Les ambitions dévorantes de Direct Energie

Le troisième fournisseur d'énergie français, Direct Energie, qui compte actuellement 2,1 millions de clients, vise le double d'ici 2020. Le fournisseur et producteur alternatif, déjà présent en France et en Belgique, pourrait également se lancer dans d'autres pays.

4 millions de clients dans trois ans

C'est dans une émission diffusée sur le site Boursorama que le PDG de Direct Energie, Xavier Caïtucoli, a révélé ses ambitions. 4 millions d'abonnés "sont dans notre viseur en termes de croissance organique." Des ambitions qui frôlent les prévisions. Créé en 2003 au moment de l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence pour les clients professionnels, le premier fournisseur alternatif français peut en effet se targuer d'acquérir quelques 4000 nouveaux clients par jour.

C'est grâce à des offres compétitives et à un service client de qualité, élu depuis dix ans "Service client de l'année" que Direct Energie est devenu un acteur incontournable du marché. Il a en outre récemment revu sa gamme d'offres dans un souci de simplification.

"Nous avons beaucoup de nouveaux pans de notre activité à explorer". - Xavier Caïtucoli

Le président fondateur évoque successivement les forces de la société, la qualifiant de "solide", "non endettée" et ayant des "paramètres économiques de qualité".

Une année placée sous le signe de l'expansion

Déjà présent en Belgique depuis un an, Direct Energie pourrait bien s'exporter dans d'autres pays comme l'Espagne, l'Allemagne ou le Royaume-Uni. Interrogé sur ce point, Xavier Caïtucoli reste cependant prudent et confirme simplement qu'il "regarde d'autres pays".

Avec 5% de parts de marché, l'énergéticien affichait un chiffre d'affaires supérieur à 1,5 milliard d'euros pour l'exercice 2016 et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Xavier Caïtucoli lançait à la fin de l'interview un "on en a sous le pied" qui laisse à penser que le fournisseur n'a pas fini de nous surprendre. 

Mise à jour le

Léria

Diplômée en droit de l'université de Paris II et de l'institut de criminologie de la Sorbonne, Léria rejoint Selectra en 2011. Elle intègre d'abord le pôle contenus en tant que responsable webmarketing avant d’évoluer vers un poste de responsable de l'actualité et des réseaux sociaux.