L’électricité reste l’énergie majoritaire pour les logements neufs

Un rapport de l’association Coénove, rassemblant les principaux acteurs de l’industrie gazière, met en exergue la domination de l’électricité dans la consommation energétique des bâtiments neufs en France. Le document souligne aussi des évolutions importantes dans les besoins en énergie. 


75 % : c’est la part de l’électricité dans la consommation énergétique des logements neufs, tous usages confondus, selon Coénove, association comptant dans ses membres les grands acteurs de la filière française du gaz, parmi lesquels Bosch, GRDF, Qualigaz ou encore le fabriquant de solutions thermiques Atlantic. 

Coénove a analysé l’impact de la Réglementation Thermique (RT) 2012 sur la consommation énergétique des logements neufs. Ensembles de textes et décrets juridiques, les différentes RT françaises - on en compte cinq depuis 1974 - ont pour but d’encadrer les besoins thermiques et énergétiques des bâtiments nouvellement construits.  

Baisse de consommation massive

Outre la démonstration que l’électricité reste l’énergie la plus utilisée, les résultats de l’étude de Coénove montrent également que les cinq usages réglementés (chauffage, eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires) pèsent désormais moins lourds que les dépenses énergétiques non réglementées (cuisson, électro-ménager, audiovisuel, etc.). En d’autres termes, la consommation liée au chauffage, à l’eau chaude et l’éclairage a massivement baissé.

[La RT 2012] répond à ses objectifs en ayant divisé par trois les consommations par rapport à la réglementation 2005. Les usages réglementés comptent désormais pour moins de la moitié de la consommation totale d’énergie du logement”, selon Bernard Aulagne, président de Coénove.

Plus d’usages pris en compte par la prochaine réglementation

Constatant le poids de moins en moins significatif du chauffage et de l’eau chaude dans les dépenses énergétiques des logements neufs, le rapport de Coénove appelle le législateur à prendre en compte des usages plus divers dans la nouvelle réglementation. Il conseille par exemple d’élargir l’indicateur de consommation à la cuisson ou à l’électroménager. 

L’association souligne aussi les effets positifs de la RT 2012 dans le rééquilibrage de l’approvisionnement énergétique des logements neufs, avec l’émergence de solutions thermiques hybrides : “La RT 2012 a atteint son second objectif, à savoir une meilleure complémentarité des énergies”.

Mis à jour le