L’extraction de gaz de schiste provoque plusieurs séismes au Canada

Des experts ont confirmé la fracturation hydraulique comme cause d’un séisme qui a touché le Canada en août 2014. Cette méthode d’extraction controversée est utilisée pour récupérer le gaz de schiste.


Les détracteurs du gaz de schiste en avaient fait l’un de leurs plus terrifiants arguments contre la fracturation hydraulique. C’est désormais prouvé : cette méthode de récupération du gaz de schiste peut provoquer des séismes. La commission de réglementation de l’industrie pétrolière et gazière de la Colombie-Britannique estime que le procédé est à l’origine d’un séisme survenu en août 2014 dans cette province du Canada. A l’époque, les sismologues avaient évalué la puissance du phénomène à 4,4 sur l’échelle de Richter. Un premier séisme d’une magnitude de 3,8 l’avait précédé de quelques jours. 

Le groupe Pétronas accusé

Les deux tremblements de terre n’avaient fait aucun dégât matériel à l’époque. Mais la semaine dernière, Progress Energy, la filiale du géant malaisien des hydrocarbures Petronas qui exploite les gisements canadiens, a dû suspendre ses activités en raison d’un nouveau séisme d’une magnitude de 4,6, dont l’épicentre se trouvait à 3 kilomètres de la zone d’exploitation. La fréquence élevée de phénomènes sismiques autour des champs de gaz de schiste a relancé le débat sur les dangers de la fracturation hydraulique au Canada. En 2014, Petronas avait d’ailleurs réduit la quantité de liquides injectés dans le sol, afin de réduire les risques. Les résultats de l’enquête de la commission ont provoqué la colère d’Elizabeth May, chef du Parti vert canadien, qui a décrit la fracturation hydraulique comme “une pratique irresponsable et dangereuse sur le plan environnemental”. 

200 secousses en un an et une pollution des nappes phréatiques

La fracturation hydraulique consiste à injecter de l’eau, du sable et des additifs chimiques à très haute pression dans un puits de 2000 à 3000 mètres de profondeur. Une fois la roche fracturée, les fluides sont pompés et le gaz de schiste en est extrait. La méthode est controversée pour son impact sur l’environnement. Outre les tremblements de terre, elle provoquerait d’importantes pollutions des nappes phréatiques. En Colombie-Britannique, l’extraction de gaz de schiste serait ainsi à l’origine de 200 séismes entre août 2013 et octobre 2014. Dans l’état américain de Pennsylvanie, des traces d’additifs chimiques auraient été retrouvées dans les eaux courantes des maisons voisines de champs d’extraction. En France, cette méthode est interdite depuis 2011. 

Mis à jour le