Prix de l’énergie : à quels changements s’attendre en 2023 ?

Hausse des prix de l'énergie en 2023

L’année 2023 s’ouvre sur bon nombre d’inquiétudes concernant les prix de l’énergie. Janvier sera-t-il le moment d’une reprise de la hausse des tarifs du gaz et de l’électricité ? Si le prix du gaz sur le marché de gros est redescendu début janvier à son plus bas niveau depuis février 2022 - et l’invasion de l’Ukraine par la Russie - cette soudaine baisse tarifaire ne permet pas de garantir des prix bas durant l’essentiel de l’année 2023. Il faudra donc s’attendre à nouveau à une année tendue en matière de prix de l’énergie.


Une année 2022 chaotique pour les prix de l’énergie

L’année 2022 a été un challenge énergétique historique. Les appels à la sobriété et la course à l’approvisionnement en gaz et en électricité ont rythmé l’année pour l’Hexagone, mais aussi pour l’Europe.

La perte d’une partie des approvisionnements en gaz russe à la suite du conflit entre le géant soviétique et l’Ukraine, ou encore la paralysie de nombreux réacteurs nucléaires du parc d’EDF ont laissé la France dans une situation énergétique périlleuse.

Il faut donc retenir de l’année 2022 de nombreux soubresauts concernant les tarifs de l’électricité et du gaz, avec notamment des pics de prix extrêmement élevés sur les marchés de gros durant l’été 2022. Le mois d’août a été particulièrement marqué par le caractère erratique des prix de l'énergie :

  • Le prix du gaz sur le marché de gros a atteint jusqu’à 342 euros/MWh ;
  • Le prix de gros de l’électricité jusqu’à à 1 000 euros/MWh.

Pour les ménages français, pourtant protégés par le bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie, la hausse du prix de l’électricité et du gaz a été en moyenne de 4%. Les entreprises qui ne bénéficiaient pas, quant à elles, du bouclier tarifaire ont fortement souffert de ces augmentations successives. L’industrie française a même affiché un important ralentissement de son activité en raison de coûts de l’énergie trop importants. Pour la seule période située “entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2022, les prix moyens pour les entreprises [se sont ainsi accrus] de 31 % pour l’électricité et de 103 % pour le gaz”, estimait le ministère de la Transition Écologique en octobre 2022.

Une baisse des tarifs de l’énergie début 2023 : faut-il y croire ?

Le bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie ayant été reconduit pour l’année 2023, la hausse des prix des gaz est plafonnée à 15% dès ce mois de janvier et celle de l’électricité au même niveau à partir de février. Ces mesures laissent à penser que la flambée des prix de l’énergie est loin d’être terminée.

Malgré une légère embellie sur le plan tarifaire, la crise énergétique n’épargnera pas la France en 2023. Le 2 janvier dernier, le mégawattheure de gaz ne valait que 73 euros. Un tarif rassurant, après avoir atteint les 342 euros/MWh en août dernier suite à la rupture de l’approvisionnement russe. Mais ce chiffre encourageant n’indique pas pour autant un retour à la normale. En effet, cette chute des prix en début d’année est la conséquence de plusieurs facteurs :

  • Un automne doux et des températures clémentes ;
  • Des réserves de gaz européennes à un niveau maximal ;
  • Le recours au gaz naturel liquéfié importé par de nouveaux fournisseurs étrangers, pour compenser les pertes de gaz naturel russe.

La période la plus rude de cet hiver 2022/2023 est donc attendue dès ce mois de janvier. De plus, il faudra également compter sur une nouvelle course à l’approvisionnement en gaz tout au long de l’année. En effet, les importations de gaz demeurent menacées par le retrait total de la Russie mais également la concurrence avec l’Asie, notamment la Chine, qui pourrait rafler les fournisseurs de gaz naturel à l’Europe. Si les prix sont certes plus bas que l’été dernier, ils demeurent toutefois trois fois plus élevés qu’au cours de l’été 2021.

Cette “situation gazière” impacte également les prix de l’électricité, puisqu’une grande partie de cette énergie est produite grâce à des centrales à gaz en France. C’est pourquoi ce début d’année est aussi placé sous le signe d’une baisse du prix de l'électricité de gros pour une livraison en 2023. La dernière semaine de décembre 2022, il avait chuté à 240 euros/MWh contre les 1 000 euros/MWh de la fin août.

D’autres signaux sont au vert en ce début d’année. La consommation nationale d'électricité poursuit sa tendance baissière. D’après le gestionnaire de réseau électrique RTE, celle-ci a en effet diminué de 7,4% sur les dernières semaines de décembre, par rapport à la moyenne de 2014 à 2019.

La baisse de la consommation nationale de gaz a également été importante depuis l’été 2022. D'après GRTgaz entre le 1er août et début décembre 2022 - par rapport à la même période de 2018 - la demande gaz a baissé de 22,1% chez les industriels et de 14 % sur les réseaux de distribution publiques, soit ceux qui fournissent les ménages français. Tous ces indicateurs hivernaux ont permis de faire redescendre les prix de l’énergie, mais rien ne garantit encore le maintien à terme de cette tendance.

Quels prix du gaz et de l’électricité espérer en 2023 ?

Ce début d’année marque donc un “bon départ” pour les prix de l’énergie, mais ne pourra vraisemblablement pas estomper les effets du contexte international de façon durable.

Par exemple, la seule baisse des tarifs sur le marché de gros ne suffit pas à réduire les factures des usagers. En effet, sur les 10,7 millions de foyers français qui se chauffent ou cuisinent au gaz, plus de la moitié a souscrit une offre de marché à prix fixe. Les prix pour ces ménages ne seront donc pas impactés par les soudaines baisses sur le marché de gros.

A quels prix faut-il donc s’attendre pour l’année 2023 ? Les hausses des prix de l’énergie éventuelles seront plafonnées à 15%. grâce au bouclier tarifaire Cela signifie donc qu’il faut s’attendre à une hausse moyenne sur les factures des ménages français :

  • de 25 euros par mois pour les foyers qui se chauffent au gaz ;
  • de 20 euros par mois pour les foyers qui se chauffent à l’électricité.

Ces prix ne concernent que les particuliers et le maintien du bouclier tarifaire sera effectif que jusqu’au 30 juin 2023, puisque dès le 1er juillet 2023 prochain, les tarifs réglementés du gaz disparaîtront, ayant été considérés comme étant “contraires au droit de l'Union européenne”. Seules les TPE et collectivités locales de moins de 10 salariés, présentant un chiffre d’affaires maximal de 2 millions d’euros et disposant d’un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kilovoltampère (kVA) peuvent de leur côté bénéficier du bouclier tarifaire.

En outre, il faut rappeler que des chèques énergie exceptionnels d’un montant variant entre 100 et 200 euros viendront aider les ménages les plus modestes pour le paiement de leurs factures d’énergie.

En ce début d’année les tarifs réglementés pour le gaz et l’électricité pour les clients résidentiels sont de cet ordre :

Le tarif réglementé du gaz naturel
Classe de consommation (kWh / an) Prix de l'abonnement / an Prix du kWh
Zone 1 Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 6
Cuisson = Base (0 - 1000) 102.12 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC
+ Eau chaude = B0 (1001 - 6000) 102.12 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC 0.1284 € TTC
+ Chauffage = B1 (6001 - 30000) 249.84 € TTC 0.1036 € TTC 0.1043 € TTC 0.1050 € TTC 0.1057 € TTC 0.1065 € TTC 0.1072 € TTC
+ Copropriété = B2i (30001 - 300000) 249.84 € TTC 0.1036 € TTC 0.1043 € TTC 0.1050 € TTC 0.1057 € TTC 0.1065 € TTC 0.1072 € TTC

Tarifs €  TTC - à jour au 1er février 2023

La grille tarifaire TRV publiée par EDF
Puissance souscrite
(kVA)
Option Base Option Heures Pleines - Heures Creuses
Abonnement annuel Prix du kWh Abonnement annuel Prix du kWh heures pleines Prix du kWh heures creuses
3 kVA 109.90 € TTC 0.2062 € TTC --
6 kVA 143.87 € TTC 0.2062 € TTC 151.64 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
9 kVA 179.36 € TTC 0.2062 € TTC 192.35 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
12 kVA 215.87 € TTC 0.2062 € TTC 232.04 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
15 kVA 250.22 € TTC 0.2062 € TTC 269.96 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
18 kVA 284.07 € TTC 0.2062 € TTC 306.99 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
24 kVA 357.83 € TTC 0.2062 € TTC 374.92 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
30 kVA 429.96 € TTC 0.2062 € TTC 445.53 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC
36 kVA 500.56 € TTC 0.2062 € TTC 513.09 € TTC 0.2228 € TTC 0.1615 € TTC

Tarifs €  TTC - à jour au 1er février 2023

Côté professionnel et entrepreneurial, un volet d’aide a été prévu pour les PME, TPE, associations et collectivités territoriales. Ces structures pourront de leur côté bénéficier cette année d’un amortisseur sur les prix de l’électricité. Cet amortisseur mis en place depuis le 1er janvier 2023 sera directement appliqué sur les factures de fournisseurs d’électricité.

“L’État va prendre en charge, sur 50 % des volumes d’électricité consommée, l’écart entre le prix de l’énergie du contrat et 180 €/MWh (soit 0,18 €/kWh)”, précise le ministère de la Transition Ecologique et Energétique. L’aide que représente cet amortisseur ne peut excéder 2 millions d’euros. Le montant d’amortisseur ne peut dépasser les 320 €/MWh (soit 0,32 €/kWh).

Mis à jour le