Jusqu’à 500 euros d’aides énergie : il est encore temps de les réclamer !

Publié le
min de lecture

Face à la hausse sans précédent des prix du gaz, de l’électricité, du bois ou encore du carburant, bon nombre d’aides ont été déployées au cours de ces derniers mois. Si parmi elles, certaines ont dores et déjà été versées à leurs bénéficiaires, il en est certaines qui demeurent encore dans les tiroirs du gouvernement et qu’il convient de réclamer. Attention toutefois, pour ce faire, il ne reste plus que quelques semaines.

100 euros d'indemnité carburant pour près de 10 millions de Français

Depuis le 16 janvier dernier et en remplacement de la remise à la pompe gouvernementale de 10 centimes, près de 10 millions de Français peuvent réclamer cette indemnité ciblée directement depuis le site impots.gouv.fr. Selon un décompte, au premier jour de la mise à disposition de son formulaire, ils étaient déjà près de 825 000 à avoir déposé leur demande sur le site des impôts. Un démarrage en trombe, qui semble s’être essoufflé depuis. À en croire les affirmations du Parisien, à ce jour, seulement 5,17 millions de formulaires auraient été complétés en ligne et 3,3 millions d’indemnités ont été versées ou sont en cours de versement.

Contrairement à la ristourne à la pompe déployée au cours de la fin d’année 2022, cette nouvelle “aide au carburant” s’adresse à une frange de la population spécifique : les ménages les plus modestes, qui sollicitent leur véhicule - voiture ou deux-roues - afin de se rendre sur leur lieu de travail.

Pour prétendre à cette aide, le véhicule concerné doit :

  • Être régulièrement assuré ;
  • Être à deux, trois ou quatre roues, thermique et/ou électrique ;
  • Ne pas faire partie de la famille des quadricycles lourds à moteur, véhicules agricoles et poids lourds ;
  • Ne pas être un véhicule de fonction ou de service, dont les frais de carburant sont pris en charge par l’employeur.

Les demandeurs doivent quant à eux appartenir à foyer fiscal dont le revenu fiscal de référence (RFR) par part au titre des revenus de l’année 2021 est inférieur ou égal à 14 700 euros. Ce revenu fiscal de référence figure systématiquement sur le dernier avis d’impôt. En cas de doute quant à son éligibilité, il est à noter que le fisc a déployé un simulateur en ligne à cette occasion.

À savoir Si cette indemnité ne peut être demandée qu’une fois par véhicule, il demeure possible pour un même foyer fiscal de bénéficier d’autant d’aides qu’il comporte d’actifs utilisant des véhicules différents.

“[Cette aide] devait s'arrêter fin février, nous la prolongerons jusqu'à fin mars de façon à ce que les millions de nos compatriotes qui y ont droit puissent aller la chercher”, a déclaré ce lundi le ministre de l'Economie sur RTL, et d’ajouter : “vous avez une indemnité qui bénéficie à ceux qui travaillent, je pense que c'est juste, je pense que c'est efficace, je voudrais simplement que tous ceux qui y ont droit puissent la toucher”, a ajouté Bruno Le Maire. Une main tendue aux nombreux retardataires qui ne devraient donc pas manquer de saisir l’occasion, d’ici fin mars.

Le chèque énergie bois de 50 à 200 euros pour 2,6 millions de ménages

Face à la hausse des prix de l’énergie, nombreux sont les consommateurs à s’être tournés vers le bois pour pallier la flambée de leurs factures de gaz et d’électricité. Selon le syndicat Propellet, le nombre de foyers chauffés aux granulés a par exemple considérablement augmenté, avec 17% de ménages supplémentaires entre 2021 et 2022. Un chiffre qui ne laisse aucun doute quant à l’engouement exponentiel autour de cette énergie, mais qui a également été à l’origine de nombreuses tensions au cours de ces derniers mois. Conséquence, entre autres, un doublement du prix des granulés entre janvier et septembre 2022, ou encore une hausse de 20% du prix des palettes de bois brut auprès de certains revendeurs.

Dans ce contexte, difficile pour les habitués de l’énergie bois de s’y retrouver à l’heure de payer l’addition. C’est pourquoi, en décembre dernier, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition Energétique, et Gabriel Attal, ministre de l’Action et des Comptes publics, on signé “un décret de mise en œuvre d’une aide exceptionnelle pour les ménages se chauffant principalement au bois”.

Une nouvelle aide donc, comprise entre 50 et 200 euros, et qui concernerait pas moins de 2,6 millions de consommateurs, qui peut être utilisée de la même façon que le chèque énergie classique. Autrement-dit, il peut être utilisé auprès d’un vendeur de bois, mais également auprès d’autres fournisseurs pour toute facture d’énergie (électricité, gaz naturel, fioul…). Pour en bénéficier il convient de :

  • Disposer d’un revenu fiscal de référence par unité de consommation inférieur à 27 500 euros ;
  • Habiter en France ;
  • Ne pas avoir bénéficié du chèque fioul car le chèque exceptionnel bois et le chèque énergie exceptionnel fioul ne sont pas cumulables (Le chèque énergie bois est néanmoins complémentaire du chèque énergie exceptionnel de 100 à 200 euros).

Les foyers qui se chauffent avec des granulés et pellets de bois peuvent prétendre à :

  • 200 euros pour les foyers les plus modestes ;
  • 100 euros pour les foyers ayant des revenus un peu plus élevés.

Les ménages qui se chauffent avec des bûches, bûchettes ou plaquettes peuvent quant à eux prétendre à :

  • 100 euros pour les ménages les plus modestes ;
  • 50 euros pour les ménages ayant des revenus un peu plus élevés.

Ce chèque énergie bois peut donc être demandé jusqu’au 30 avril 2023 sur le portail dédié, chequeboisfioul.asp-public.fr.

Le chèque énergie fioul de 100 à 200 euros pour 1,6 million de foyers

À l’arsenal des mesures gouvernementales d'aide à la consommation d'énergie, s’est ajouté le chèque énergie fioul, voté dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2022. Depuis le 7 novembre dernier, ce sont pas moins de 1,6 million de foyers, parmi les plus modestes ayant encore recours à cette énergie, qui sont concernés.

Ce chèque s’adresse ainsi aux ménages dont le revenu fiscal de référence annuel par unité de consommation est inférieur à 20 000 euros. Ainsi, son montant est le suivant :

  • 200 euros pour les ménages dont le revenu fiscal de référence annuel par unité de consommation est strictement inférieur à 10 800 euros ;
  • 100 euros pour les ménages dont le revenu fiscal de référence annuel par unité de consommation est supérieur ou égal à 10 800 euros et strictement inférieur à 20 000 euros.

Si les ménages déjà bénéficiaires du chèque énergie au titre de l'année 2022 ayant utilisé utilisé celui-ci ont pour payer une facture de fioul par le passé ont dores et déjà reçu automatiquement leur chèque exceptionnel fioul de 200 euros fin novembre, il n’en est pas de même pour tous les foyers.

En effet, pour les ménages éligibles se chauffant au fioul mais non bénéficiaires du chèque énergie, il convient de se tourner vers le guichet en ligne du ministère de la Transition énergétique afin de réclamer cette aide, sous réserve d’éligibilité. Pour ce faire, il suffit de joindre une facture de fioul de moins de 18 mois.

Les retardataires qui n’auraient à ce jour pas reçu leur chèque énergie fioul ont donc jusqu’au 31 mars 2023 pour en faire la demande en ligne. L'aide est versée le mois suivant la demande.

Pour rappel, les chèques énergie fioul et bois sont bel et bien cumulables avec le chèque énergie exceptionnel distribué à partir de mi-décembre 2022, ainsi qu'avec le chèque énergie habituel versé chaque année au printemps. Toutefois, le chèque exceptionnel bois et le chèque exceptionnel fioul 2022 ne sont pas cumulables entre eux.

Partager cet article !

  

Les articles "énergie" les plus lus