Energie solaire et autoconsommation : un nouvel enjeu de développement urbain

Solaire
Intégrer davantage l'énergie solaire aux milieux urbains permettra de favoriser la transition énergétique.

Selon Enedis, le gestionnaire de réseau d'électricité, "d’ici 2030, les deux tiers de la population mondiale habiteront en ville, soit près de 6 milliards de personnes". La consommation d'électricité en sera donc impactée. Au vu des impératifs de transition énergétique, les villes ont tout intérêt à fournir à leurs administrés une énergie renouvelable et à moindre coût. Pour cela, le plus facile reste encore d'investir dans l'énergie solaire. Explications.


La transition énergétique, une attente des citoyens

Les municipales ont confirmé l'engouement des Français pour les sujets d'écologie. La transition énergétique passera donc en partie par l'action des territoires et notamment des mairies.

Pour cela, concernant l'énergie, plusieurs actions sont à mettre en place, parmi lesquelles :

  • La réduction des émissions de CO² des bâtiments publics et résidentiels. En effet, selon le Ministère de la Transition Ecologique, en 2017, "le secteur du bâtiment représente 44 % de l’énergie consommée en France" ;
  • Une meilleure gestion de l'éclairage public qui émet plus de 5,6 tonnes de CO² d'après l'ADEME en 2017.

Le CO² est l'un des principaux gaz à effet de serre. C'est la raison pour laquelle les villes doivent trouver des solutions pour réduire la pollution générée. Outre les enjeux environnementaux, des enjeux économiques sont à prendre en compte.

En effet, en rénovant les bâtiments et en leur garantissant une meilleure isolation, les déperditions d'énergie sont limitées et les citoyens gagnent en pouvoir d'achat. De la même manière, une réduction des coûts d'éclairage public permet à la collectivité de faire des économies non négligeables.

Mobiliser les toits urbains pour produire de l'énergie

autoconsommation

Mais pour être écologique, la transition énergétique doit se baser sur des énergies peu chargées en carbone et si possible produite localement. L'énergie solaire cumule ces deux avantages. Energie renouvelable, elle permet aux Français de fabriquer eux-mêmes leur électricité en circuit court via l'autoconsommation.

En installant des panneaux solaires sur leur toit, les citoyens peuvent consommer leur propre électricité et réduire leur facture d'énergie. C'est très simple pour les ménages occupant une maison. Mais, qu'en est-il pour les occupants d'appartement ?

Pour eux, c'est également possible. C'est en tout cas ce que pense le fournisseur d'électricité verte, Urban Solar Energy. Il accompagne les habitants d'immeuble à développer l'autoconsommation collective. Selon le jeune fournisseur, l'occupation des toitures urbaines est l'un des leviers de la transition énergétique. 

"À Lyon, 6.5 millions de m2 sont exploitables pour le photovoltaïque."
Urban Solar Energy

Ces solutions d'autoconsommation sont profitables à tous. Outre la possibilité de produire de l'énergie pour eux, le surplus d'énergie peut être réinjecté sur le réseau électrique pour alimenter le voisinage.

Vers le développement du mobilier urbain solaire ?

D'autre part, le photovoltaïque peut être l'opportunité pour une collectivité locale de faire baisser ses dépenses. Si l'on en croit l'Ademe, l'éclairage publique représente 37 % de la facture d'électricité d’une collectivité locale. Pour cela, il convient d'adapter le mobilier urbain. En effet, celui-ci peut se transformer en support pour des panneaux solaires et devenir autonome en énergie.

"L’espace urbain offre des opportunités intéressantes : bancs, lampadaires, ou encore abribus peuvent en effet accueillir des technologies solaires permettant de produire leur propre énergie 100 % renouvelable, et d’éviter le raccordement au réseau électrique."
Enedis

Ainsi, des mairies ont investi dans des objets solaires. C'est par exemple le cas de Cannes, qui propose des bancs photovoltaïques permettant aux administrés et touristes de recharger leur portable mais aussi de bénéficier d'une connexion wifi ou encore le cas de Nantes avec des abribus solaires.

Mis à jour le