Gaz de schiste : David Cameron accélère la délivrance de permis

Le gouvernement britannique a donné autorité au ministre des Communautés et du gouvernement local d'approuver lui-même les permis d'exploitation du gaz de schiste. L'octroi de permis outre-Manche devrait s'en trouver accéléré.


Une prérogative normalement réservée aux responsables locaux...

L'octroi de permis d'exploitation du gaz de schiste revient normalement aux responsables locaux. Par cette décision, le gouvernement de David Cameron a souhaité ôter cette prérogative aux élus et la remettre entre ses mains. Les ministères de l'Energie et des Communautés ont justifié la décision du gouvernement en prônant l'efficacité et surtout la rapidité.

Les mesures prises aujourd'hui éviteront de longs délais qui pénalisent à la fois les entreprises et les habitants - Communiqué des ministères de l'Energie et des Communautés

... trop hostiles pour le gouvernement

En juin, deux demandes de permis avaient été rejetées par le conseil du comté de Lancashire. Les demandes de permis provenaient de la société Cuadrilla Ressources qui souhaitait entreprendre un chantier de fracturation hydraulique. Leur refus avait été motivé par les nuisances sonores qu'aurait pu engendrer un tel chantier et l'éventuelle détérioration du paysage.

Si le gouvernement met en avant l'aspect pratique de sa décision, celle-ci semble donc avant tout politique. Face à des responsables locaux hostiles à l'exploitation du gaz de schiste, le gouvernement britannique n'a pas hésité à se réapproprier le droit de l'autoriser, en vue surtout de contrebalancer la baisse de la production d'hydrocarbures en Mer du Nord.

Les militants anti-gaz de schiste se font entendre

La population craint les effets négatifs que l'exploitation du gaz de schiste pourrait avoir sur le tourisme et le coût de l'immobilier, les "écolos" mettent quant à eux en avant le risque de contamination de l'eau des sols par les produits utilisés pour faire fonctionner le mécanisme de la fracturation hydraulique. Les manifestations à répétition pourraient bien freiner le processus d'accélération engagé par le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté.

Mis à jour le