Canicule 2018 : quel bilan pour la facture d'électricité des Français ?

Que bilan énergétique pour la vague de chaleur 2018 ?

Maintenant que la vague de chaleur semble dernière nous, il est temps d’en dresser le bilan. Augmentation de la facture d’électricité à prévoir, arrêt de réacteurs nucléaires, pics de consommation estivaux d’un nouveau genre, pannes sur le réseau Enedis… Les conséquences de la canicule ont été importantes sur le réseau électrique et sur la consommation énergétique des Français.

Les températures montent, le prix de la facture aussi pour ceux qui utilisent la climatisation

Quand les températures montent, on tente par tous les moyens de rafraîchir son logement. Pour certains, cela veut dire vivre avec les volets fermés, mais pour de plus en plus de Français, cela équivaut à investir dans un climatiseur. Un choix qui n’a pas été sans conséquences pour la facture d’électricité des Français.

Impact de la climatisation sur la facture d’électricité : environ 200€/an pour 6h d'utilisation pendant 30 jours

facture électricité

La climatisation est très souvent pointée du doigt : pollution, augmentation de la facture, problèmes de santé provoqués… Selectra a estimé que pour 30 jours de chaleur par an, avec une utilisation journalière de 6 heures, une climatisation coûterait autour de 200 euros par an. Une simple utilisation de la climatisation pendant 4 heures par jour augmente de 15% la consommation d’électricité sur le mois.

200 euros par an auxquels il faut ajouter un prix d’achat qui commence à 300 euros pour une durée de vie de 10 à 25 ans et le coût d'entrentien.

Or on peut imaginer que les Français qui possèdent une climatisation l’ont utilisée pendant plus de 6 heures par jour. Quand les températures ne baissent pas la nuit, il est tentant de sacrifier sa facture d'électricité pour une nuit de sommeil au frais.

Développement de la climatisation en France

La climatisation se développe de plus en plus en France. On reste encore loin des Etats-Unis où 86% des foyers sont équipés de l’air conditionné, mais depuis les épisodes caniculaires du début des années 2000, de plus en plus de Français ont fait le choix d’investir dans une climatisation pour leur logement, après avoir investi dans des véhicules climatisés. En 1995, seulement 15% des voitures étaient équipées de l’air conditionné. En 2010, ce pourcentage s’élevait à 90%. En 2018, pratiquement toutes les voitures sont équipées de la clim´.

Pour les foyers résidentiels, il n’existe pas de chiffres précis sur le taux d’équipement en climatiseur même si on sait que le secteur est en pleine croissance. En revanche, le New York Times estimait que 80% des entreprises et des commerces français étaient équipés de la climatisation.

Ventilateur ou climatiseur ? Utiliser des ventilateurs consomme environ 40 fois moins d'énergie qu'utiliser la climatisation

ventilateur

Les Français, pour des raisons économiques ou environnementales, restent cependant plus attachés au ventilateur dans leurs maisons et appartements. Moins cher, mobile, moins gourmand en électricité, le ventilateur a-t-il une influence importante sur la consommation d’électricité pendant la canicule ? Rien n’est moins sûr car ce sont des appareils qui consomment peu.

Une utilisation quotidienne de ventilateurs de 6 heures par jour pendant 30 jours équivaut à une consommation de 37,8 kWh, contre 1449 kWh pour la climatisation. Le ventilateur représente un surcoût de 5,48 euros par an sur la facture d’électricité, soit, dans notre exemple ci-dessous, 38 fois moins qu'avec une climatisation ! Par ailleurs, la durée de vie des ventilateurs va jusqu’à 35 ans et coûte bien moins cher à l’achat. Ils n’ont pas non plus d’effet sur la santé, contrairement aux climatisations qui peuvent provoquer des chocs thermiques et des infections ORL. Un critère non négligeable quand on sait que la canicule provoque déjà une saturation des services médicaux.

Comparaison de consommation d'électricité avec un climatiseur et un ventilateur
  Climatiseur Ventilateur
Puissance totale appelée pour un 70m2 8050 W* 210 W**
Consommation d'électricité pour 6h d'utilisation pendant 30j 1449 kWh 37,8 kWh
Prix total 210,11 € 5,48 €

Pour un logement de 70 m2 aux tarifs réglementés d'EDF, avec une puissance de compteur de 6kVA (prix du kWh au 01/08/18 : 0,145€/kWh). Coût pour 6 heures d'utilisation journalière pendant 30 jours.
* : en faisant l'hypothèse que la puissance d'un climatiseur est d'environ 115W/m2 en moyenne ; elle varie en fonction de facteurs comme la température extérieure, l'isolation, le nombre de fenêtres, la hauteur sous plafond, ou encore le nombre d'habitants
** : en faisant l'hypothèse que 3 ventilateurs de puissance de 70W (puissance moyenne) sont installés

Quel bilan de la canicule sur la production d'électricité ?

Arrêt de réacteurs nucléaires, pannes de courant, pics de consommation en été… La canicule n’a pas non plus épargnée le secteur électrique dans son ensemble. Pourquoi la vague de chaleur a-t-elle eu de telles conséquences ?

Pourquoi les réacteurs nucléaires peuvent-être arrêtés pendant la canicule ?

centrale nucléaire

4 des 58 réacteurs nucléaires ont été arrêtés par EDF : un à Fessenheim, deux au Bugey et un à Saint-Alban. Risques de dysfonctionnement pour la centrale nucléaire ? La canicule peut-elle entraîner un incident nucléaire ? Pas vraiment !

Pour comprendre ces arrêts, il faut s’intéresser au fonctionnement d’un réacteur. Ce dernier a besoin d’eau pour se refroidir car la fission nucléaire requiert des températures extrêmement élevées. Cette eau est puisée le plus souvent dans un cours d’eau avoisinant. La centrale rejette donc dans les cours d’eau de l’eau chaude.

Or la canicule réchauffe elle-aussi les cours d’eau. La loi a donc fixé des seuils de températures à ne pas dépasser, pour ne pas perturber une faune et une flore aquatiques parfois très sensible aux changements de température.

Arrêt des centrales en EuropeLa France n’a pas été le seul pays à devoir arrêter certains de ses réacteurs. C’est aussi le cas de la Finlande, de la Suède ou encore de l’Allemagne. Cela dit, la suprématie du nucléaire dans le mix énergétique français rend la situation plus complexe que chez nos voisins européens.

Avenir des centrales nucléaires et changement climatique ?

Avec 70% des centrales situées le long des cours d’eau, la question de leur avenir se pose de nouveau. Les centrales nucléaires sont-elles la source de production d’électricité la plus adaptée alors qu’elles ne peuvent pas fonctionner en cas de fortes chaleurs ? En plus de perturber la faune et la flore locales, la hausse des températures pose d’autres problèmes. Cela peut aussi limiter leur pouvoir refroidissant. La canicule peut aussi assécher certains cours d’eau comme la Vienne, au bord de laquelle se trouve la centrale de Civaux. Le rapport recommande l'implantation des centrales en bord de mer, comme c'est le cas de l'EPR de Flammanville.

D’après un rapport de la commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire, les sites en bord de rivière identifiés comme les plus sensibles sont :

  • Civaux, 2 réacteurs actifs, une production moyenne de 20 TWh ;
  • Bugey, 4 réacteurs actifs, une production moyenne de 10 GWh ;
  • Saint-Alban, 2 réacteurs actifs, une production moyenne de 17,7 TWh ;
  • Cruas, 4 réacteurs actifs, une production moyenne de 23,241 TWh ;
  • Tricastin, 4 réacteurs actifs, une production moyenne de 12,3 GWh ;
  • Blayais, 4 réacteurs actifs, une production moyenne de 24 TWh ;
  • Golfech, 2 réacteurs actifs, une production moyenne de 19,2 TWh ;
  • Chooz, 2 réacteurs actifs, une production moyenne de 19,4 GWh.

Ce qui signifie que 100 TWh de production annuelle moyenne d’électricité en France pourrait être menacée par les prochaines vagues de chaleur. Cela représente 18,9% de la production totale en 2017 (529,4 TWh) et  41% des réacteurs français (24 sur 58).

Hydraulique et caniculeAutre source de production d'électricité nécessitant de l'eau, l'hydraulique n'est pas impacté par la canicule. Les barrages français ont fonctionné normalement. L'hydraulique est en effet plus concerné par le manque de précipitations que par les vagues de chaleur. Une bonne nouvelle en temps de canicule !

Conséquences de la vague de chaleur sur le réseau électrique français

Des pics de consommation en hiver comme en été

Autre nouveauté pour le réseau électrique français : l’apparition de pics de consommation en été, à cause des climatisations qui tournent à plein régime. Dès le 26 juillet, à 12h40, RTE signalait une consommation journalière de 58,177 GW. Une consommation qui ne bat pas encore le record du 22 juin 2017 (59,5 GW), mais qui est exceptionnelle pour la saison. En effet, les pics de consommation avaient essentiellement lieu en hiver, pendant des années, à cause des besoins en chauffage. Les foyers français, de plus en plus équipés de climatiseurs, consomment donc de plus en plus en été. Ce phénomène ne concerne évidemment pas que la France. L’agence mondiale de l’énergie (AIE) estime à 2000 TWh la consommation d’électricité de la climatisation dans le monde, soit 10% de la puissance mondiale. 2000 TWh c’est 3,7 fois la production annuelle de la France en 2017.

Coupures d’électricité pendant la canicule

camion enedis

A chaque épisode caniculaire, des coupures de courant sont annoncées. C’était le cas en 2015, quand 800 000 foyers en Pays de la Loire avaient été privés d’électricité au 1er juillet. Cette année, ce sont plus de 1500 habitants de Lyon et ses environs qui ont été touchés ainsi que 30 000 clients niçois.

Ces pannes de courant proviennent de dysfonctionnements sur le réseau souterrain. Avec les fortes chaleurs, les câbles n’arrivent pas à refroidir. Les techniciens Enedis sont formés pour intervenir rapidement, si bien que la plupart du temps, les coupures ne durent que quelques secondes. Pendant les canicules, les tensions sur le réseau sont plus fortes et les pannes peuvent être plus longues à résoudre.

Par ailleurs, quand les interventions augmentent et que la production baisse, le prix de l'électricité évolue fortement à la hausse, notamment sur les marchés de gros. Cela a un impact sur les tarifs réglementés d'EDF et plus globalement sur le prix moyen de l'électricité.

Mise à jour le