Étudiants à l’étranger : comment bien assurer sa santé ?

Pour les étudiants partant à l’étranger aussi, la rentrée est un moment important. Afin de passer le meilleur séjour possible, il est nécessaire de bien le préparer et de trouver une complémentaire santé adaptée, surtout pour celles et ceux qui suivent des cours hors de l’Union européenne. Selectra fait le point sur les informations indispensables à connaître.

  • En bref : la complémentaire santé pour les étudiants à l’étranger, un choix essentiel
  • Bien que tous les étudiants soient désormais rattachés au régime général de la Sécurité sociale, la complémentaire santé peut parfois s’avérer très utile.
  • Les étudiants à l’étranger ont quelques solutions pour bien couvrir leur santé, dont la mutuelle Heyme, créée en juin 2019.

Rentrée étudiante 2019 : les choses bougent pour l’assurance santé

La rentrée scolaire, c’est aussi celle des étudiants. Et celle de 2019 était assez mouvementée. La suppression du régime étudiant a notamment provoqué des changements pour les personnes commençant ou poursuivant un parcours dans le supérieur, ainsi que pour leur Assurance maladie. Depuis le 1er septembre, elles sont automatiquement rattachées à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de leur lieu d’habitation. De plus, il est capital pour les étudiants de bien préparer leur année et de s’organiser tout au long des semestres. Chaque année, le logement et l’assurance habitation représentent leurs deux budgets les plus importants de la rentrée. En 2018, cela revenait à plus de 2 400 euros pour un étudiant en moyenne.

Déjà, lorsque l’on effectue ses études dans son pays d’origine, les premiers temps peuvent être source de stress. Mais pour celles et ceux qui partent à l’étranger, la liste des choses à faire s’allonge. Si l’enrichissement personnel d’étudier dans un autre pays est incontestable, cela n’est possible qu’à condition d’être bien préparé et couvert une fois sur place.

Ainsi, pour les étudiants qui vont à l’étranger, impossible d’éviter la case assurance. Celle-ci n’est pas obligatoire, mais dans bien des cas, peut se révéler indispensable. UFC-Que-Choisir recommande, avant de souscrire une complémentaire santé, de bien se renseigner quant à la prise en charge publique des dépenses de santé dans le pays de séjour. L’association de consommateurs précise en effet que dans une bonne partie des pays européens, la Sécurité sociale prend majoritairement – si ce n’est totalement – en charge les frais de santé quand les soins sont réalisés par des personnes agréées.

La complémentaire santé étudiante devient quasi incontournable hors de l’Union européenne. Particulièrement dans des pays comme la Suisse et les États-Unis, où la santé coûte très cher.

img

Devis assurance santé

Obtenez gratuitement un devis assurance santé

Heyme : une assurance santé digitale dédiée aux étudiants à l’étranger


Heyme est l’une des rares mutuelles à proposer aux étudiants des offres réellement adaptées à leur situation, en particulier pour ceux partant à l’étranger.

Concrètement, la suppression du régime social étudiant au 1er septembre 2019 par la Loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants – dite loi ORE – signifie que l’ensemble des étudiants sont désormais rattachés au régime général de la Sécurité sociale. Pour autant, cela ne veut pas dire que les mutuelles étudiantes n’existent plus. Il est évidemment toujours possible de souscrire un contrat de complémentaires santé, qu’il faut comparer attentivement.

Il est donc intéressant de regarder qui, en cette rentrée 2019, propose des offres assurantielles vraiment dédiées aux étudiants qui effectuent leur année dans un autre pays que la France. En effet, la mutuelle agit en complément de la Sécurité sociale – entre 15 et 70 % –, mais permet aussi d’être protégé pour des situations spécifiques à son statut.

L’offre « World Pass » de Heyme, à partir de 32 euros par mois, est sans doute la plus complète. En juin 2019, afin de se préparer aux changements législatifs de la renté 2019, la Mep et la Smerep – deux mutuelles étudiantes – ont fusionné pour devenir Heyme. Cette nouvelle mutuelle étudiante a entre autres pour mission d’accompagner et de protéger les personnes qui s’en vont au nom du savoir, et ce quel que soit le pays. Les différentes formules proposent toutes un remboursement à 100 % des frais réels en santé, dont ceux liés à l’hospitalisation. Et cela est important car, en cas d’hospitalisation à l’étranger, un étudiant devra régler les frais de sa prise en charge. Différentes garanties et assurances sont aussi proposées, ainsi qu’une assistance rapatriement et l’accès à un service de téléconsultation.

Nous avons organisé une refonte totale de nos activités. Notre cœur de métier est la conception de complémentaires santé qui correspondent aux besoins des étudiants. Nous proposerons donc une complémentaire santé 100% digitale avec téléconsultation gratuite dans tous nos forfaits, car pour 80% d’entre eux ne vont pas voir un médecin quand ils sont malades. Nous avons simplifié notre gamme autour de quatre forfaits mensuels très simples, qui couvrent des frais de soins essentiels (hospitalisation, pharmacie, consultation) jusqu’à des soins plus spécifiques, expliquait Benjamin Biale, le porte-parole d’Heyme au Figaro dans une interview publiée en août 2019.

Outre son offre pour les étudiants à l’étranger, Heyme consacre ses offres avec quatre niveaux de garanties à l’ensemble des étudiants ainsi qu’aux jeunes actifs, entre 16 et 35 ans, à partir de 9,90 euros par mois et jusqu’à 39,90 euros par mois. Et ses solutions santé nouvelle génération sont évidemment connectées puisque Heyme est une marque digitale. À n’en pas douter, les prochaines rentrées verront fleurir quantité d’offres similaires à celles de Heyme, plus adaptées au nouveau régime santé des étudiants.

Pour les étudiants qui partent aux États-Unis, Heyme propose des solutions spécifiques. En effet, le système universitaire et de santé là-bas est très particulier, et l’offre assurantielle doit donc s’adapter.

Mise à jour le