Troisième trimestre 2018 : comment se porte le marché des assurances ?

Troisième trimestre 2018 : comment se porte le marché des assurances ?

En pleine mutation cette année, le secteur des assurances se porte bien. C'est en tout cas ce que révèlent les chiffres du troisième trimestre 2018 dévoilés par le Commissariat aux Assurances. Selectra fait le point.


Marché des assurances : une belle vitalité pour le troisième trimestre 2018

Comment le marché des assurances se porte-t-il en France ? Début novembre 2018, les résultats du troisième trimestre de l’année étaient dévoilés. Après un deuxième semestre qualifié de « décevant », le secteur enregistre un rebond notable et généralisé. Selon le rapport du Commissariat aux assurances – ou CAA, la progression de l’encaissement global est « peu spectaculaire » pour les neuf premiers mois de 2018, elle atteint les 2 %.

Quels seront les résultats du secteur de l’assurance pour le quatrième trimestre de 2018 ? Rien n’est moins sûr. Les multiples changements de ces derniers mois au cœur du marché devraient avoir un impact direct sur les chiffres à venir en 2019. Ceux-ci permettront d’y voir plus clair.

Il est aussi intéressant d’analyser les chiffres des différentes branches, durant les trois derniers trimestres, qui traduisent la vitalité et l’évolution du marché :

  • Assurance-vie : primes en recul de 1,24 %,
  • Assurance non-vie : primes en progression de 23,16 %.

Par rapport à la même période l’année dernière, la hausse des primes dans pour les assurances directes est de 17,84 %, ce qui est significatif. La différence énorme entre l’assurance vie et l’assurance non-vie traduit les différents changements qui ont lieu depuis plusieurs mois dans le secteur, les nouvelles tendances : La croissance de l’encaissement des activités à rendements garantis est non seulement due au développement d’une importante activité de produits de protection, déjà signalée pour le 1er trimestre 2018, mais également et surtout à des opérations d’épargne », explique le communiqué de presse officiel.

Le net rebond enregistré concerne les assurances dites directes, c’est-à-dire des contrats d’assurance sans intermédiaires, type agents ou courtiers. Cela permet de proposer des tarifs plus intéressants aux assurés, puisque sans commissions.

L’assurance non-vie : une progression importante à considérer

La progression très importante de l’assurance non-vie durant les neuf premiers mois de 2018 doit être contextualisée, puisque celle-ci continue « d’être impactée de manière significative par les retombées de l’agrément de compagnies ayant choisi le Luxembourg comme lieu d’installation suite à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne », précise le Commissariat aux Assurances. Et cela se ressent, puisque les assureurs dont l’activité se concentre en grande partie – voire exclusivement – sur le marché luxembourgeois ont connu une hausse de 8,92 %.

Il est aussi pertinent de considérer les chiffres du CAA par rapport aux dernières actualités du monde de l’assurance, qui impacteraient possiblement les résultats du quatrième trimestre 2018. Notamment, l’arrivée Amazon sur le marché des assurances françaises pourrait faire bouger les choses, tout comme la naissance d’offres d’assurances non-vie sur-mesure, parfois 100 % digitales et inédites. En 2018, la façon de s’assurer change, et ce que les consommateurs attendent de leurs contrats d’assurance aussi. Comment cela influencera-t-il la fin d’année, mais surtout, l’année 2019 à venir ? Il faudra attendre pour le savoir.

Rappelons que l’assurance non‐vie est le terme désignant l’ensemble des assurances, à l’exception des contrats dédiés à l’assurance-vie. Il s’agit en somme de tous les types d’assurances qui ne concernent pas la santé des personnes.

Mis à jour le