achat des Français. À en croire La Tribune, l’une des pistes envisagées serait un recours accru aux offres dites “pointe mobile”. C’est en tout cas ce que laisserait à penser un courrier envoyé par Agnès Pannier-Runacher aux fournisseurs d’énergie.


Vers un renforcement des économies d’énergie

économies d'énergie

Alors que l’Europe subit une crise énergétique sans précédent, sur fond de craintes de coupures d’approvisionnement en gaz Russe, l’essentiel des institutions tirent la sonnette d’alarme. Le 26 juin dernier, c’était au tour des grands énergéticiens Hexagonaux que sont EDF, Engie et Totalenergies d’y aller de leur tribune. Dans une publication du Journal du Dimanche, Catherine MacGregor, directrice générale d’Engie, Jean-Bernard Lévy, président-directeur général d’EDF, Patrick Pouyanné, président-directeur général de TotalEnergies appellaient à “une sobriété d'urgence face à la flambée des prix de l'énergie”.

“​Plus que jamais, la meilleure énergie reste celle que nous ne consommons pas. Nous devons, collectivement, agir sur la demande en énergie en réduisant notre consommation pour nous redonner des marges de manœuvre.”

Extrait de la tribune publiée dans le Journal du Dimanche le 26 juin dernier, signée par Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy et Patrick Pouyanné

Le message a été reçu. Ce jeudi 14 juillet, Emmanuel Macron a accordé sa deuxième interview télévisée - depuis sa réélection - à l’occasion de la fête nationale. Au cours de celle-ci il a réaffirmé la constitution d’un “plan de sobriété et de délestage” dès cet été. Ajoutant que nous devions “rentrer collectivement dans une logique de sobriété”. L’objectif affiché est une réduction de la consommation à hauteur de 10%.

Alors dans ce contexte préoccupant, toutes les pistes sont envisagées. Parmi elles, il semblerait que le tarif “pointe mobile”, qui incite aux économies d'énergie, intéresse plus particulièrement, c’est en tout cas ce qu’affirme La Tribune.

Le point sur le tarif EJP

jour ejp

Instauré en 1982 par EDF, l’option “Effacement Jour de Pointe”, plus communément appelée tarif EJP n’est aujourd’hui plus disponible à la souscription au sein des foyers Français. Seuls les particuliers ayant souscrit avant 1998 peuvent encore en bénéficier.

La spécificité de ce tarif spécial, exclusivement proposé par EDF est de proposer un prix du kWh plus cher durant 22 jours par an et à contrario… Moins élevé le reste de l’année. Le prix de l’abonnement varie quant à lui selon la puissance souscrite du compteur.

L’objectif affiché de ce tarif spécial était d’encourager ses souscripteurs à adapter leurs consommations d’énergie, en évitant les heures et jours durant lesquels l’électricité était la plus sollicitée. De fait, les heures dites “EJP” présentent donc un prix radicalement plus élevé.

Depuis, le tarif EJP a été délaissé, au profit d’une multitude de nouvelles offres disponibles sur le marché. Seuls quelques irréductibles abonnés bénéficient encore de cette fameuse option et il n’est désormais plus possible d’y prétendre dans le cadre d’un nouveau contrat. Pourtant, l’avantage indéniable du tarif EJP est de permettre d’adapter mécaniquement la demande à l'offre, en envoyant un signal-prix clair au consommateur lors des périodes de pointe, et en lui permettant en contrepartie de bénéficier d’avantages financiers le reste de l’année. Toutefois, à en croire les informations rapportées par La Tribune, l’option EJP pourrait bien faire son grand retour.

Inciter à ajuster ses consommations

“C'est un sujet qu'on regarde de très près. Les tensions sur le réseau électrique sont très concentrées sur quelques heures ou jours par an. Ce type d'offre sera donc fondamental pour passer l'hiver prochain.”

Propos récoltés par La Tribune auprès du cabinet d'Agnès Pannier-Runacher
lettre

Si le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement a jusqu’à présent protégé les Français face à la hausse des prix de l’énergie, il est à noter que celui-ci arrivera à son terme d’ici l’hiver prochain. De plus, aucune mesure n’a été mise en place jusqu’à aujourd’hui afin d’inciter les citoyens à réduire leurs consommations d’énergie, afin de s’adapter à la situation du marché.

C’est pourquoi, l’exécutif chercherait à inciter les fournisseurs d'électricité à mettre un coup d’éclairage sur les offres à pointe mobile, peu plébiscitées par les consommateurs ces dernières années. La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher aurait par ailleurs fait parvenir aux différents fournisseurs d'électricité une lettre les enjoignant à se mobiliser pour “développer ce modèle et en faire la promotion”.

Mis à jour le