Quel est réellement l'impact d'Internet sur l'environnement ?

Image de pollution

Sur les 7,5 milliards d'individus de la planète, plus de quatre milliards utilisent quotidiennement internet. En France, il y en a 52 millions. Internet constitue à la fois un gigantesque parc d'attraction et un véritable outil de travail. Mais il y a un hic. Pour permettre à internet de fonctionner, des milliers de Data Centers de la taille d'une ville, tournant sept jours sur sept et 24h/24h, consomment de l'électricité et rejettent du CO2 en quantité titanesque. Fournisseurs et distributeurs d'énergie ainsi que géants du web sont conscients de ces problématiques et tentent de participer à la transition énergétique. La France prend le sujet très à cœur et individuellement, il est aussi possible d'ajouter sa pierre à l'édifice.

Quelques chiffres déterminants sur la consommation d'Internet

"Si Internet était un Etat, il serait le 6ème plus gros pollueur de la planète", cette vidéo publiée par le média numérique Brut fin novembre énonçant une série de chiffres alarmants à propos d'internet est devenue virale sur les réseaux sociaux, avec plus d'un million de vues. Donc, si on résume (entre les chiffres de Brut et ceux que nous avons cherchés nous-mêmes en complément), internet en consommation, représente cela :

  • 1,4 milliard de smartphones ont été vendus en 2017 (sources IDC). Il s'agit d'un chiffre clé puisque désormais les internautes se connectent plus souvent via un smartphone que via un ordinateur.
  • Près de 250 millions d'ordinateurs ont été vendus cette année. Ce chiffre est important car les ordinateurs permettent d'accéder à internet à grande échelle également, d'après des sources worldometers.info qui s'appuient sur les études d'organisations internationales pour établir des statistiques en temps réel quotidiennes et annuelles.
  • 230 millions de télévisions se sont écoulées cette année. Quel rapport avec internet ? Plus de la moitié représentent des Smart TV. Ces dernières fonctionnent grâce à l'lPTV (Internet Protocol Television), autrement dit la transmission et la réception de la TV par l'intermédiaire d'une connexion Internet.
  • Au troisième trimestre 2018, 36,1 millions de tablettes ont été achetées dans le monde (sources IDC). Les tablettes sont un autre moyen de se connecter à internet, moindre, mais tout de même important.
  • Plus de 200 milliards d'emails sont envoyés chaque jour, sachant qu'un email de la taille d'1 Mo (taille d'un email simple sans document joint) envoie 16 grammes de CO2 dans l'atmosphère.
  • Entre quatre et cinq milliards de recherches Google sont effectuées chaque jour (sources worldometers).
  • Le Cloud computing qui consiste à une externalisation du stockage des données numériques (à l'origine numériques ou numérisées) via internet représente, d'après les chiffres de Microsoft, 75% du stockage des données mondiales. A titre d'exemple Facebook qui stocke toutes vos données en ligne (photos, vidéos, posts sur le mur de votre profil) utilise un cloud, idem pour Instagram et les autres réseaux sociaux ou professionnels. Toutes ces données doivent bien être stockées quelque part et ce quelque part, ce sont des milliers d'immenses Data Centers remplis de millions de serveurs en marche 24h sur 24, sept jours sur sept.
  • Youtube (possédé par Google) ou Netflix sont de véritables ogres d'électricité. Des centaines de personnes se rendent sur ces plateformes chaque jour pour regarder des heures de vidéos en ligne.
  • Facebook consomme chaque année 100 millions de Kilowattheure.
  • Un ordinateur fixe ou portable ordinaire en activité consomme 65 wattheure, en veille : 35 wattheure.
  • La 4G serait 23 fois plus énergivore que le Wifi selon le rapport négaWatt de 2015.

Qu'est-ce qu'un Watt dans le domaine de l'électricité ?Afin de mieux comprendre la consommation d’électricité engendrée par Internet, il est important de bien identifier les unités de mesure associées à l’électricité. Le watt (W) est utilisé pour quantifier la puissance électrique, par exemple pour une ampoule ordinaire (entre 4 et 40 watts) ou un ordinateur portable (environ 200 watts). Afin de mesurer la consommation d’énergie des appareils électriques, l’unité utilisée est cette fois le wattheure (Wh) : elle correspond à l’énergie consommée pendant une heure par un appareil d’une puissance de 1 watt. Il existe ensuite des multiples de cette unité, telles que le kilowattheure (1000 Wh), le mégawattheure (1 million de Wh), le gigawattheure (1 milliard de Wh) ou encore le térawattheure pour des valeurs plus élevées.

Les Data Centers : gros consommateurs d'électricité

Les Data Centers cités plus haut hébergent donc ces millions de serveurs qui permettent entre autres, l'enregistrement, la transmission et le calcul de données émis par les différents supports digitaux couramment utilisés aujourd'hui (smartphone, ordinateur, tablettes, télévisions intelligentes, Android Box TV etc).

Un data center rempli de serveurs
Un Data Center et ses serveurs informatiques

Dans les années 90, les bureaux des entreprises gardaient en général ces serveurs dans leurs locaux car ils ne nécessitaient pas un traitement aussi poussé des données qu'aujourd'hui. A titre d'exemple, actuellement, Google possède à lui seul 37 Data Centers (900 000 serveurs) répartis dans plusieurs pays : Etats-Unis, Irlande, Pays-Bas, Finlande, Belgique, Singapour et Taiwan (mais pas encore en France).

Et ces Data Centers, comment fonctionnent-ils ? Grâce à l'électricité ! Malheureusement, l'énergie utilisée par Google et par de nombreuses autres entreprises américaines est encore dans bien des cas carbonée, c'est-à-dire émettrice de CO2. Donald Trump est d'ailleurs sorti des accords de Paris en janvier dernier afin de débrider la croissance des entreprises aux Etats-Unis. Fabien Viault, responsable EMEA de l'implémentation et de l'énergie renouvelable des Data Centers chez Google, précisait toutefois lors d'un coloque avec l'Union Française de l'électricité (UFE) en 2017 qu'il y a une véritable prise de conscience chez les géants du web :

Google est responsable de 30% du trafic internet mondial. Leurs Data Centers représentent leur première source de consommation d'électricité et équivaut à 6 térawattheure en 2016, soit l'équivalent de l'activité du réseau entier de la SNCF en une heure également. Ayant conscience de leur impact sur l'environnement, le géant du web américain s'est tourné vers les énergies renouvelables (et notamment l’éolien) avec l'aide du machine learning et de l'intelligence artificielle. Google a notamment pu maximiser le refroidissement de ces Data Centers de 40%

Pollution d'Internet : la France est plutôt une bonne élève

Les pays scandinaves obtiennent les meilleurs résultats dans la transition énergétique : en Norvège et en Suède, près de 80% de l'énergie produite est renouvelable et ils s'autosuffisent pour leur consommation. La France n'a pas encore atteint ce niveau d'excellence mais héberge 180 Data Centers, notamment ceux de l'entreprise française de cloud computing OVH. Au niveau européen, elle est le troisième pays (derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne) à disposer du plus grand nombre de Data Centers. Antoine Carbonell, responsable de l’Observatoire de l’Industrie Electrique affirme qu'il ne faut pas trop blâmer la France côté transition énergétique :

Le système électrique français est robuste : les réseaux électriques en France sont denses, c’est-à-dire maillés en de nombreux points du territoire, avec des temps de coupure moyens très faibles. La France est un des pays d’Europe où le prix de l’électricité est le moins cher (derrière les pays scandinaves et les Pays-Bas), inférieur de 15 % à la moyenne européenne. Avec la loi de transition énergétique de 2015, elle s’est engagée à ce que 40 % de l’électricité produite soit renouvelable en 2030 ; aujourd’hui, 20 % de l’électricité est issue des énergies renouvelables. Il faut aussi souligner que l’électricité française est une des plus décarbonées d’Europe, sept fois moins que l’Allemagne par exemple.

Aujourd'hui, les centrales nucléaires représentent encore 75% de la production d'électricité en France. Même si elles sont contestées par plusieurs associations, elles demeurent beaucoup moins nocives pour l'environnement que le charbon qui lui, rejette une quantité très importante de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Info en + : que dit la loi sur la transition énergétique ?L'objectif de cette loi adoptée le 17 août 2015 est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050. Il faut également réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012 et 20 % en 2030, et porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % en 2030. La part du nucléaire dans la production d’électricité devra être portée à 50 % à l’horizon 2025.

Quelles sont les solutions à grande échelle et individuelles pour réduire l'impact d'Internet sur l'environnement ?

Non, Internet et ses Data Centers ne sont pas un gouffre de pollution sans fin, des solutions existent, en plus des énergies renouvelables, pour limiter son impact sur l'environnement.

Dessin d'une femme assise en face d'un ordinateur fixe

  • A l'échelle des entreprises en France, des moyens techniques ont commencé à être mis en place afin de se servir de la chaleur émise par les Data Centers. En effet, selon le rapport de l'Observatoire de l’Industrie Electrique datant de 2017, la société Qarnot computing a développé un radiateur intelligent (en l’occurrence, un serveur qui traite de la donnée) qui utilise la chaleur émise par les microprocesseurs pour chauffer les logements. Ces radiateurs sont disponibles pour une utilisation personnelle donc. De son côté, la société française Stimergy offre la possibilité de placer des serveurs dans des caves d’immeubles ou des sous-sols pour chauffer l’eau qui circule dans les bâtiments ou des piscines municipales.

A l'échelle individuelle, il est aussi possible d'agir, d'être "un colibri qui ajoute une goutte d'eau pour éteindre l'incendie" (selon la théorie de Pierre Rhabi qui consiste à faire sa part) :

  • Si vous avez un support digital chez vous (ordinateur, tablette, smartphone), pensez à effacer les emails promotionnels que vous recevez et à trier vos emails importants une fois tous les trois mois par exemple. Cela permettra de vider l'espace de stockage de votre boîte email. Les emails non désirés sont une tarre, si vous êtes par exemple sur Gmail, vous pouvez dans les paramètres, bloquer le destinataire ou le signaler dans spams, il sera automatiquement supprimé par Google après 30 jours.
  • Vous pouvez également limiter les recherches sur les moteurs de recherches qui demandent, comme l'avez vu, une gestion énorme des données. Le bon vieux dictionnaire ou l'encyclopédie seront contents d'être dépoussiérés de temps en temps.
  • Lorsque vous n'êtes pas devant votre ordinateur, évitez de laisser tourner Youtube ou Netflix dans le vide, ils sont très énergivores.
  • La nuit, pensez à débrancher votre ordinateur de la prise secteur et éteignez-le car même en veille il consomme de l'électricité.
Mise à jour le