Mitsubishi pourrait rentrer au capital d’Areva NP avec l’aide d’EDF

La firme japonaise a été invitée par les deux entreprises françaises Areva et EDF à investir dans Areva NP, la filiale gérant l’activité de développement des réacteurs nucléaires. Des négociations devraient s’ouvrir prochainement.


Mitsubishi va-t-il rentrer au capital de la filiale Areva NP ? C’est ce que souhaitent EDF et Areva, respectivement actionnaire et maison mère de la succursale spécialisée dans l'ingénierie de réacteurs nucléaires. C’est le quotidien nippon Nikkei qui a dévoilé l’information, indiquant également que des négociations devraient prochainement être ouvertes entre les trois entreprises. 

Silence chez EDF, avis positif chez Areva et Mitsubishi

Interrogé sur le sujet lundi 21 septembre dernier, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy n’a pas souhaité commenter la nouvelle. En revanche, chez Areva comme chez Mitsubishi, on a déjà exprimé son intérêt pour une telle opération. En juin dernier, Shunichi Miyanaga, patron de l’industriel japonais, s’est dit persuadé que son entreprise pouvait jouer un rôle positif dans la remise sur pied d’Areva. Même son de cloche chez Philippe Varin, président du conseil de surveillance de la firme française, qui a rappelé en août 2015 l’importance de Mitsubishi en tant que partenaire historique via sa filiale Heavy Industries.

Les Chinois en embuscade

L’opération pourrait être limpide sans l'irruption potentielle de partenaires jugés encombrants par Mitsubishi. EDF et Areva pourraient convier à la table des négociations un ou plusieurs groupes chinois, ce que voudrait éviter l’entreprise nippone, inquiète des risques de fuites technologiques. 

Areva et Mitsubishi entretiennent un partenariat depuis de nombreuses années et possèdent même des sociétés conjointes, dont Atmea, qui développe actuellement un réacteur de moyenne puissance.

Mis à jour le