Baromètre du numérique 2018 : l'utilisation d'Internet par les Français

Un échantillon représentatif de la population française de 2214 personnes de plus de 12 ans, interrogées par le CREDOC aux côtés de l'Arcep, a permis de constater les évolutions de relations entre usagers et appareils numériques. A travers son baromètre annuel, l'Arcep en a aussi profité pour traiter des questions plus larges comme la gestion de nos données personnelles, au cœur des débats sur le numérique cette année et l'accessibilité des outils digitaux pour ceux qui demeurent plus étrangers à leur utilisation.

89% des Français utilisent internet !

C'est un point de plus qu'en 2017 mais un point décisif. Cela veut dire que désormais neuf français sur dix utilisent internet, tous supports numériques confondus. Selon le graphique réalisé par le CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) et publié par l'ARCEP, l'évolution la plus flagrante de l'utilisation d'internet a été constatée entre 2005 et 2012 où cette dernière a bondi de 28 points, passant de 52% à 80% en sept ans.

Graphique sur l'utilisation d'internet

Après cette forte croissance, l'utilisation d'internet a continué à évoluer mais plus lentement, puisqu'entre 2012 et 2018, celle-ci n'a "gagné" que neuf points. L'Arcep explique d'abord ce ralentissement par le lien avec l'accessibilité de la population à internet et donc le taux de couverture engendré par les opérateurs en haut et très haut débit. L'Arcep avait d'ailleurs publié son rapport internet du T2 2018 soulignant l'augmentation des abonnés au très haut débit à 7,8 millions d'habitants (3,9 millions d'abonnés en fibre optique). A noter que sur ces 89% de Français connectés, 80% utilisent internet quotidiennement.

Le rapport de l'Arcep souligne également quatre autres facteurs qui influencent le nombre d'utilisateurs internet :

Dessin d'une maison avec internet

  1. L'âge : il permet en effet de déterminer aisément si une personne est connectée ou non d'après le baromètre du numérique. Il en résulte que les 12-17 ans sont connectés pour 99% d'entre eux, les 18-24 ans, à 100% et les 25-39 ans à 99% également. Les 40-59 ans sont quant à eux 93% à se connecter, 82% parmi les 60-69 ans. Les personnes âgées de 70 ans et plus sont les moins connectées, avec un taux de 60% seulement.
  2. La taille du foyer : ce facteur peut surprendre car les personnes vivant seules sont seulement 75% à utiliser internet tandis que dans les foyers de cinq personnes et plus (familles et colocations), le taux d'utilisation d'internet atteint 98%.
  3. Le niveau d'études : celui-ci est aussi un élément déterminant dans le taux d'utilisation d'internet de la population française. Ainsi, 98% des diplômés d'études supérieures et 96% des titulaires du Baccalauréat sont connectés à internet. En revanche les non diplômés ne sont connectés qu'à 54%, on dénombre parmi eux les personnes âgées qui ne sont, pour beaucoup, pas diplômées. Dans la continuité et la logique de cette étude, les bénéficiaires de revenus élevés sont 96% à utiliser internet contre 86% pour les bas revenus. De plus, toutes catégories socio-professionnelles confondues enregistrent des taux d’utilisation d’internet supérieurs à 90%, en dehors des retraités (71%), des personnes au foyer (83%) et des indépendants (89%).
  4. Un dernier facteur entre enfin en ligne de compte ; la distinction entre zones rurales et urbaines. C'est donc en agglomération parisienne (94%) et en ville (89%) que l'utilisation d'internet est la plus importante. Dans les communes rurales, elle n'est "que de 87%". Pourtant l'Arcep souligne que, contrairement aux préjugés, ce sont les zones rurales qui sont plus équipées (à 88%) que les villes (entre 83% et 85%). Cette utilisation plus faible peut dans ce cas sans doute s'expliquer par le fait qu'à la campagne ou à la montagne les activités sont plus en extérieur qu'en intérieur et donc, pour le moment, nécessitent moins les besoins d'internet.

Les smartphones gagnants pour les usages internet

Les Français délaissent de plus en plus le réseau fixe (ADSL, fibre optique etc) pour se connecter à internet au profit du réseau mobile. Cette tendance s'explique par une stabilisation de l'équipement en téléphonie mobile à 94%. 46% des internautes utilisent ainsi leur smartphone pour se connecter à internet, soit quatre points de plus que l'année dernière.

Dessin d'un smartphone

Parallèlement, le nombre d'utilisateurs qui préfèrent accéder à internet via un ordinateur est en baisse, à 35%. Pour le réseau mobile, l'utilisation de la 4G explose dans ce domaine et en 2018, 61% des détenteurs d’un smartphone se connectent désormais à internet grâce à ces réseaux : soit 20 points de plus en deux ans. Parmi les services les populaires utilisant internet, on retrouve les messageries instantanées telles que What's app ou Messenger (gratuites), utilisées par 41% des Français.

Dans son éditorial qui accompagne le baromètre du numérique, Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat chargé du numérique, vante les mérites de la 4G :

Grâce au déploiement de la 4G, le smartphone progresse et devient l’outil de prédilection pour se connecter à internet.

Avec la forte croissance des usages liés aux smartphones et aux appareils électroniques en général, l'Arcep en a profité pour réunir sous forme de graphique les principaux critères sur lesquels les acheteurs s'appuient pour choisir un smartphone : il en ressort que 23% des usagers choisissent leur téléphone mobile pour la facilité et la simplicité d'utilisation de celui-ci et 22% pour ses fonctionnalités. La marque de l'appareil compte pour 18% des usagers tout de même !

Graphique sur les critères de sélection d'un appareil numérique

Les usages d'internet sont variés : les recherches sur la santé en hausse

D'après les études du baromètre du numérique, une personne sur deux utilise internet pour rechercher des informations sur sa santé ou celle de ses proches (seulement 41% en 2015). Plus précisément, 37 % de la population française (46% des 18-24 ans) est prête à améliorer ses habitudes de vie, à communiquer avec son médecin ou à contrôler son état de santé grâce au numérique. C'est un domaine qui, d'après l'Arcep, devrait se développer considérablement dans les prochaines années.

Si vous voulez en savoir plus sur les services liés à la santé, vous pouvez consulter notre article de la semaine dernière sur les applications mobile spéciales santé et bien-être.

Sinon concernant les autres domaines, les recherches d'offres d'emplois en ligne sont en légère augmentation d'un point par rapport à l'année dernière. Pour les achats sur internet, la part de ceux qui achètent au moins une fois par semaine a augmenté de 29% à 35 % entre 2016 et 2018 mais la part d'acheteurs sur le nombre total d'internautes demeure inchangé, à 61%. Enfin, le pourcentage d'adeptes aux réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Instagram, Pinterest etc) reste à 59% mais, et c'est important de le noter, est en baisse chez les 12-17 ans (-8 points) et les 18-24 ans (-3 points).

Certaines personnes éprouvent des difficultés à se servir d'internet : pourquoi ?

L'utilisation d'internet pour les personnes qui demeurent non internautes dépend plus d'un manque de maîtrise que d'une absence de motivation de la part des personnes concernées. En effet, parmi les 11% de Français qui n'utilisent pas internet, 31% d'entre eux trouvent qu'internet est trop compliqué à utiliser.

Ces difficultés vont de nos jours poser problème pour les obligations administratives qui se réalisent de plus en plus via internet et 36% des Français en sont inquiets. Parmi ces derniers, 39% disent pouvoir se débrouiller de manière totalement autonomes, 43% d'entre eux demandent de l'aide à leur proche pour l'utilisation des outils informatiques dans ce cadre. 8% de la population face à la difficulté abandonne totalement l'utilisation des outils informatiques, un isolement que déplore l'Arcep.

Des accompagnements gratuits pour l'utilisation d'internet et des outils informatiques existent !D'après l'Arcep et le CREDOC, 40% des personnes en difficulté face à internet désirent bénéficier d'une courte formation pour se familiariser avec ses outils. Des médiathèques, des espaces publics numériques ainsi que des maisons de services au public mettent à disposition des utilisateurs qui ne maîtrisent pas bien internet une formation légère sur les démarches en ligne et l'apprentissage numérique. Sept personnes sur dix connaissent l'existence de ces espaces dédiés mais ne s'y rendent que très rarement.

L'ADSL et la fibre optique devancent les autres technologies fixes pour la TV

Les Français faisant appel aux abonnements par câble (coaxial) et à la fibre optique (FTTH) sont de plus en plus nombreux, ils étaient 14% en 2012 et sont 25% en 2018. La technologie ADSL reste tout de même leader sur ce marché avec une hausse entre 2012 et 2018, de 38% à 49%. Des chiffres qui restent deux fois supérieurs par rapport au câble et à la fibre optique donc et permettent tout de même d'accéder au haut débit c'est-à-dire avec une vitesse connexion supérieure à 8 Mbit/seconde en descente.

Dessin d'une télévision

En revanche, les abonnements à la télévision par satellite baissent de manière constante pour passer de 23% des personnes équipées en 2012 à 15% aujourd'hui. Mais c'est la TNT (gratuite) qui subit le plus l'impact du développement de l'ADSL et de la fibre : en 2012, les Français étaient 36% à regarder la TV via la TNT et aujourd'hui ils ne sont plus que 36%. Il faut dire que les abonnements box internet qui incluent les services audiovisuels (donc y compris toutes chaînes proposées par la TNT) sont de plus en plus nombreux et accessibles sur une grande partie du territoire grâce à l'ADSL et à la fibre. Il devient alors plus avantageux financièrement de prendre un abonnement de ce type plutôt que via satellite.

Comment faire si vous êtes en zone blanche ?Si vous faites partie des 1% de la population qui vit dans les 541 communes encore situées en "zones blanches", nous vous invitons à lire notre article sur le sujet qui liste toutes les solutions répertoriées. Vous pouvez également consulter celui sur Eutelsat qui peut vous proposer une solution d'abonnement internet par satellite.

Côté équipement télévisuel, si le nombre de foyers équipés d'une seule télévision a augmenté : les Français qui ne possèdent qu'une seule télévision sont 53% en 2018 contre 46% en 2012, le nombre de foyers possédant plusieurs TV sont moins nombreux. Ainsi, ceux qui possèdent deux télévisions dans leur logement ne sont plus que 30% au lieu de 34% six ans plus tôt.

 

 

Vous souhaitez savoir si votre logement est éligible à l'ADSL ou à la fibre optique ?

Un conseiller vous aide à trouver l'offre partenaire la plus adaptée à votre foyer

Un coup de fouet sur la protection des données personnelles

Facebook fait face à de nombreux manquements depuis 2014 et le réseau social est encore récemment accusé par l'association Internet Society, d'avoir violé cette fois la Réglementation générale sur la protection des données personnelles (RGPD de l'UE). Parallèlement Google subit les foudres de sept associations européennes pour les mêmes raisons.

Dessin d'une fille sceptique

A leur décharge, les grandes entreprises du web ne sont pas toujours fautives et sont parfois tout simplement victimes de fuites de données dues à un incident technique. Comme ce fut le cas pour Amazon lors du Black Friday qui clame son innocence d'après des informations recueillies par RTL. Cela demeure quoiqu'il arrive une source d'inquiétudes pour les internautes qui ont du mal à faire confiance aux sites internet qu'ils visitent. Ainsi, comme nous l'avons évoqué plus haut selon le Baromètre du numérique, 89% des Français utilisent internet et, c'est là que cela se complique, pour 40% (en 2017, le taux était de 34%) d'entre eux, la protection fragile des données personnelles constitue un frein à l'utilisation du web. A ce sujet, Mounir Mahjoubi répond :

Nous avons une double responsabilité : celle de continuer à protéger et sécuriser les données et celle d’accompagner les personnes qui se sentent en difficulté et appréhendent d’aller sur internet. Les actions menées et le plan pour un numérique inclusif vont dans ce sens. Eclairer, éduquer, former, des priorités qui rencontrent les attentes des citoyens.

Mise à jour le