Taux d'endettement : définition, formule de calcul, seuil d’acceptabilité

Taux d'endettement : définition, formule de calcul, seuil d’acceptabilité

Avant de vous accorder un prêt immobilier ou un crédit à la consommation, la banque ou l’organisme de crédit va vérifier vos capacités de remboursement et votre solvabilité en calculant un taux d’endettement. Il permettra de savoir si oui ou non l’emprunteur pourra supporter sans difficulté les mensualités de son prêt. Vous trouverez dans ce guide tout ce qu’il faut savoir sur le taux d’endettement : définition, comment le calculer, ce qu’il prend en compte, le seuil maximal et une solution pour le réduire.


Taux d’endettement - Définition

Le taux d’endettement représente un pourcentage des revenus destiné à rembourser un emprunt. Il est notamment calculé dans le cadre d’une demande de prêt (immobilier ou à la consommation).

Le taux d’endettement permet de définir la capacité d’une personne ou d’un foyer à supporter les échéances du crédit tout en disposant d’un reste à vivre suffisant afin faire face aux autres dépenses.

Pour se voir accepter une demande de prêt, le taux d’endettement ne doit en principe pas dépasser 33 %, soit ⅓ des revenus. Cependant, nous verrons par la suite que ce seuil n’est qu’indicatif et qu’il peut, dans certains cas, être dépassé.

Calculer son taux d’endettement

Qu’est-ce qui rentre dans le taux d’endettement ?

Le taux d’endettement fait état de la situation financière d’une personne ou d’un foyer en établissant un rapport entre les dépenses régulières (charges) et les revenus réguliers.
Voici les éléments pris en compte pour calculer le taux d’endettement.

Revenus et charges pris en compte dans le calcul du taux d'endettement
Revenus mensuels Charges mensuelles
  • le salaire net mensuel et les éventuelles primes régulières,
  • les rentes,
  • les éventuelles pensions perçues,
  • les aides sociales ou de l’État,
  • toute autre source de revenu régulier.
  • le loyer ou la mensualité d’un éventuel prêt immobilier en cours,
  • le montant de la mensualité du futur crédit immo,
  • les éventuels autres crédits en cours (crédit conso par exemple),
  • les charges incompressibles : électricité, gaz, internet, eau, abonnement transport, essence, assurances, etc.,
  • toutes les autres dépenses récurrentes : alimentation, pensions, etc.

À savoir : Le calcul du taux d’endettement tient uniquement compte des revenus réguliers, alors que d’autres revenus plus exceptionnels peuvent venir s’ajouter au reste à vivre mensuel, faisant ainsi augmenter la capacité de remboursement. C’est le cas de primes ponctuelles, de l’épargne, ou tout autre type de revenu irrégulier.

Formule du taux d’endettement

Voici la formule permettant de calculer son taux d'endettement :

Taux d’endettement = (somme des charges mensuelles / somme des revenus mensuels) x 100

Le reste à vivre Le reste à vivre désigne les ressources financières auxquelles le foyer a accès après s’être acquitté de toutes ses charges fixes et régulières. En fonction du reste à vivre, le prêteur peut décider d’accorder ou non un crédit si le taux d’endettement du foyer dépasse le seuil des 33 %.

Le taux d’endettement maximum acceptable

Les banquiers acceptent rarement un prêt immobilier ou un crédit à la consommation si le taux d’endettement du demandeur excède le seuil acceptable de 30 %. On considère également qu’avec un taux d’endettement maximum de 33 %, il est quasiment certain que le prêteur refuse le crédit.

Autrement dit, il ne doit pas représenter plus d’un tiers des revenus du foyer.

Il existe cependant certains facteurs pouvant faire fléchir le banquier et le pousser à concéder un prêt au demandeur dont le taux d’endettement serait supérieur à 30 % ou 33 %.

Obtenir un prêt avec un taux d’endettement supérieur à 33 %

Les paramètres expliqués ci-dessous ont un impact sur le dossier de demande de crédit et la décision du prêteur à accorder le financement. Et ce, même si le taux est élevé, dépassant le taux d'endettement acceptable.

Le reste à vivre : un facteur déterminant

Argent

Le reste à vivre, ce qui reste du revenu après en avoir déduit les charges régulières, va déterminer la capacité de l’emprunteur à faire face aux mensualités du crédit. Plus les revenus de la personne ou du foyer sont élevés, plus le reste à vivre sera important.

Par exemple, un foyer composé de deux adultes avec des emplois stables, cumulant 12 000 € de revenus mensuels et dont le taux d’endettement atteint les 50 %, disposera toujours d’un reste à vivre de 6 000 €. Ce qui sera suffisant aux yeux du prêteur pour accepter un crédit avec un tel niveau d’endettement.
Ce qui ne sera pas forcément le cas pour une personne seule avec un emploi stable et dont les revenus s’élèvent à 2 000 €.

La capacité d’épargne

L’épargne disponible et la capacité d’épargne de l’emprunteur sont étudiés de près par le banquier. L’épargne étant le symbole du sérieux financier, elle représente une sécurité pour le prêteur quant au remboursement des échéances du prêt.

Disposer d’une épargne permet donc à un foyer d’accéder à un prêt dans le cas où son taux d’endettement dépasse 33 % puisque le demandeur a prouvé que dans le passé, il a été capable de constituer une épargne.

L’épargne disponible constitue une assurance pour la continuité des remboursements en cas de baisse soudaine de revenus.

Définition de la capacité d’épargne Pour épargner, il faut bien entendu que les revenus soient supérieurs aux charges.
Donc la capacité d’épargne est le montant qui peut être mis de côté par un foyer après s’être acquitté de ses dépenses courantes telles que le loyer, une mensualité de prêt immobilier, et les charges incompressibles comme les factures d’énergie, les cotisations d’assurance, etc.

La situation de l’emprunteur

Le profil de l’emprunteur est un facteur important dans la prise de décision d’un banquier pour accorder un prêt, en particulier son âge, sa situation professionnelle, ou encore ses habitudes financières.

Les jeunes demandeurs de prêt en début de carrière, comme les primo-accédants par exemple, ont plus de chances de se voir accorder un crédit. En effet, le banquier peut présager d’une augmentation des revenus du demandeur dans le futur.

Parmi les documents justificatifs à fournir lors d’une demande de prêt immobilier, on retrouve les relevés de compte des trois derniers mois qui seront passés à la loupe.
De plus, mieux vaut ne pas avoir connu de situation de découvert bancaire dans les 6 mois précédents la demande de prêt.

Définition de primo-accédant Le terme de primo-accédant désigne une personne ou un foyer sur le point de devenir pour la première fois propriétaire de sa résidence principale.
Les personnes qui n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale dans les deux ans précédant le projet d’achat d’un bien immobilier (toujours à titre de résidence principale) sont également considérés comme primo-accédants. Et ce même s’ils ont déjà été propriétaires dans le passé.

Le saut de charge

Le saut de charge représente l’écart de montant entre le loyer et la mensualité du prêt immobilier.

Par exemple, l’ancien loyer était de 600 € et l'échéance du crédit s’élève à 700 € : le saut de charge est de 100 €.
Il est essentiel de bien prendre en compte cet indicateur : dans ce cas, ce sont 100 € dont l’emprunteur devra se passer et maintenir un niveau de vie correct.

Pour que le banquier cède sur un taux d’endettement légèrement supérieur à 33 %, le saut de charge doit rester raisonnable et peu élevé.

Rachat de crédit : abaisser son taux d’endettement

Prêt immobilier

Être déjà engagé dans le remboursement d’un prêt ou crédit lorsqu’on demande un prêt immobilier peut jouer en notre défaveur. Et ce notamment car le montant de la mensualité de remboursement sera pris en compte dans le calcul du taux d’endettement.

Le rachat de crédit, qui consiste à abaisser le montant de la mensualité de crédit en allongeant la durée de remboursement, offre la possibilité de souscrire à un prêt supplémentaire, dont un prêt immobilier.

La mensualité se trouvant plus basse, le taux d’endettement diminue. Le banquier sera alors plus à même d’accorder le prêt.

Le taux d'endettement d’une entreprise

Lorsqu’elles débutent une activité, les entreprises ont besoin de financement et elles peuvent pour cela choisir de s’endetter. L’entreprise va également être endettée tout au long de son activité pour diverses raisons: dettes aux fournisseurs, dettes bancaires, etc.

Le taux d'endettement entreprise représente le niveau de dette globale de l’entreprise, et est aussi appelé “ratio d’endettement”. En voici la formule :

Ratio ou taux d’endettement d’une entreprise = (total des dettes / total des capitaux propres) x 100

Mis à jour le