Bons résultats pour EDF en 2014, mais des inquiétudes pour la suite

L'énergéticien EDF dévoile des résultats opérationnels 2014 très "solides" associés à un bilan des énergies décarbonées "excellent". Les mots utilisés dans le communiqué de presse du groupe sont flatteurs, mais comment faut-il interpréter ces conclusions ?


Un résultat annuel en hausse pour EDF

Avec un chiffre d'affaires de 72 874 millions d'euros (+1,3 par rapport à 2013) et un résultat net part du groupe en hausse de 5,2%  à 3,701 milliards d'euros, l'entreprise dépasse les attentes de certains spécialistes. L'électricien, détenu à majorité par l'Etat français (84,5%), sort de l'année 2014 avec une croissance organique de 12,6%. 

Bonne nouvelle, l'EBITDA de la section France du groupe est également en progression, +12,6%, malgré la baisse de la consommation des clients finals dans l'Hexagone. 

Des résultats qui ne font pas l'unanimité

Après la publication des comptes annuels du groupe EDF, l'action de l'électricien, côtée au CAC 40, a cependant enregistré un repli de 2%. De facto, le résultat net de 3,7 milliards d'euros est assez éloigné de celui pressenti par les analystes du secteur, qui tablaient sur un résultat net de 4,29 milliards d'euros. Du côté France,  la croissance organique d'EDF est en réalité réduite à 5,8% hors rattrapage tarifaire (suites à l'annulation par le Conseil d'Etat de l'arrêté qui plafonnait à 2% la hausse des tarifs de l'électricité sur la période d'août 2012 à août 2013, EDF a procédé a un rattrapage tarifaire). Par ailleurs, le nouveau président, M. Jean-Bernard Lévy, n'a pas manqué de rappeler ses "sérieuses inquiétudes" sur l'évolution des tarifs (tarif réglementé de l'électricité et prix de l'ARENH notamment).

Nous vendons très en-dessous de nos coûts de revient. Ces écarts font que la dette d'EDF a augmenté chaque année M. Jean-Bernard Lévy, PDG EDF, conférence de presse du 12 février 2015

Les énergies décarbonées renforcent EDF, mais...

Moins de CO2, plus de nucléaire

Centrale nucléaire

EDF est le premier exploitant nucléaire au monde.

Les émissions de CO2 du groupe en France au cours de l'année 2014 ont atteint un niveau historiquement bas. Avec 17 grammes de dioxyde de carbone par kWh d'électricité produit (102g/kWh au niveau groupe), soit tout de même 8 millions de tonnes sur l'année, EDF peut se féliciter d'être entrée dans la mutation énergétique.

Pour en arriver là, l'entreprise a mis à contribution son parc nucléaire, produisant 415,9 TWh d'électricité décarbonnée. Une hausse de 3% par rapport à l'année 2013, résultant de la réduction de moitié de la durée moyenne de prolongation des arrêts programmés et de la baisse de 9% du nombre d'arrêts automatiques de réacteur.

Utilisation moindre des combustibles fossiles : choix écologique ou économique ?

Mine de charbon

Le charbon est le 1er combustible fossile le plus utilisé dans le monde pour la production d'électricité.

Le parc thermique à flamme d'EDF connaît une refonte importante avec, notamment, la modernisation d'unités charbon (centrales dites supercritiques) et la construction de nouveaux moyens de production au gaz (plus flexibles), en lieu et place d'unités charbon (ex : centrale thermique de Vaires-sur-Marne). S'il y a bien une volonté de réduction des émissions de CO2, la diminution de près de 9% de l'utilisation des centrales à flamme en France provient essentiellement d'un besoin moindre en raison des conditions climatiques très favorables et d'un prix des combustibles fossiles moins intéressant. 

Un retour à la normale de la production hydraulique

Après une année 2013 exceptionnellement prolifique en termes de production hydraulique, EDF note un retour à la normale avec 37,5 TWh d'électricité hydraulique produite. Une baisse donc de 12% relativement naturelle après la croissance de 23,1% entre 2012 et 2013.

Prudence du côté d'EDF pour 2015

Dans un contexte de pression sur les tarifs du marché (fin des tarifs réglementés jaune et vert, formule de l'ARENH, loi de transition énergétique pour la croissance verte), EDF préfère rester raisonnable pour ses objectifs 2015. Une croissance de l'EBITDA comprise, entre 0 et 3% est espérée et un ratio d'endettement financier net / EBITDA inclus entre 2x et 2,5x. 

Pour en savoir plus sur la fin des tarifs réglementés de l'électricité et du gaz, contactez la plateforme Selectra au 09 73 72 73 00 (lundi-vendredi 6h-1h du matin, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h). Nos experts vous accompagnent dans les procédures à suivre. Service téléphonique géré par la société Selectra qui prend en charge vos démarches de déménagement ou de changement de fournisseur en vous orientant vers les offres partenaires les plus compétitives dans votre cas. En savoir plus Annonce

Les résultats et évolutions survenues en 2014 permettent au premier fournisseur d'électricité français de confirmer son ambition d'atteindre un cash flow après dividendes positif en 2018.

 

Mis à jour le