Le nucléaire a le vent en poupe, Voltalis gagne du terrain, Les feuilles mortes se ramassent à la pelle pour une énergie décarbonée

07/11/2022

Chaque jour, Selectra vous propose une revue de presse des faits marquants du monde de l'énergie en France et à l'international.


🌎 À l’international

  • Les achats communs européens de gaz, visant à contenir les prix cet hiver, seront mis en place “d'ici la fin du mois”, a estimé vendredi le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton.
  • Le groupe énergétique Energean a annoncé lundi la découverte de 13 milliards de mètres cubes de gaz naturel au large des côtes israéliennes sur son puit de forage exploratoire Zeus-1. La compagnie a également confirmé la présence de 3,75 milliards de mètres cubes supplémentaires sur son site d'Athena.
  • “L'Égypte, qui accueille la COP27 du 6 au 18 novembre, espère passer de 12 % à 42 % d'énergies renouvelables dans son mix énergétique d'ici à 2035, avec 22 % de ce total pour l'énergie solaire, et envisage même d'exporter son électricité vers l'Europe”.
  • Le géant gazier Uniper a subi, depuis le début de l’année, une perte nette abyssale de 40 milliards d’euros, du jamais vu pour une entreprise allemande, en raison des coupures de livraisons russes vers l’Europe.

🐓 En France

  • La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher demande à EDF et les énergéticiens “de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre pour le passage de l'hiver”, ce qui “passe, notamment, par la maximisation de la production renouvelable de l'entreprise”. Autrement-dit, il est question de débrider des barrages et des parcs éoliens afin d’approvisionner le parc électrique français et pallier aux indisponibilités prolongées de certains réacteurs nucléaires.
  • La CRE va lancer une consultation publique concernant le projet de TotalEnergies de construire un terminal gazier flottant dans la commune du Havre. “La CRE prévoit de donner un avis favorable à la demande de TotalEnergies : cette dérogation ne portera pas atteinte à la concurrence et permettra d’améliorer la sécurité d’approvisionnement française et européenne”. Pour répondre aux risques de pénuries, le groupe TotalEnergies garantit avec ce terminal une regazéification de 5Gm3 par an. La mise en service devrait débuter en septembre 2023.
  • Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle), à l’arrêt pour des contrôles, va devoir subir des réparations en raison de possibles défauts sur des soudures attribués au phénomène de corrosion sous contrainte, a indiqué vendredi l’autorité de sûreté nucléaire (ASN).
  • Selon un sondage Elabe pour “Les Echos” portant sur le nucléaire :
    - 80% estiment qu’il garantit l’indépendance de la France ;
    - 62% reconnaissent son faible prix ;
    - 60% sont en faveur d’un mix EnR/nucléaire.

📈 Conso

  • Voltalis vient de signer un partenariat avec la ville de Lyon afin d’équiper jusqu’à 166 000 foyers de son thermostat connecté, pour maîtriser les consommations énergétiques des ménages. “Une action gratuite pour les ménages, qui leur permet d'économiser jusqu'à 15% de leur facture annuelle, tandis qu'elle permet à Voltalis de massifier son usage”.

☀️ Energies renouvelables

  • Le Sénat a adopté le projet de loi relatif à l'accélération de la production d'énergies renouvelables dans la nuit de vendredi à samedi. Le texte de loi devra passer devant les députés à l’Assemblée Nationale dans les prochains jours.
  • Ce vendredi a eu lieu l’inauguration d’un parc solaire flottant de 43.000 panneaux photovoltaïques, à Peyrolles dans les Bouches-du-Rhône, il est capable d’alimenter 6400 foyers en électricité, hors chauffage.

👾 Insolite

  • Générer de l’électricité à partir de feuilles mortes 🍂, c’est l’initiative insolite mais pourtant efficace de la ville d’Amiens. La métropole a en effet pris la décision d’envoyer quelques 250 tonnes de feuilles mortes dans une usine de méthanisation. “On injecte la matière organique issue des feuilles dans des digesteurs, des cuves dans lesquelles il y a des bactéries. Elles vont dégrader pendant 3 semaines la matière organique pour produire du biogaz, composé à 55 % de méthane (CH4)”, souligne Gontran Delamaere, le directeur de l’usine, avant de continuer : “Ce biogaz, après épuration, est valorisé sur des moteurs de cogénération, pour produire à la fois de l’électricité et de la chaleur en interne sur l’usine”. L’électricité est ensuite injectée dans le réseau Enedis.
Mis à jour le