Energies renouvelables : des appels d'offres pour la transition énergétique

appel offre énergie gouvernement
Le gouvernement veut prioriser le déploiement de l'énergie solaire photovoltaïque en France.

En visite à Saint-Nazaire, le 30 août dernier, le Premier Ministre Jean Castex, a annoncé une série d'appels d'offres visant à "accélerer la transition énergétique" en France. Les candidatures sur les énergies renouvelables seront ouvertes dès le mois d'octobre. Sur quoi porteront les projets ? Selectra fait le point.


25 milliards d'euros pour les énergies renouvelables

Les autorités croient en une relance verte. C'est pourquoi, elles comptent investir plus de 25 milliards d'euros en faveur des énergies renouvelables dans les 5 ans à venir. Cette somme sera investie au travers de 7 appels d'offres qui verront le jour en octobre.

Au cours des cinq prochaines années, plus de 25 milliards d'euros d'investissements vont être ainsi réalisés dans les énergies renouvelables, permettant de soutenir plus de 25 gigawatts de nouvelles capacités de production solaire, éolienne terrestre et hydroélectrique. Jean Castex, Premier Ministre

Engager le développement du solaire

gouvernement énergie solaire

La priorité du gouvernement est de renforcer le développement de l'énergie solaire. A l'heure actuelle, il représente 2,2% du mix énergétique français selon les données d'EDF (chiffres 2019). A titre de comparaison, l'éolien terrestre représente 6,3% et l'hydraulique 10,3%.

Le potentiel solaire de la France est donc largement sous-exploité. Comme le souligne le site spécialisé dans l'autoconsommation In Sun We Trust "en tout, la France a un potentiel encore inexploité de plus de 1 100 GW", en la matière.

Et l'éolien en mer ?

Le gouvernement veut aussi développer l'éolien en mer. La France bénéficie de la deuxième plus grande surface maritime mondiale. Pourtant, l'éolien offshore reste balbutiant. Selon France Energie Eolienne (FEE), 3512 MW de production d'électricité peuvent être attribués à l'énergie éolienne en mer.

Plus que l'éolien terrestre, c'est le développement des parcs éoliens en mer qui doit constituer, après le solaire, le deuxième axe prioritaire de notre stratégie en matière d'énergie renouvelable. Jean Castex

Un budget de 50 millions d’euros sera dédié à la recherche sur l'éolien en mer et ses impacts sur la biodiversité avec le concours de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).

Mis à jour le