Hydroption : faillite du fournisseur d'énergie

Faillite d'Hydroption
Le fournisseur de la Ville de Paris est en faillite du fait de la hausse des prix de l'énergie sur les marchés.

La hausse des prix de l'énergie conduira a une probable faillite du fournisseur Hydroption. Le fournisseur d’électricité de la ville de Paris, l’Etat et l’Armée serait en phase de déposer le bilan. Contexte difficile du marché de l’énergie ? Mauvaise stratégie ? D’autres fournisseurs sont-ils en péril également ? Explications.


Qui est Hydroption ?

Hydroption est un acteur français indépendant du marché de l’électricité. Créé à Toulon en 2014, il commercialise l’énergie produite via les énergies renouvelables auprès de 18 500 sites de tous horizons (collectivités et établissements publics, groupes et entreprises, mono-sites et multisites).

Quels clients ? Parmi ses grands clients figurent notamment la ville de Paris depuis 2018, et plus récemment l’Armée et le gouvernement.

Situation avant la pandémie

Procédure de sauvegarde

faillite hydroption

C’est l’année 2017 qui marque un grand tournant pour le fournisseur d’énergie (gaz et électricité). Fin 2016, l’entreprise a pâti de la forte volatilité des prix du marché, mêlé à l’arrêt brusque de plusieurs réacteurs nucléaires. Dans l’incapacité de répondre à certains marchés, l’entreprise se retrouve en difficulté économique.

Début 2017, son fondateur et président Michel de Kerever, réussit à plaider devant le Tribunal de commerce de Toulon la mise en sauvegarde son entreprise : le but est d'avoir le temps de se redresser avec les promesses de contrats s’élevant à plusieurs millions d’euros.

La procédure de sauvegarde octroie à une entreprise en difficulté mais encore en cessation de paiements, de pouvoir se réorganiser afin de maintenir son activité économique et d’éponger ses dettes.

Hydroption décroche le contrat de la mairie de Paris

La même année, l’entreprise du Var est retenue comme fournisseur pour la Ville de Paris dans un appel d’offres qui l’oppose aux géants EDF et Direct Energie (aujourd'hui TotalEnergies). Il se distingue par son agilité et son système de facturation interne propre.

De 2018 à 2020, Hydroption s’assure donc de fournir l’électricité de 1677 bâtiments. Un contrat qui représente près de 65 millions d’euros, de quoi oublier les difficultés passées ! Malgré sa petite taille, l’entreprise se dit déjà prête à pouvoir fournir deux fois plus de clients. Bien que spécialisé dans une clientèle professionnelle grands comptes, Hydroption étend son portefeuille en s’ouvrant également aux petits commerces comme les coiffeurs ou les artisans.

En 2019, Hydroption est définitivement un acteur en pleine croissance sur le marché des énergies.

Hydroption : victime de la pandémie

2020 et la pandémie de la Covid SARS-19 marque une étape difficile pour de nombreux secteurs. Dans le cadre des énergies, elle a pour conséquence une flambée des prix des matières (gaz et électricité), qui a même poussé le gouvernement à mettre en place un bouclier tarifaire pour protéger les ménages de la tendance inflationniste.

faillite hydroption

Du côté d’Hydroption, le directeur de la société d’énergie, choisit de réduire ses achats en électricité auprès de ses fournisseurs. C’était sans compter la reprise brusque de la demande d'énergie. A la rentrée, la demande reprend de plus belle et les prix d’approvisionnement dépassent largement les normales. Ne pouvant plus s’alimenter au coût d’achat classique, Hydroption s’oriente vers les marchés de court terme dont les prix atteignent des sommets.

Malheureusement, les prix de vente ne suivent pas : les prix d’achat sont nettement supérieurs aux prix de revente convenus dans les contrats en cours. Le fournisseur de la Ville de Paris est contraint d'investir toute sa trésorerie pour honorer ses contrats et se retrouve en grande difficulté financière.

Fin d’exercice pour Hydroption

Les faits s’enchaînent ensuite très vite pour Hydroption. En octobre 2021, le tribunal de commerce de Toulon place la société en redressement judiciaire. Puis en novembre, c’est la Direction Générale de l’Énergie et du Climats (CGEC), rattachée au ministère de la Transition Écologique et Solidaire, qui émet une notification préalable au retrait de son autorisation d’exercer.

Fin d’exercice en 2021-2022

Bien que des négociations soient encore en cours, et que le fournisseur varois fasse appel, l’affaire semble bouclée. Avec le retrait de sa licence de fournisseur en cours, Hydroption n’a plus le droit d’opérer et il n’est plus possible de s’y fournir.

Les employés ont été avertis qu’ils seraient licenciés économiquement à compter du 31 décembre. L’entreprise aurait par ailleurs annoncé être à la recherche d’un repreneur.

Résiliation des contrats en cours

Quant aux contrats en cours, plusieurs pistes sont en cours d’exploitation pour pouvoir les honorer.

faillite hydroption

Outre la Ville de Paris avec laquelle elle est sous contrat depuis 2018, elle avait également signé un contrat sur quatre ans (de 2020 à 2023) de 450 millions d'euros avec la Direction des achats de l'Etat (DAE) pour l'acheminement en électricité renouvelable des ministères et des établissements publics de l'Etat pour 3 TWh. Ce dernier contrat représente la consommation annuelle de 375 000 foyers.

En 2020, le fournisseur toulonnais remporte également un marché avec l’Armée française. Le contrat précise de fournir 610 GWh par an dont 20 % d’électricité verte, en 2021, 2022 et 2023.

Selon le journal Le Figaro, Hydroption aurait déjà résilié ces importants contrats. En réponse à cela, le Ministère a indiqué avoir désigné des fournisseurs de secours pour pallier ce problème et assurer l’approvisionnement de ses locaux.

Mis à jour le