Pénurie de granulés de bois : est-il encore possible de se fournir ?

pellets de bois

Tensions internationales, inflation, hausse des cours de l’énergie… Les granulés de bois ne font pas exception en matière d'augmentation. Si depuis plusieurs semaines, une majorité de Français se ruent sur les fameux pellets de bois en vue d’échapper à des factures d’électricité et de gaz considérables, du côté du secteur, on tire la sonnette d’alarme. Les stocks se vident et les prix augmentent. Dans ce contexte, sera-t-il encore possible de se fournir en granulés de bois dans les mois à venir ?


Deux fois plus de demande de pellets de bois qu’en 2021

Les pellets de bois se présentent comme une excellente alternative énergétique pour environ 7 millions de foyers équipés de chauffage au bois. Cette option a converti de nombreux ménages depuis 2020. Entre 2020 et 2021, les ventes de chaudières à granulés ont augmenté de 120% et celles de poêles à granulé de 41%. Les aides financières telles que MaPrimeRénov’, ainsi que l’interdiction de renouveler les chaudières à fioul ont poussé de nombreux foyers à installer ce mode de chauffage par souci d’économie financière.

La crise énergétique a fini de convaincre de nouveaux consommateurs qui sont encore plus nombreux à espérer un hiver chauffé au pellet de bois. Ce nouvel engouement a engendré un décalage entre l’arrivée de nouveaux clients et l’adaptation de la filière à un marché plus dense. Pour Propellet, l’association nationale du chauffage au granulé, le secteur ne pouvait pas répondre à un tel bouleversement de consommation aussi rapidement.

"La demande du marché est plus de 2 fois supérieure à celle de l’an dernier alors que la consommation effective ne devrait croître que de 12 à 13 %”, estime Propellet.

Propellet refuse de parler de pénurie mais tranche plutôt pour une tension exceptionnelle. “Là où historiquement l’approvisionnement en granulé avait lieu essentiellement entre le mois de juin et de novembre, il s’est fait entre février et juin. Or la production de granulé s’étale sur toute l’année à raison de 7 à 10% par mois”, explique Propellet. Il est donc très difficile d’acheter, à l’heure actuelle, des pellets mais pas impossible.

L’augmentation de l’installation de chaudières à bois, perçue dès le début de la pandémie, est l’une des conséquences de la hausse des demandes. Propellet souligne aussi la psychose autour d’un blackout énergétique pour justifier la ruée sur le bois et les pellets de bois. De nombreux clients de distributeurs de ce combustible ont opté pour un stockage plus conséquent que les hivers précédents pour parer à tout manque. “Certains médias n’ont pas hésité à avoir un discours sensationnel en utilisant le mot « pénurie », ce qui a fait monter l’anxiété chez les consommateurs. Consommateurs qui ont acheté plus tôt, et parfois même surstocké”, regrette l’association.

Le surstockage crée en apparence une pénurie et fait exploser les prix de granulés de bois. Sans oublier que le pellet de bois n’échappe pas à l’augmentation du prix des matières premières. L’électricité nécessaire à sa production, le carburant pour son transport ont connu des hausses de prix conséquentes qui sont également répercutées sur les sacs de pellets de bois, qui reviennent aujourd’hui à environ 10 euros les 15 kg.

Les distributeurs peuvent refuser la vente de pellets de bois

La production tente de suivre le rythme autant que possible, mais les distributeurs sont dans l’obligation de jouer les arbitres pour éviter les surstockage chez certains clients. Légalement, ils ont le droit de ne pas vendre des stocks à des clients désignés si le contexte n’est pas favorable. La crise énergétique actuelle est un argument suffisant pour limiter les ventes.

“Côté distribution, les professionnels font face à l’inquiétude et parfois même à l’impatience des consommateurs. De ce fait, ils font le choix de réguler les ventes pour permettre à tous d’aborder l’hiver sereinement et afin de couvrir l'intégralité des besoins”, explique Propellet pour justifier cette politique chez les distributeurs.

Il est encore possible de demander aux distributeurs de sa région un stock de pellets de bois, mais pas d’acheter des quantités astronomiques. C’est d’ailleurs pour cela que l’association des pellets de bois préconise de trouver un distributeur avant de penser à l’installation d’une chaudière ou d’un poêle à granulés.

Une production qui tourne à plein régime

La surprise de voir une clientèle en constante croissance n’empêche pas la France de produire une quantité conséquente de ce combustible. 70 usines réparties sur le territoire français produisent et mettent sur le marché en continu 200 000 tonnes par mois.

L’importation de pellets de bois vient au secours des manques de stocks. 16% des pellets de bois consommés en 2021 provenaient de l’importation (contre 15 % habituellement). La majorité de ces importations proviennent de Belgique et d’Allemagne. Mais cette alternative est limitée, puisque une autre partie des pellets provenait de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie, dont il faut se passer depuis le début de la guerre en Ukraine.

Selon Propellet, l’heure n’est pas à l’inquiétude. L’association estime que le pic de demande est quasiment atteint et donc la demande pourrait redescendre. La filière mise surtout sur l’avenir et pas seulement sur l’hiver prochain. Propellet évoque “l’arrivée progressive de 1 million de tonnes de production supplémentaire d’ici 2024 et un doublement de la capacité de production d’ici 2028.”

Comment gérer le manque de pellets de bois ?

Si l'on ne parle pas de pénurie réelle, le secteur reste en forte tension de manière temporaire. Si vous avez du mal à trouver des stocks de pellets de bois dans l'immédiat, plusieurs options s'offrent à vous en attendant.

Il est possible de s'inscrire aux newsletters des distributeurs, qui vous alertent de l'état des stocks. Lors de l’achat, il faut éviter d’acheter trop par peur du manque. C’est justement le surstockage qui génère un effet de pénurie. Il est conseillé de rester fixé sur son besoin hivernal car la production va sans cesse augmenter et la demande sera comblée à l’avenir.

Certains consommateurs se tournent vers la vente en ligne de pellets de bois. Mais là encore, il faut être extrêmement vigilant. Avec la hausse de la demande, de nombreuses arnaques en ligne ont vu le jour. Le site web granulesdebois.org met en garde contre les entreprises fictives qui promettent la livraison rapide de pellets de bois à des prix bien en dessous du marché actuel. La plateforme granulés de bois dresse d’ailleurs une liste des sites proposant des escroqueries.

Enfin, il faut rappeler que le pellet de bois reste une énergie comme l'électricité ou le gaz qu'il est préférable d'économiser. Pour réduire ses besoins, Propellet conseille “un bon entretien de son appareil” ce qui permettra de "générer un meilleur rendement, ce qui signifie également une moins grande consommation d’énergie.”

L’association rappelle également les conseils donnés dans le plan national de sobriété énergétique concernant l’utilisation de son chauffage. Elle appelle à baisser de 2°C la température sur leur chauffage ce qui permettrait d’obtenir 14 % d’économie d’énergie.

Mis à jour le