Le réchauffement climatique : Internet en danger ?

Lors d'une conférence scientifique à Montréal, l'étude de trois chercheurs d'universités américaines a pointé du doigt les conséquences catastrophiques que pourrait avoir la montée des océans sur les infrastructures urbaines et particulièrement le réseau de câbles internet aux Etats-Unis. Pourquoi cela semble t-il si grave ? Qu'en est-il en France et quelles seraient les éventuelles solutions ?

Réchauffement climatique : les câbles de fibre optique en danger

Ramakrishnan Durairajan, chercheur à l'université d'Oregon, Carol Barford et Paul Barford, tous deux chercheurs à l'université du Wisconsin, ont révélé dans leur étude que la conjonction de deux facteurs pouvait entraîner la fin d'internet d'ici quinze ans, sur les zones côtières des Etats-Unis. Le premier facteur concerne la montée des eaux qui est inéluctable du fait de la fonte des glaces aux pôles. Le second facteur correspond aux câbles de fibre optique internet, qui ont remplacé l'ADSL et ne sont pas adaptés à ces changements climatiques.

Afin de mener à bien leurs conclusions, les trois scientifiques se sont appuyés notamment sur les rapports de l'organisation américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Ainsi 6 545 km de câbles de fibre optique vont être sous l'eau et donc inutilisables en 2030. Ces milliers de kilomètres sont ceux qui se trouvent sur les zones côtières. L'étude a pointé du doigt quatre villes qui pourraient être les principales cibles de cette montée des eaux : New York, Miami, Los Angeles et Seattle. Aux Etats-Unis, d'après une première cartographie du réseau internet fibre, rendue publique en 2017 par Paul Barford, le territoire est recouvert par 542 câbles fibrés - donc qui abritent plusieurs câbles de fibre optique, dont l'épaisseur correspond à celle d'un cheveu - , soit une longueur 182 000 km au total sur le territoire métropolitain.

photo d'inondations à Miami en 2017
Les inondations à Miami en 2017

La question qui se pose est de savoir pourquoi ces câbles de fibre seront si durement touchés. L'étude précise que les matériaux qui protègent la fibre optique ont été conçus il y a une vingtaine d'années et à cette époque le dérèglement climatique était loin d'être un sujet si critique. Les gros câbles qui permettent de distribuer internet à travers le monde et entre les divers continents, depuis les centres de données (principalement situés dans les pays nordiques, là où il fait froid) sont sous-marins, situés à des centaines de mètres de profondeur dans les mers et les océans.

Malheureusement, dès que ces câbles arrivent au niveau des côtes, les matériaux utilisés diffèrent, ils résistent à l'eau et l'humidité mais sont perméables cette fois. Les trois chercheurs disent avoir engagé leurs recherches afin d'aider les Etats-Unis à préparer des infrastructures plus solides et qui pourraient donc résister aux inondations, dans le cas où le réchauffement climatique ne peut pas être contré. Depuis le retrait de Donald Trump des Accords de Paris, c'est cette solution qui risque d'être envisagée même si les coûts sont très élevés.

Réchauffement climatique : les conséquences sur internet en France

Pour l'instant, cette étude ne porte que sur les Etats-Unis et les conséquences de la montée des eaux sur les villes côtières. En France, nous ne connaissons pas encore l'impact d'une telle catastrophe mais un autre problème nous saisit, plus proche. Les inondations sont de plus en plus fréquentes dans l'hexagone, c'est ce que souligne un article du Monde en 2016 : 17 millions de Français habitent des zones potentiellement inondables, 19 000 communes sont concernées et un emploi sur trois exposé.

image de l'ADSL vs Fibre optique
Câble ADSL vs Câble fibre optique

Les inondations provoquent l'endommagement considérable des habitations, des coupures d'électricité et donc des coupures d'internet. A chaque épisode de précipitations ou à cause des débordements des mers et des océans de qui bordent le pays mais aussi les fleuves et les rivières dont les crues sont toujours plus nombreuses. Les opérateurs de télécoms doivent remplacer des milliers de câbles internet (fibre optique et/ou ADSL) et des box internet infiltrées d'eau et donc inutilisables. De nombreuses maisons se trouvent sur les littoraux et ne sont pas équipées pour faire face aux catastrophes naturelles. Récemment, en juin dernier, la région de Bretagne en a fait les frais.

Avec les orages et les inondations, 4000 foyers étaient en panne d'internet et de téléphone. Aux Etats-Unis, des box anti-choc, anti-vol et imperméables sont commercialisées sur Amazon.

Pensez-y : que faire en cas d'inondations chez vous ?Lors de ces catastrophes naturelles, vous ne pouvez pas toucher aux câbles sous terre, inatteignables mais vous pouvez prendre quelques précautions pour éviter que votre matériel ne soit hors d'usage. Dès que vous êtes prévenus, pensez à mettre vos appareils électroniques en hauteur ou dans les zones imperméables votre maison. Pensez à débrancher votre box internet, télévisions et ordinateurs ainsi que les câbles et chargeurs branchés sur les prises électriques, près du sol et donc plus susceptibles d'être mouillés. Au moins, ceux-là échapperont à la tempête.

Dérèglement climatique et montée des eaux : comment est-elle provoquée ?

Depuis plusieurs années, diverses études sont publiées sur la montée des eaux. En janvier 2017, NOAA a publié ses conclusions sur la montée des eaux. Le rapport a mis en avant le pire scénario qui envisage une élévation du niveau des mers d'environ 2,5 mètres d'ici 2100 sur les côtes des Etats-Unis. Une étude sortie en 2016, menée par des scientifiques toulousains montre qu'en Arctique, le niveau des océans et des mers de la planète ont augmenté en moyenne de 14 centimètres entre 1900 et 2000, la fonte des glaces serait la principale responsable. Le pôle Sud de son côté a perdu 3000 milliards de tonnes de glace entre 1992 et 2017.

D'après Météo-France, le réchauffement climatique provoque ses effets : fonte des glaces, pluies torrentielles, inondations... depuis 1850. Au XXIème siècle, la température sur Terre a augmenté d'environ 0,6 °C et de 1°C en France métropolitaine.

La montée des eaux trouve donc son origine dans le réchauffement climatique. Celui-ci est la conséquence de différents facteurs soulignés par la Commission Européenne, à savoir la diffusion importante de gaz à effets de serre dans l'atmosphère :

  • le dioxyde de carbone (CO2)
  • le méthane
  • le protoxyde d'azote
  • les gaz fluorés

La COP 21, organisée en décembre 2015, a engendré la mise en place des Accords de Paris sur le réchauffement climatique, signés le 12 décembre de la même année. Ainsi 196 Etats sur les 197 Etats membres de l'ONU se sont engagés à maintenir l'augmentation de la température globale terrestre sous la barre des 2°C, puis sous les 1,5 °C si cela fonctionne correctement.

Mise à jour le