Electricité : une hausse de 2,4% des tarifs d'EDF au 1er février ?

ampoule
Les tarifs réglementés de l'électricité devrait augmenter de 2,4% au 1er février prochain.

Le tarif réglementé "bleu" de l'électricité commercialisé par EDF et par quelques entreprises locales de distribution, pourrait bien augmenter au 1er février prochain selon un communiqué de l'AFP. C'est en effet la proposition faite par la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) qui devrait être suivie par le gouvernement.


Prix de l'électricité : le rattrapage obligatoire d'après gel

A la suite du mouvement des gilets jaunes l'hiver dernier, le gouvernement avait pris la décision de retarder de plusieurs mois la hausse des tarifs de l'électricité. Il est aujourd'hui face à l'obligation de procéder à un rattrapage afin que les tarifs réglementés puissent refléter les coûts effectivement subis par le fournisseur historique.

En effet, la loi impose que le prix du kWh d'électricité répercute l'ensemble des coûts (de production, d'approvisionnement, d'acheminement et de commercialisation) subis par EDF. Un rattrapage est aujourd'hui nécessaire pour refléter "l'augmentation du coût de l'approvisionnement" pour les fournisseurs sur les marchés de gros, mais aussi "la prise en compte du rattrapage sur deux ans de l'écart entre coûts et tarifs au cours de l'exercice 2019" selon les propos de la CRE relayés par l'AFP. 

Une hausse des tarifs de 2,4% au plus tard le 1er mai 2020

Cette hausse fera suite à la très forte augmentation connue en juin 2019 (+ 5,9%) et à celle d'août 2019 (+1,23%). Au mois de juin, le gouvernement avait choisi de suivre les recommandations de la CRE qui considérait cette hausse nécessaire pour "éviter la faillite des fournisseurs alternatifs".

Ce sont donc quasiment 10% d'augmentation subis par les foyers français depuis juin dernier, soit une hausse de 200 euros annuels en moyenne sur leurs factures d'électricité.

Mécanisme de l'ARENH et conséquences sur le prix de l'électricité Le mécanisme de l'ARENH permet au fournisseurs alternatifs d'acheter à EDF une partie de sa production d'énergie nucléaire à un tarif plus avantageux que celui du marché. En 2019, le volume d'ARENH commandé a dépassé le plafond réglementaire fixé à 100 TWh annuels. Cet "écrêtement" de l'ARENH a pour conséquence d'obliger les fournisseurs à acheter leur électricité à un prix de marché plus important (58€/MWh contre 42€/MWh dans le cadre de l'ARENH). Cela a un impact sur le prix de l'électricité pour les consommateurs. Compte tenu du nombre grandissant de fournisseurs sur le marché et de ménages choisissant de quitter les tarifs réglementés au profit d'offres de marché, il y a fort à parier que ce phénomène se répète en 2020.

Un rebond subi par les particuliers et petits professionnels en tarif bleu

Cette hausse de 2,4% des tarifs réglementés sera directement subie par les foyers français et les petits professionnels. Elle devrait représenter 21 euros annuels en moyenne pour les clients résidentiels.

Comment échapper à la hausse ? L'an passé, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, invitait les Français à se tourner vers des offres concurrentes pour faire face à la hausse des tarifs réglementés. Une solution qui porte en effet ses fruits et aide à réduire ses factures d'énergie lorsque l'on opte pour une offre adaptée à son profil de consommation. Pour faire son choix, le comparateur en ligne de Selectra permet de comparer les offres et estimer ses économies grâce au changement de fournisseur, toujours gratuit pour les particuliers. D'autres solutions existent, à l'instar des achats groupés, qui permettent aux consommateurs de se regrouper pour négocier des tarifs moins chers auprès des fournisseurs d'électricité et de gaz.

Mis à jour le