Assurance maladie et étudiants : quels sont les changements de cette rentrée 2019 ?

Depuis une cinquantaine d’années, le système de santé étudiant est resté plus ou moins le même. Mais en cette rentrée 2019, de gros bouleversements vont venir changer cette situation. En effet, dès septembre, le régime spécial de la Sécurité sociale qui les concerne disparaît. Les étudiants ne seront plus rattachés à une mutuelle étudiante, mais bien à la Caisse primaire d’assurance maladie. Selectra fait le point sur les choses importantes à savoir avant la reprise des cours.

Régime social étudiant : la suppression concerne tout le monde pour la rentrée 2019

La rentrée scolaire approche, et de nombreux changements concernent les étudiants. Le gouvernement entreprend depuis plusieurs mois un large panel de réformes, lesquelles se ressentent déjà sur la vie de chacun. Une des promesses électorales du candidat Macron est dès à présent active : la suppression du régime social étudiant.

Un tel changement a fait beaucoup parler, cependant, la décision a été maintenue en raison de multiples problèmes liés à la couverture santé des étudiants par les mutuelles étudiantes – remboursements tardifs, cartes vitales non délivrées… Les critiques se faisaient de toute part, venant tant du Sénat que de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

C’est donc dans le but de pallier ces problématiques que le gouvernement a choisi son nouveau cap et a voulu mettre en place le projet de loi « Orientation et réussite des étudiants ».

En effet, la suppression du régime social étudiant était en partie effective dès la rentrée 2018. Et pour cette rentrée 2019, à partir du 1er septembre, tout le monde est concerné. Une réforme d’ampleur aux conséquences réelles, tant pour les étudiants que pour les assureurs et les mutuelles. Concrètement : les nouveaux étudiants et étudiantes sont désormais rattachés au régime général de la Sécurité sociale.

Malgré une telle transformation, les mutuelles ne sont pas pour autant rendues obsolètes. Des offres spéciales pour les étudiants seront accessibles, en qualité de complémentaires santé. Le gros changement étant que ces dernières ne sont plus obligatoires. Mais il est tout à fait possible de compléter la base de remboursement de la Sécurité sociale – entre 15 et 70 % – en souscrivant à une mutuelle étudiante. L'étudiant est tout à fait libre de comparer les différentes offres de complémentaire santé disponibles sur le marché.

Rentrée 2019 : un budget à penser avec attentionToutes les personnes inscrites dans l’enseignement supérieur ont de nombreuses choses à penser. On le sait, le logement et l’assurance habitation sont les deux plus importants budgets des étudiants à la rentrée. En moyenne, ces deux pans financiers sont en moyenne équivalents à 2 400 euros pour un étudiant. Et dans le cas d’une location, impossible d’y couper : l’assurance habitation pour étudiants est une obligation légale.

Suppression du régime étudiant de Sécurité sociale : quels changements concrets ?

Afin que les étudiants inscrits pour cette année scolaire 2019-2020 ne soient pas pris de court, le gouvernement a publié de nombreux articles informatifs sur Service-public.fr pour expliquer l’impact concret de la réforme sur leur vie. Quelle que soit la situation de l’étudiant, il est important de noter qu’aucune démarche n’est nécessaire pour réaliser une création de dossiers ou même un transfert. Tout est automatique.

Rentrée 2019 : pour une première inscription dans l’enseignement supérieur

Pour les personnes qui s’inscrivent pour la première fois dans l’enseignement supérieur à l’occasion de cette rentrée 2019, il n’y a aucune démarche spécifique à faire. De plus, il n’y a pas de cotisation à payer. L’étudiant reste rattaché à son régime d’assurance maladie, qu’il s’agisse du sien ou de celui de ses parents. En cas de problèmes de santé, c’est toujours celui-ci qui sera en charge de le dédommager.

Il est recommandé, afin de garder un œil sur son parcours santé, de créer un espace dédié sur ameli.fr pour le régime général de santé, ou sur msa.fr pour le régime agricole, précise le gouvernement.

Une exception concerne les Français nés à l’étranger ou les Français de la Nouvelle-Calédonie ou de Wallis-et-Futuna : dans ces deux cas, lors d’une première inscription dans l’enseignement supérieur, il est nécessaire de faire une demande d’affiliation à la sécurité sociale sur etudiant-etranger.ameli.fr.

Les étudiants étrangers de l’Union européenne peuvent quant à eux faire une demande auprès de l’organisme de son pays pour bénéficier de la carte européenne d’Assurance maladie – ou CEAM.

Rentrée 2019 : une réinscription dans l’enseignement supérieur

Comme précisé précédemment, la suppression du régime social étudiant est effective depuis la rentrée 2018, donc les étudiants qui sont entrés dans le parcours universitaire l’an dernier n’ont rien à faire. Ils sont déjà dépendants du régime général de santé.


Dès la rentrée 2019, le statut santé des étudiants est simplifié.

Pour toutes les personnes qui continuent leur parcours universitaire, la situation est légèrement différente. Ces étudiants souscrivent généralement à un contrat de mutuelle étudiante, laquelle sert de centre de gestion. Mais, dès le 1er septembre 2019, ils seront rattachés à la Caisse primaire d’assurance maladie – ou CPAM – de leur lieu d’habitation. Il n’y a donc rien à faire, puisque ce transfert est automatique.

Tous les étudiants recevront un email de la CPAM durant le mois de septembre 2019 pour leur expliquer les détails de leur situation, les services auxquels ils ont accès ainsi que les contrats auxquels ils peuvent désormais souscrire.

Étudiants : mettre à jour ses informations, une prioritéPeu importe la situation de l’étudiant, il lui faudra penser à mettre à jour sa Carte vitale et à effectuer des vérifications essentielles après de l’Assurance maladie. Pourquoi ? Afin de vérifier que les informations sont à jour et correctes, à l’instar du nom du médecin traitant, le RIB ou encore l’adresse postale. Tout cela peut se faire depuis ameli.fr !

Mise à jour le