Vers une fermeture des magasins Leclerc pour cause de crise énergétique ?

Fermeture Leclerc

Alors que la crainte d’une coupure d’approvisionnement en gaz Russe s'accroît et que chacun cherche le meilleur moyen d’économiser l’énergie, la grande distribution y va elle aussi de sa contribution. Alors que l’association Perifem annonçait la contribution de ses membres à l’effort collectif, c’est désormais au tour de Michel-Édouard Leclerc en personne de se prononcer sur la question de la consommation énergétique de ses enseignes.


2 800 magasins parés à économiser l’énergie

Lundi 18 juillet, Perifem, la fédération des acteurs de la distribution et de leurs fournisseurs dédiée aux questions techniques (environnement, sécurité, etc.) annonçait - dans un communiqué de presse - la création d’un accord sur un "protocole énergétique de crise" qui devrait être mis en œuvre à compter du 15 octobre prochain.

Au total, selon Thierry Cotillard, président de Perifem, ce seraient pas moins de 2 800 magasins, étalés sur 100 millions de mètres carrés, qui seraient concernés par ces mesures à venir.

Parmi les enseignes, on peut citer de nombreux géants du secteur tels que E.Leclerc, Picard, Casino Monoprix, Carrefour ou encore Système U. Tous se sont accordés sur différentes règles élémentaires, à savoir :

  • éteindre les enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin ;
  • systématiser la baisse d’intensité lumineuse : avant l’arrivée du public, diminution de l’éclairage de la surface de vente de 50%. Pendant la présence du public, diminution de l’éclairage de la surface de vente de 30 % sur les périodes critiques de consommation ;
  • ainsi que d’autres mesures d’une gestion plus sobre de l’énergie (comme la coupure du renouvellement d’air la nuit, le décalage de la production de glace, etc).

Des restrictions gouvernementales imminentes

En parallèle de ces mesures, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher a annoncé il y a quelques jours, dans un entretien accordé au Journal du dimanche (JDD) la parution prochaine de deux décrets visant à interdire les publicités lumineuses entre 01h00 et 06h00 du matin (sauf dans les gares et aéroports ouverts la nuit), mais également l'interdiction pour les magasins chauffés ou climatisés de maintenir leurs portes ouvertes.

Ajoutant que laisser les portes ouvertes, “c'est 20% de consommation en plus et [...] c'est absurde”.

Le non-respect de cette interdiction pourrait conduire à une amende allant jusqu’à 1 500 euros. “Les Français sont à juste titre choqués par certaines pratiques”, atteste la ministre.

Des magasins fermés sur certains créneaux horaires

C’est donc dans ce contexte et alors que l’attention est tournée vers les commerces et leur usage de l’énergie que Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres Leclerc, a annoncé lundi que certains des magasins du groupement pourraient fermer “sur certains créneaux horaires” si cela s'avérait nécessaire pour limiter la consommation énergétique cet hiver.

“On peut fermer des magasins sur certains créneaux horaires (...) on n'aura pas d'états d'âme, on se bat pour notre pays.”

Déclaration de Michel-Edouard Leclerc sur Franceinfo

Avant d’ajouter :

“Tous ensemble on devrait arriver à garantir aux consommateurs français (...) de ne pas avoir de trop grosses coupures et s'il y a des coupures, c'est d'abord des entreprises comme la nôtre qui se les prendront [...] Pour cet hiver, avec le risque de coupure d’électricité, ce ne serait pas honnête de demander au consommateur de faire preuve de sobriété si on n’est pas nous-même exemplaires.”

Autrement-dit, si la situation en matière de livraisons de gaz Russe venait à se détériorer, les acteurs de la grande distribution seraient parmi les premiers à mettre en place des stratégies en vue d’économiser l’énergie. Perifem a par ailleurs précisé sa volonté de voir ce protocole servir “de base à l’ensemble des fédérations du commerce et de la distribution pour la généralisation de ces mesures”.

Mis à jour le