L'assurance emprunteur, un nouveau marché à conquérir pour Luko

L'assurance emprunteur, un nouveau marché à conquérir pour Luko
© Luko

Luko ne connaît pas la crise. En quelques semaines, l’assurtech a annoncé un nouveau service assurantiel inédit, Doctor House by Luko, son arrivée prochaine sur le marché de l’assurance emprunteur et, enfin, une levée de fonds impressionnante s’élevant à 50 millions d’euros. Alors, que réserve donc 2021 cette jeune pousse française ?


  • En bref :
  • Luko est l’un des nouveaux acteurs français de l’assurance les plus en vus de ces dernières années.
  • Depuis 2018, l’assurtech propose des offres d’assurance habitation sans engagement et 100 % digitales.
  • Aujourd’hui, l’entreprise déclare avoir franchi le cap des 100 000 assurés.
  • En prenant le parti de la transparence et de la flexibilité, Luko a réussi à s’imposer rapidement, et même à élargir son offre, en proposant également des assurances NVEI.
  • L’assurtech a récemment annoncé qu’elle se lancerait dès 2021 sur le marché de l’assurance emprunteur, avec une offre ultra compétitive.
  • En décembre 2020, Luko a aussi réalisé une levée de fonds importante de 50 millions d’euros.

Luko : le parfait mariage de l’assurance et de la technologie

Luko assurance emprunteur
Luko est une assurtech française prometteuse et ambitieuse.

L’assurtech Luko continue tranquillement mais sûrement de conquérir le marché de l’assurance. Il semble que tout réussisse à la jeune entreprise créée en 2016, mais qui a opéré un tournant significatif dans sa stratégie en 2018. Dans un premier temps, Luko a déployé une offre d’assurance habitation 100 % en ligne, en affirmant sa position dans le contexte d’un marché assurantiel dominé par les acteurs traditionnels, mais avec un véritable besoin de renouveau. Lors d’une interview donnée à Selectra, son PDG et cofondateur, Raphaël Vullierme, nous expliquait la position de l’entreprise sans détour : « Nous voulons être totalement transparents et retrouver la confiance de nos assurés en changeant ce modèle que nous jugeons opaque. »

Et ce positionnement tranché, à l’écoute des consommateurs qui demandent plus de clarté, de transparence et de flexibilité de la part des assureurs, paraît efficace. Luko se targue aujourd’hui de protéger quelque 100 000 assurés. En plus de son offre habitation variée – dont une couverture PNO, pour « propriétaire non occupant » –, l’assurtech propose également une assurance NVEI – pour « nouveaux véhicules électriques individuels ».

Forte de sa réussite, l’assurtech Luko s’apprête à se lancer sur un nouveau marché, celui de l’assurance emprunteur, et vient d’annoncer une nouvelle levée de fonds impressionnante, de 50 millions d’euros.

Luko : métamorphoser l’assurance en repensant son modèleL’innovation et le renouvellement du modèle assurentiel sont au cœur de l’offre de Luko. Récemment, l’entreprise a lancé Docteur House by Luko, un service totalement inédit de téléconsultation pour le diagnostic du foyer.

Luko : une nouvelle levée de fonds et des ambitions plein la tête

L’une des dernières annonces de l’entreprise, qui a largement trouvé écho dans la presse spécialisée, est la décision de Luko de se lancer dans l’assurance emprunteur, et ce dès 2021.

Avec les changements législatifs réguliers qui viennent progressivement bouleverser le paysage du marché assurantiel, certains de ses acteurs y voient des opportunités pour s’imposer mais aussi pour changer la donne. Cela est sans doute le cas d’une entreprise comme Luko, qui œuvre à plus de flexibilité et de transparence vis-à-vis des assurés. Une ambition également présente pour son offre d’assurance emprunteur : « C’est un marché extrêmement opaque, le client n’est pas réellement conscient qu’il contracte deux produits distincts. Pour les banques, l’assurance-emprunteur est un produit très lucratif au regard de la compétition sur les taux d’intérêt excessivement bas », explique ainsi Raphaël Vullierme.

Luko assurance emprunteur
© Luko

À noter qu’un amendement du projet de loi ASAP (pour Action et Simplification de l’Action publique), prévoyait la résiliation par l’emprunteur à « la date anniversaire de l’offre de prêt, ou toute autre date d’échéance prévue au contrat ». Dans sa version adoptée en octobre dernier au Sénat, le projet de loi ASAP obligeait également les organismes prêteurs – comme les banques et les assurances – à informer leurs clients sur leur droit de résiliation et ses spécificités. Beaucoup s’en réjouissait, mais cela n’aura pas duré longtemps.

Début novembre 2020, le Conseil constitutionnel a été saisi afin qu’il rendre un avis sur la loi. Celui-ci a fait ses retours au début du mois de décembre, invalidant au total quelque 26 articles, dont celui obligeant les organismes prêteurs à informer leurs clients sur les démarches de résiliation à leur disposition, mais également la fameuse résiliation à tout moment. Autant dire qu’il s’agit là d’un retour à la case départ : les consommateurs peuvent changer d’assurance emprunteur une fois par an ou à chaque échéance du contrat. Ils doivent donc toujours respecter les conditions relatives à la résiliation, dont la fameuse date anniversaire. Le 8 décembre 2020, la loi ASAP a été publiée au Journal officiel.

Luko assurance emprunteur

Les montagnes russes législatives de ces dernières semaines relatives à la loi ASAP ne devraient pas décourager Luko pour autant. Son offre sans engagement et digitale d’assurance emprunteur, sera disponible à partir de février 2021. L’assurtech a annoncé un tarif de ses primes 25 % inférieur à celles du marché.

Enfin, en 2019, Luko avait déjà réussi à lever 20 millions d’euros. Et en décembre 2020, elle a annoncé une nouvelle levée de fond, menée par EQT Ventures. Au total : 50 millions d’euros.

Pour l’assurtech, il s’agit de « commencer à développer sa vision à long terme en continuant à investir dans la technologie home care, en travaillant sur son dimensionnement à plus grande échelle et en finançant sa croissance en France », a précisé Raphaël Vullierme. Ce nouveau boost financier sera aussi l’occasion pour Luko d’embaucher de 50 à 80 personnes dès l’année prochaine, d’envisager son expansion à l’international, le développement de nouvelles technologies et l’élargissement de sa gamme de produits. « Avec Luko, nous construisons un écosystème de services pour protéger, entretenir et initier les logements durables de demain, qui permettront à chacun de vivre chez soi l’esprit en paix », indique le PDG de l’entreprise dans un communiqué de presse officiel.

Mis à jour le