Eni va vendre de l’électricité en France dès 2016

eni ampoule

C'est désormais officiel : un nouveau fournisseur d'électricité va faire son entrée sur le marché français en 2016. L’italien Eni a annoncé hier sa volonté de commercialiser des offres d’électricité l’année prochaine, avec la ferme intention de prendre d’importantes parts de marché en trois ans. 


La rumeur courait depuis plusieurs mois, elle est désormais confirmée : Eni, présent en France sur le marché du gaz naturel, va vendre de l’électricité dès 2016 sur le territoire national. L’énergéticien italien a annoncé sa décision le 15 octobre ; il vise 1,5 million de clients d’ici 2018 et un chiffre d’affaires multiplié par deux. 

“Le marché a changé depuis un an”

La direction d’Eni le reconnaît : “nous partons plus tard que les autres”. Mais elle estime que “les conditions du marché ont beaucoup changé depuis un an. Le prix de l’électricité sur les marchés de gros a beaucoup baissé, laissant un espace économique pour les fournisseurs alternatifs”. 

La baisse des prix laisse un espace aux fournisseurs alternatifs.L'équipe dirigeante d'Eni.

Les objectifs d’Eni pour l'électricité sont ambitieux : aujourd’hui fournisseur de gaz pour 600 000 clients, il table sur 1,5 million d’abonnés en 2018, toutes énergies confondues. Le chiffre d’affaires du groupe italien atteint aujourd’hui un milliard d’euros en France. Ses dirigeants espère doubler celui-ci en trois ans avec la commercialisation d’offres d’électricité. 

Des futures offres couplées gaz et électricité ?

La direction d’Eni n’a pas fait d’annonce sur le contenu des futures offres. Elle a toutefois laissé entendre qu’elle proposerait des offres couplées d'électricité et de gaz, une politique commerciale logique pour un fournisseur dont le succès hexagonal s’est construit grâce à des prix attractifs sur le gaz de ville. 

Eni est aujourd’hui le troisième fournisseur de gaz en France derrière Engie (ex GDF-Suez) et EDF gaz. En mai 2015, il a atteint les 500 000 clients avec un an d’avance sur son calendrier. Comme fournisseur de gaz, il s’est implanté sur le marché français en 2010 en rachetant Altergaz, puis en vendant ses produits sous sa propre marque. 

Eni critique face à la réglementation française et ses taxes

Le ministère des Finances à Bercy. Eni se montre critique envers la politique fiscale de l'énergie.

Le ministère des Finances. Eni a critiqué la fiscalité du marché français de l'énergie, dénonçant notamment l'absence de concertation".

Parallèlement à cette annonce, le groupe s’est montré très critique sur l’état de la réglementation et la taxation du marché de l’énergie. Parmi ses doléances, la probable réforme de la Contribution au service public de l’électricité (CSPE) : alors que le gouvernement souhaite rééquilibrer cette dernière en augmentant la fiscalité du gaz et de certains produits pétroliers, l’équipe dirigeante réplique “qu’il est difficile de proposer des offres de gaz moins chères si au final, les consommateurs voient leur facture augmenter à cause des taxes”. Et Eni de considérer cette réforme comme “totalement discrétionnaire et [mise en place] sans la moindre concertation préalable”. A n'en pas douter, Eni va continuer à faire bouger le marché de l'énergie.

Mis à jour le