Covid-19 : que peuvent vraiment les assurances pour les personnes coincées à l’étranger ?

Covid-19 : que peuvent vraiment les assurances pour les personnes coincées à l’étranger ?

Frontières fermées, vols annulés, Français coincés à l’étranger sans solution de retour : avec le Covid-19, le déploiement de mesures de limitation des déplacements partout dans le monde n’est pas sans conséquence. Nombreuses sont les personnes qui préparaient un voyage, ou qui ont eu le malheur de partir il y a quelques semaines et qui se trouvent désormais dans des situations compliquées. Quelles solutions sont à leur portée, et que peuvent les assurances ?


  • En bref : Voyage et Covid-19 : une situation chaotique et incertaine
  • La pandémie de Covid-19 a engendré de nombreuses mesures restrictives, notamment la fermeture des frontières pour certains pays ;
  • Pour les voyageurs et ressortissants français se pose donc la question de l’annulation voyage ou du rapatriement ;
  • Pour autant, à ce jour, les conditions de fonctionnement des assurances restent assez limitées, voire floues ;
  • Mi-mars 2020, le gouvernement français a annoncé travailler à la mise en place de solutions de rapatriement avec Air France.

Covid-19 et fermeture des frontières : le grand flou des ressortissants français

Désormais, de nombreuses frontières sont fermées, tout comme les aéroports. Quantité de vols sont également suspendus et les déplacements des citoyens partout dans le monde sont très limités. Pour les personnes qui sont parties en voyage avant le déploiement de toutes ces mesures, ou encore celles en formation à l’étranger, la situation est loin d’être simple. Et celle des assureurs non plus.

Pour les personnes qui devaient partir en voyage, la situation est déjà compliquée. Mais pour celles qui sont aujourd’hui à l’étranger et souhaitent rentrer en France, elle est plus que chaotique.

La réalité est qu’aujourd’hui, la situation reste encore très floue. Aucune réponse claire n’est vraiment fournie par les concernés. Quelles conditions exactes pour le rapatriement ? Des mesures ont-elles été mises en place par le Gouvernement ? Comment l’assurance voyage peut-elle aider les voyageurs ? Comment se faire rembourser en cas d’annulation de vol ? Le Syndicat national des sociétés d’assistance – SNSA – a fait part de son impuissance : « La situation exceptionnelle et en constante évolution nous interdit de répondre de façon précise. Chaque cas est différent et pour chacun d’entre eux, l’assisteur s’applique à apporter le meilleur accompagnement dans le cadre des dispositions contractuelles [et] en tenant compte des circonstances particulières, a expliqué l’organisation à l’Agence France Presse – ou AFP. Aujourd’hui, les rapatriements de masse sont pris en charge par l’État français. »

Ce qui ressort finalement clairement dans le chaos généralisé causé par la pandémie de Covid-19 est que la situation est finalement gérée individuellement. « Il est très tôt, trop tôt pour mesurer l’impact de cette crise, expliquait ainsi Fabrice Heyriès, directeur général adjoint de Groupama Assurances Mutuelles. On est dans la mise en œuvre des dispositions des contrats et les dispositions contractuelles ne sont pas homogènes : il faut regarder contrat par contrat, cas par cas, la situation qui se présente et notre filiale d’assistance pourra gérer ça. » Une déclaration qui trouve écho à celle de son collègue Thierry Martel, directeur général de Groupama, dont les propos étaient relayés par l’AFP : « Aujourd’hui, le sujet le plus délicat, c’est nos compatriotes qui sont à l’étranger et comment on peut les rapatrier : sous quels délais et dans quelles conditions. Toutes les grandes sociétés d’assistance sont réunies régulièrement au Quai d’Orsay pour voir au cas par cas et pays par pays comment on rapatrie nos compatriotes. »

Malgré l’existence d’une cellule de crise créée en 2018 par le ministère des Affaires étrangères suite au séisme de Lombok en Indonésie, celle-ci n’a à ce jour pas été activée dans le cadre de la pandémie de Covid-19, précise l’AFP.

Covid-19 : assurance annulation, fonctionne-t-elle en cas d’épidémie ou de pandémie ?

Pour beaucoup de voyageurs se pose aussi la question des assurances voyage, lesquelles peuvent parfois couvrir les annulations et bien souvent, le rapatriement. Il peut s’agir d’une assurance voyage souscrite au moment de l’achat des billets, ou après, mais aussi de celle incluse avec la carte bancaire du voyageur payeur.

Pour les ressortissants français à l’étranger, les réponses restent floues.

Dans le cas précis des couvertures des cartes bancaires, aujourd’hui, l’on se renvoie la balle entre établissements bancaires et assureurs. L’AFP précise ainsi que malgré ses tentatives pour obtenir des précisions auprès des concernés, les retours vont du refus pur et simple de commenter à des réponses totalement contradictoires. « Si un porteur de carte souhaite annuler ou modifier son itinéraire, il doit contacter les professionnels du voyage (compagnies aériennes, hôtel, etc.) auprès desquels il a effectué sa réservation pour se renseigner sur les conditions de modification ou d’annulation », a de son côté expliqué l’entreprise Visa.

Ainsi, une chose doit être clairement établie : la prise en compte de la fermeture des frontières n’est en général pas comprise dans les garanties des assurances voyage – qu’il s’agisse de celle de la carte de paiement ou non. Allianz a par ailleurs précisé à l’AFP que l’assurance voyage couvre seulement le voyageur « contre un risque qu’il aurait lui-même de ne pouvoir voyager à la suite d’un décès, d’un accident, d’un problème de santé… » Ainsi, si l’assuré tombe malade ou est victime d’un accident grave, il peut bénéficier de son assurance annulation en présentant une attestation médicale.

Pour résumer : si le voyagiste annule lui-même le voyage, il est possible d’être remboursé. Par contre, si la demande d’annulation vient du voyageur, même en raison du Covid-19, le seul moyen d’être remboursé est d’être couvert par une assurance voyage incluant l’annulation dans ses garanties. Néanmoins, comme le risque d’épidémie ou de pandémie n’est en général pas inclus dans les contrats – à l’exception d’offres haut de gamme –, seul le fait de tomber malade pourrait concrètement permettre d’être indemnisé.

Concrètement, hormis des couvertures assurantielles premium, aucun contrat n’inclut des garanties relatives à la situation que nous connaissons actuellement.

Le 18 mars 2020, la mise en place par le gouvernement français d’un « plan de transport aérien » a été annoncé. Ainsi, « un mécanisme global et mondial pourra permettre [aux] ressortissants qui le souhaitent de rentrer chez eux en France par voie aérienne. Il va être mis en place très rapidement, en lien avec Air France. Il reposera sur un plan de transport aérien adapté pour l’ensemble du monde, en fonction des priorités et urgences locales, et permettra à chacun de réserver et acheter un billet retour auprès d’une compagnie », est-il expliqué. Les détails devraient être précisés sous peu, et il est ainsi recommandé de se rendre régulièrement sur les sites Internet des ambassades et d’Air France. Et il faut espérer que la situation se débloque vite, car à ce jour, les personnes françaises coincées à l’étranger disent se sentir « totalement abandonnées par [leur] ambassade ».

Le lundi 23 mars 2020, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, déclarait sur RTL que 68 000 ressortissants français étaient toujours bloqués à l’étranger.

Il n’y a alors qu’une chose à faire : se renseigner auprès de sa compagnie aérienne ou de son voyagiste, attendre des nouvelles des ambassades, des autorités… et prendre son mal en patience.

Covid-19 : le report ou l’annulation de vol sont-ils gratuits ?Les modalités du report ou de l’annulation de vol, malgré la situation singulière, vont dépendre des voyagistes et compagnies aériennes. Si par exemple Air France a garanti la gratuité des reports et annulations pour tous les billets datés avant le 31 mars 2020, chaque société est libre de pratiquer les tarifs qu’elle souhaite.

Mis à jour le