Le rachat de la branche “Énergie” d’Alstom par General Electric confirmé par Bruxelles

site alstom

C’est désormais acquis : la branche “Energie” d’Alstom va passer sous pavillon américain en devenant propriété de General Electric (GE). La Commission européenne a donné son feu vert à l’opération. 


Bye bye Alstom, welcome General Electric. Le rachat de la branche “Énergie” du groupe français par le géant américain a été reçu un avis positif de la Commission européenne mardi 8 septembre. il devrait se conclure entre début octobre et la fin de l’année 2015. Dans un communiqué, GE se félicite du blanc-seing bruxellois et annoncer vouloir boucler l’opération “aussi tôt que possible dans le quatrième trimestre”.

Prix à la baisse

Le montant définitif a également été révélé : 8,5 milliards d’euros, au lieu des 12,35 proposés initialement. Cet écart de près de 30% du montant annoncé en avril 2014 s’explique par des prises de participations importantes d’Alstom dans les activités de GE autour de la vapeur, les réseaux et les énergies renouvelables.

La branche “Transports” d’Alstom volera quant à elle de ses propres ailes. Dans l’affaire, elle aura gagné trois participations dans des filiales de GE dans le secteur de l’énergie. 

Menaces sur l’emploi

Une partie des activités d’Alstom dans les turbines à gaz de grande puissance devra également être cédée au groupe italien Ansaldo, exige la Commission européenne. Ce transfert concerne 500 postes, principalement en R&D, selon les syndicats. Ces derniers s’inquiètent de ne pas voir les capacités de fabrication également reversées aux Italiens. “Lorsque Ansaldo fabriquera nos turbines GT26 et GT36, ce sera d’autant de charge en moins pour les usines d’Alstom”, prédit un responsable CGT à l’hebdomadaire L’Usine Nouvelle

Fin août, les organisations syndicales d’Alstom avaient révélé que 10 000 postes étaient menacés dans le cadre du rachat de l’entreprise française par son concurrent américain, dont 2000 sur le territoire national. La CGT compte interpeller le gouvernement sur le respect des engagements pris par GE en matière d’emplois. 

Mis à jour le