Assurance santé : quels changements pour les Français résidant aux États-Unis en 2019 ?

Cela est bien connu : le système de santé américain est totalement différent du système français. Les derniers bouleversements politiques, qui ont fait suite à la mise en place de l’administration Trump en 2016, auront possiblement des conséquences pour les expatriés français installés dans le pays. Et ce dès l'an prochain. Selectra fait le point.

Santé des Français aux États-Unis : un casse-tête ?

Les Français installés aux États-Unis savent qu’en ce qui concerne l’assurance santé, les choses se compliquent une fois de l’autre côté de l’Atlantique. Cela est tout particulièrement délicat alors que dans le pays, les actualités concernant ce domaine spécifique se multiplient. Le gouvernement Trump œuvre depuis sa mise en place à l’élimination ou la destruction progressive de l’Obamacare, la couverture santé déployée par l’administration précédente.

Récemment, Eric Thoby, le directeur d’AgoraExpat, a donné une interview au site French Morning à ce sujet. Son entreprise dédie en effet son expertise à l’assurance santé à destination des personnes ou des sociétés installées à l’étranger. Le spécialiste a donc tenté d’éclaircir la situation pour celles et ceux sur place. En effet, les bouleversements politiques qui ont lieu aux États-Unis ne manqueront pas d’impacter les Français vivant dans le pays.


Partir vivre à l'étranger, c'est aussi anticiper sa couverture santé et donc bien se renseigner sur les spécificités du pays concerné.

De son interview ressortent plusieurs choses assez importantes : le climat d’incertitudes lié à l’instabilité politique actuelle du pays, et la nécessité pour les résidents fiscaux d’être bien renseignés. Le système de santé américain est très différent du système français, et cela joue évidemment sur la couverture dont une personne bénéficie ou non. En Amérique du Nord, les assurances privées sont le système de santé. Malgré des structures d’accueil souvent très compétentes, s’y faire soigner peut coûter très cher.

Une mauvaise couverture santé en cas de problème, et plus précisément d’une hospitalisation, a le potentiel de tourner au cauchemar. Être mal assuré, c'est la garanti d'être englouti par la réalité économique du système de santé nord américain.

Le spécialiste conseille donc aux assurés de choisir en fonction du prix et, conséquemment, de la variété des garanties proposées dans le contrat. Il soulève le point très important des antécédents médicaux, qui aux USA sont déterminants dans le cadre d’une signature de contrat d’assurance. Pour les Français, l’enjeu est de recourir à une compagnie d’assurances qui prennent en compte de telles conditions. Les contrats d’expatriés ne sont pas toujours adaptés à leurs cas de figure, car des délais de carence et des plafonds s’appliquent dans certaines situations », conclut Eric Thoby.

Santé des expatriés : où trouver des ressources ?Pour obtenir des renseignements précis, il existe des structures référentielles en la matière, à l’instar de la Maison des Français de l’étranger, laquelle est un service du Ministère des Affaires étrangères et européennes. Ou, pour bénéficier des services d'une plateforme française et publique, il est aussi possible de consulter le Centre des Liaisons européennes et internationales de Sécurité sociale – ou CLEISS –, qui comporte de nombreuses ressources.

Santé des expatriés aux États-Unis : de possibles changements en 2019


Les choses vont-elles changer pour les expatriés en 2019 ?

Pour Eric Thoby, les plus gros changements concerneront les particuliers. En effet, la fin du mandat individuel (« Individual Mandate ») signée par Trump en 2018 sera mise en place dès le 1er janvier 2019. Pour les personnes, cela signifie qu’elles ne seront plus obligées de souscrire à une assurance répondant aux exigences de l’Affordable Care Act – ou ACA –, plus connu sous le nom d’Obamacare. Encore aujourd’hui, si ce n’était pas le cas, une pénalité fiscale pouvait être appliquée à un niveau fédéral, l’ACA Penalty Tax. Pour les résidents fiscaux du pays, il était auparavant possible d’être exonéré d’une telle pénalité par le biais de démarches administratives. Cela devrait sensiblement évoluer dès 2019, puisque la suppression du mandat individuel offrira une plus grande « souplesse dans le choix des contrats d’assurance », précise par ailleurs Eric Thoby.

Cela dit, comme le précise l’expert, la législation américaine est complexe dans le sens où celle-ci peut être très différente d’un état à l’autre. En fonction des structures gouvernantes et des sensibilités politiques, la pénalité pourrait demeurer à un endroit et être supprimée à un autre. Par exemple, l’état de Washington DC a mis en application un « Individual Mandate » local en fin d’année 2018. C’est aussi le cas du New Jersey, du Massachusetts et du Vermont. Et il faut ajouter à cela que les dernières élections de novembre 2018, celles de mi-mandat, sont venues compliquer la situation encore un peu plus. Pour les résidents fiscaux, il faudra donc impérativement se renseigner et guetter les éventuels changements à venir en fonction de l’état où ils habitent.

Santé aux États-Unis : avoir les poches bien rempliesAux États-Unis, assurer sa santé est bien plus onéreux qu’en France. Les chiffres varient en fonction des spécialistes, mais les estimations pour une personne célibataire sont entre 500 $ et 700 $ par mois – environ 442 € et 618 €, et pour une famille de 1 500 $ à 2 500 $ par mois – environ 1 326 € à 2 210 €. La protection sociale française et ses modalités d’application varient en fonction du pays d'expatriation. Et aux États unis, la convention de sécurité sociale ne s’applique pas. Pour les expatriés français à l’étranger, il est indispensable d’adhérer à la Caisse des Français de l’Étranger – ou CFE, puisque celle-ci jouera pour eux le rôle d'une Sécurité sociale à l’étranger.

Mise à jour le